Flora Douville • L'anti conseil en image | Un truc simple pour arrêter de te juger
22888
post-template-default,single,single-post,postid-22888,single-format-standard,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

Un truc simple pour arrêter de te juger

Aujourd’hui je t’écris depuis Jackson, dans le Minnesota.

Nous sommes en route pour Yellowstone, un des endroits du monde qui me fascine le plus. Je n’y suis encore jamais allée et je me réjouis !

En écrivant « un des endroits au monde qui me fascine le plus », je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup d’endroits qui me fascinaient, finalement !

Et la plupart du temps, ils n’ont rien d’extraordinaire a priori.

Hier par exemple, nous nous sommes arrêtés sur un parking et il y avait un vieux silo rouillé tout près. Je me suis approchée — j’aime bien les vieux trucs en métal rouillé — et j’ai bien fait, c’était beau ! Des nuances de couleurs de peinture et de rouille, du orange clair au pourpre, des craquelures de toutes les formes, des boursouflures… Mes yeux se sont régalés.

J’aurais pu rester à distance et trouver ce vieux silo moche et faisant tache, dans le paysage. Bon, ce serait mal me connaître ! Mais globalement, on peut facilement avoir ce comportement : trouver un truc nul, moche ou chiant et le dénigrer ou rester frustrée.

Ou bien…

 

On peut passer du jugement à la curiosité.
La curiosité n’est pas un vilain défaut, c’est une merveilleuse qualité.

 

La curiosité te permet de…

 

… passer outre tes jugements et les salades que tu te racontez.
… mieux te connaître.
… mieux te comprendre.
… mieux connaître et comprendre les autres.
… apprécier ce qui est appréciable.
… apprécier ce qui n’est pas appréciable.
… changer de regard quand tu es bloquée.
… voir la bénédiction en toute situation — il y en a une.

 

Je continue moi-même à pratiquer cet art de passer du jugement à la curiosité.

Parfois j’y arrive. Je trouve une personne désagréable et puis en m’intéressant à elle, je découvre un nouvel univers fascinant.

Parfois, pas du tout. Mes filles se disputent à l’arrière de la voiture de location, l’une renverse son gobelet plein sur le siège et l’autre crie parce qu’elle ne trouve pas ses feutres — qui sont en train de baver sur un autre siège car les bouchons ont été perdus — et dans ces moments-là j’ai du mal à être curieuse. Je juge la situation comme insupportable et c’est tout. Mais… j’essaie et je m’améliore doucement !

En ce qui me concerne moi, ma curiosité envers moi-même est ce qui m’a sauvée du jugement dernier.

J’étais partie pour ne pas trop m’aimer, ne pas accepter mes différents fonctionnements : je me trouvais trop lente, pas assez incisive, trop masculine et pas assez voluptueuse, rigide, sévère, fade, pâlotte, chiante, pas très drôle, enfin la liste serait longue !

 

Et puis j’ai commencé à m’observer, du dedans et du dehors.

 

J’ai remarqué que mon apparence physique collait à ma personnalité, qu’il y avait un lien.

Plus je voyais le lien entre l’apparence de mon corps et mes fonctionnements psychologiques, mieux je me sentais. J’étais joyeuse et vivante : tout avait un sens et surtout, je n’étais pas bizarre !

 

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi :


Enregistrer

Enregistrer

No Comments

Post a Comment