Flora Douville | Un a priori cache souvent un cadeau
25777
post-template-default,single,single-post,postid-25777,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Un a priori cache souvent un cadeau

Il y a 2 semaines, j’étais en famille, pour un week-end de retrouvailles et de fun avec mes oncles, tantes et cousins et cousines. C’était qu’un côté de la famille et tout le monde n’était pas là, mais on était 92—oui, j’ai une grande famille.

Ma famille est catholique très pratiquante, dans l’ensemble, moi je ne suis ni l’un ni l’autre.

Du coup quand le samedi soir, j’ai compris que mon oncle, qui nous accueillait dans le château familial, allait nous faire un compte-rendu avec diapos de son récent pèlerinage à Jérusalem, je me suis dit que j’irais bien me coucher tôt, pour une fois.

Je me suis assise dans le fond de la salle, pour ne pas déranger si je voulais partir en cours de route.

Et finalement, il s’est passé quoi ? J’ai bu ses paroles et j’ai kiffé ce moment. J’aurais pas cru.

Qu’est-ce qui m’a permis d’apprécier cette soirée ? La clarté que j’avais sur ce que je voulais.

Je savais parfaitement que la partie religieuse ne m’intéresserait pas, en tant que telle. Tout ce qu’il pourrait dire sur ce sujet précisément, ne me toucherait pas.

Par contre, j’étais prête à prendre tout ce que je trouverais pour me nourrir, m’inspirer ou me faire avancer :

• peut-être que les photos de leur périple à pied (de Rome à Jérusalem) seront super belles

• peut-être qu’il fera des blagues

• peut-être que le public (ma famille) fera des blagues et que l’ambiance sera chouette

• peut-être que je peux apprendre de ce qui pousse un couple de 70+ ans à partir plus de 2 mois avec juste un sac à dos

• peut-être qu’il y aura encore autre chose que je ne peux pas encore anticiper, qui vaudra le coût

.

Et s’il n’y a rien de tout ça, je peux toujours partir.

Alors je me suis mise à écouter mon oncle.

Il a commencé par nous dire, en introduction, quelles étaient ses motivations à partir en pèlerinage chaque année, et quelle est son intention en faisant ça. Le fond de sa motivation ne m’intéressait pas (montrer concrètement à Jésus qu’il l’aime) mais par contre, la force et la détermination avec laquelle il a transposé sa motivation dans des actes concrets m’a vraiment inspirée.

Il y avait tellement de clarté dans ses propos et dans sa façon de décider de partir, que j’en avais des frissons.

Commencer sa présentation par reposer son intention, à lui et à sa femme, c’était parfait pour démarrer. La justesse de son enchaînement était inspirante de simplicité.

Ensuite nous avons vu des photos très simples de son quotidien, de ce que c’est que faire un pèlerinage à pieds pendant des semaines. Les paysages, les gens qu’ils rencontrent sur leur chemin, les lieux de fortune où ils trouvent refuge pour dormir, les trucs cocasses, eux.

C’était concret, c’était joyeux. Ils sont tellement au clair sur la raison pour laquelle ils marchent, qu’ils affrontent toutes les situations et les obstacles avec une fraîcheur déconcertante.

Ils dorment sur des tapis de sol de 3 cm ou dans des lits de camp selon ce qu’ils trouvent, ils mangent en fonction de ce qui est disponible, ils acceptent les thés, les verres de vin, les tomates, les morceaux de pain ou les repas plus copieux qu’on leur offre, les chambres qu’on met à leur disposition.

Ils prennent ce qu’on veut bien leur donner, mais ne comptent pas dessus. Ils acceptent les cadeaux avec gratitude, mais ne se laissent jamais démonter face aux difficultés.

Ils m’ont émue.

Je pensais m’ennuyer, en réalité j’ai pris une claque de beauté, de simplicité et de détermination, qui m’inspire et qui me donne envie encore plus d’avancer. C’est un modèle supplémentaire que je mets dans mon sac à dos.

Au-delà de ça, cet épisode m’a permis de continuer à m’entraîner à me nourrir de ce qui est là.

Dans ma vie, je suis constamment face à des situations que je n’ai pas choisies. Toute la différence réside dans le regard que je porte sur la situation et dans ce que je décide d’en faire.

C’est moi qui décide.

Je peux décider qu’on apprend que dans les livres et les formations, ou bien je peux décider que tout, dans ma vie, est un potentiel champ d’apprentissage.

Je peux regarder le monde comme quelque chose de figé, qui se déroule sans que je puisse intervenir, auquel je dis “OUI/NON” selon mes envies, ou bien je peux le voir comme un univers incroyable et magique qui m’envoie sans arrêt des informations précieuses pour continuer de grandir.

Ce soir-là, j’avais ouvert la porte, prête à recevoir la magie : donc je l’ai trouvée.

.

Maintenant, à toi :

Parle-moi dans les commentaire d’une situation récente où tu as fait le choix d’en retirer quelque chose de constructif pour toi et ta vie.

Go !

Bonne journée :)

Bon week-end à toi,

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


2 Commentaires

  • Avatar

    Françoise Barkhausen

    25.06.2019 at 14:23 Répondre

    Hehehe… Voilà pourquoi c’est cette formation que j’ai choisie en 2016!
    J’adore ce regard plein d’humour et cette plume pleine de verve.
    Sans même parler du type de situation que je connais fort bien…

    Bref. Hier j’ai fait une expérience que j’ai relatée ici… https://partoimeme.com/pate-damande-maison-ou-comment-jai-invente-le-fil-a-couper-leau-chaude-%f0%9f%98%9c/
    J’ai aussi fait le choix de profiter pleinement de ce que la vie m’offrait…d’imprévu!

  • Avatar

    carole ferre

    25.06.2019 at 22:36 Répondre

    j’adore ! Merci Flora de ce partage !
    j’aime aussi l’idée de me promener dans ma vie comme une voyageuse qui attend de voir se manifester le prochain cadeau,
    car ce qui se présente sera forcément quelque chose que je pourrais choisir de prendre comme un cadeau qui me fera grandir,
    si je le regarde comme tel, comme une sorte d’épreuve ou de challenge… »alors, c’est quoi le truc à apprendre de cela ??? »…avec la curiosité et le jeu d’un enfant venu pour jouer, jouir de la vie….
    m’effondrer ou grandir, « ce qui ne tue pas, renforce » m’a t-on dit un jour…et oui j’ai décidé de me renforcer à chaque fois, et c’est beau ! ça le fait ! et même si parfois cela me demande du temps, de passer par des phases où je comprends pas bien le truc à comprendre !!! j’essaie de garder ce cap de jeu de la Vie…
    des bisesssssssssss

Laisser un commentaire