Flora Douville | Tu te sentirais plus libre si tu pouvais faire plus de choses ? FAUX.
25146
post-template-default,single,single-post,postid-25146,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Tu te sentirais plus libre si tu pouvais faire plus de choses ? FAUX.

Il y a quelques jours, sur ma page Facebook nous avons publié un ancien article qui parle du noir, dans lequel j’explique en quoi c’est une prison énergétique.

Une personne a commenté cette publication pour dire que finalement, le fait de considérer que le noir est une prison énergétique est en soi une prison énergétique, car c’est une croyance limitante. Puis a ajouté que “le jour ou porter du noir est devenu porter du love… hop cette limitation a disparu de [ma] vie.”

Comme si le fait de ne pas porter une couleur était limitant. Comme si pouvoir faire plus de choses était libérateur.

[J’assume de dire que le noir est une prison énergétique même si c’est une généralité. Effectivement, si tu es Hiver c’est pas vraiment le cas pour toi, surtout si les couleurs sombres de l’Hiver sont les plus ajustées pour ton énergie. Mais je me permets cette généralité, parce que dans la population occidentale, les Hiver sont une petite minorité. Ça, c’est une réalité.]

Je comprends d’où vient la remarque de cette lectrice et elle m’a donné envie de distinguer des choses qui sont souvent confondues et mélangées, semble-t-il : les croyances que tu as sur la réalité et la réalité.

C’est pas la même chose et ce que je constate, c’est que dans le monde du coaching et de la thérapie sucre glace (saupoudré de pensée positive, de motivation et de visualisation créatrice) on fait vite passer la réalité du côté de “la croyance sur la réalité”.

Alors oui, parfois tu perçois la réalité à travers un filtre qui aurait besoin d’un bon coup de kärscher. Ce n’est pas l’objet de mon article.

Ce dont je parle aujourd’hui, c’est de ta réalité, qu’on te demande parfois de travestir.

 

On confond un vrai ressenti ou une réalité, et une idée sur la réalité.

 

Tu ressens que le noir n’est pas bon pour toi ?
Non, c’est une croyance limitante. Tu peux mettre tout ce que tu veux si tu le souhaites. Tu te fermes des portes en pensant que le noir ne te va pas. Porte du noir et dégomme cette croyance, regarde comme tu peux être chic et sexy en noir !
(Non, j’ai une tête de déterrée en noir, et le maquillage ne va rien changer.)

Tu ressens que mettre beaucoup de bijoux c’est trop pour toi, ça te donne l’impression de porter de la quincaillerie ?
Non, c’est une croyance limitante, c’est ta vision de toi-même et de ta féminité qui déraille. Sors de ta zone de confort, “get over yourself”, donne-toi de l’amour en t’autorisant la féminité (qui passe par le fait de porter des bijoux c’est bien connu), mets des bijoux et vois comme tu te sens plus libre en tant que femme, tout d’un coup ! Oui c’est inconfortable mais c’est normal c’est parce que t’es pas habituée.
(Non, c’est parce que c’est pas fait pour moi, connasse.)

Tu hésites à te lancer en tant que thérapeute ou coach ou conseillère ou je ne sais quoi, parce que tu n’aimes pas trop être avec des gens longtemps ?
Non, c’est une croyance limitante, c’est ton ego qui t’empêche de te développer professionnellement. Parce que ton développement économique passera par l’aide que tu apporteras aux autres, la valeur que tu pourras leur donner, c’est ton ego qui se met en travers de ton chemin. Travaille sur toi et dépasse cette peur des autres qui doit probablement venir de ton enfance.
(Non, je suis juste plus heureuse quand je crée des choses seule et que je les propose ensuite à mes potentiels clients.)

Quand tu te questionnes sur quelque chose, pour savoir si c’est le bon truc pour toi ou pas, dans ce monde du coaching sucre glace, on te dit que c’est en fait une croyance que tu as, que tu es en train de te saboter, de penser que ceci ou cela n’est pas fait pour toi mais c’est en fait ton ego qui te joue un tour ! Haha, le filou. Et comme tu veux avancer, tu veux évoluer, tu veux transformer ta vie et que tu as entendu ici et là que l’ego pouvait t’en empêcher, tu es à l’affût de toutes ses manoeuvres perfides. Donc tu dis “ok, c’est une croyance limitante”. Et tu pars à la chasse aux croyances limitantes comme on part à la chasse aux sorcières. Avec une torche, prête à tout brûler mais pétée de trouille.

 

Sauf que c’est pas le bon combat.

 

Le vrai combat c’est de faire tomber les masques sur celle que tu es vraiment, la femme brute et nature, qui a son propre fonctionnement, des dons et ses talents, et qui a son propre mode d’emploi. Et c’est pas ce que les autres croient, pensent ou disent.

La vraie question, c’est pourquoi tu écoutes ou cherches encore des gens pour te dire ce qui est vrai pour toiou ce qui ne l’est pas, ce qui est de l’ordre de la “bonne pensée” ou de la croyance limitante ?

Il est là, le sabotage.Il est là l’ego. Dans le choix des personnes et des idées dont tu t’entoures.

 

Tes ressentis sont une réalité.

 

Si je ne porte pas de noir et si mes clientes finissent par arrêter d’en porter, ce n’est pas parce que je le dis, ni parce que c’est écrit quelque part, ou encore parce que c’est une belle idée. Ou encore par esprit de rébellion contre la mode.

Non, si nous ne portons plus de noir, c’est parce que nous avons expérimenté d’en porteret de ne pas en porter, et nous avons comparé : notre niveau d’énergie, notre ressenti, notre élan vital, notre reflet dans le miroir. Et au bout d’un moment, y a pas photo : c’est beaucoup beaucoup mieux SANS. Moi j’ai mis 5 ans à arrêter le noir. Justement parce que l’idée seule ne me suffisait pas. J’avais besoin de le vivre dans mon corps.

Tes ressentis sont aussi réels que des phénomènes que tu n’aurais pas idée de remettre en cause: tu as besoin d’oxygène pour respirer, ton corps est soumis à la gravité terrestre, ton corps humain a une durée de vie limitée.

Ça te viendrait pas à l’idée de dire “non, aujourd’hui, je décide de dépasser l’idée que je suis une femme, je trouve que c’est une croyance limitante”.

Nan, si t’es une femme, c’est pas une croyance limitante. C’est une réalité.

Et bah si le orange tu le sens pas du tout, sur ton corps, c’est pareil. C’est pas une croyance limitante, c’est une réalité.

C’est juste un peu plus subtil à percevoir. Ça n’en fait pas une perception moins valide.

Concevoir que toutes les choses que tu ne fais pas, tu ne les fais pas à cause de croyances limitantes, ça va pas t’aider. Chercher à dépasser ça, vouloir te débarrasser de ces trucs comme des croyances limitantes, ce n’est pas libérateur.

C’est une façon de ne pas regarder en face tes spécificités, ta singularité, de ne pas honorer tes envies, tes élans naturels, tes besoins.C’est une manière de nier tes ressentis personnels.

 

Tu cherches à élargir sans cesse le champ des possibles :

je peux devenir celle qui parle en public

devenir celle qui a des clients toute la journée

devenir celle qui porte du rouge vif et des bijoux qui claquent

devenir celle qui ose (??? mais qui ose quoi ?)

devenir celle qui écrit un livre

devenir celle qui est une célébrité du net

devenir celle qui crée et vend ses oeuvres en un claquement de doigt

devenir celle qui monte sur scène

devenir celle qui est invitée dans des événements de dingue

… pour ne pas avoir à prendre la responsabilité de tes VRAIS désirs, qui eux sont extrêmement précis et spécifiques.

 

Ce qui t’empêche d’avancer c’est pas tes croyances limitantes (qui au passage, comme nous venons de le voir, n’en sont peut-être pas), c’est de te perdre et de t’acharner sur la route de faux désirs. Et de dresser une liste de toutes les croyances que tu dois dégommer afin d’arriver à ton objectif.

C’est une façon de fuir devant l’intensité que tu ressentiras face à la jouissance d’être toi-même.

Ce qui est libérateur, c’est de savoir ce qui te convient à toi, ce qui fonctionne pour toi, ce qui te fait kiffer, ce qui te fait vibrer, ce qui te nourrit, et de faire ÇA. Sans attendre la bénédiction des autres, des anges, de dieu ou de l’univers.

Tu n’as pas besoin de pouvoir tout faire, de savoir tout être.

Tu as juste besoin d’être toi et de faire ce qui te nourrit intensément.

Identifier ça est une vraie quête, et une chose est sûre : elle ne se passera PAS comme tu le penses.

 

Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires : quelle est la chose qui t’interpelle le plus dans ce que je viens de te dire ? Qu’est-ce que tu vas faire de ça ?

Go !

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


13 Commentaires

  • Avatar

    lila

    16.10.2018 at 09:21 Répondre

    Article très intéressant!

  • Avatar

    Marion

    16.10.2018 at 09:37 Répondre

    « thérapie sucre glace (saupoudré de pensée positive, de motivation et de visualisation créatrice) » Genial! Comme le reste de l’article…

  • Avatar

    Lola LISON DE LOMA

    16.10.2018 at 09:51 Répondre

    C’est une pure joie de te lire au réveil !
    Quelle pertinence dans tes propos !
    Pour le noir, en effet c’était flagrant…
    Du coup, j’ai vite donné tous mes vêtements noirs car je ne les supportais plus…
    Par contre, mon compagnon hiver est très beau et rayonnant en noir…
    Nous sommes de saison…lui hiver et moi automne…et je me demandais si on pouvait analyser les compatibilités des couples en fonction de leur profil méta ?
    Merci Flora pour ton génie et ta générosité !!!

  • Avatar

    Sofia

    16.10.2018 at 10:21 Répondre

    Je suis assez d’accord avec ton article sur le fond mais je ressens une énorme violence dans ton énergie. Elle m’opresse, je vais donc me désabonner. Je te remercie pour toute ta sincérité et pour être toi-même sans masque. Bonne route.

  • Avatar

    Clara Capayrou

    16.10.2018 at 12:26 Répondre

    Ça me fait tellement de bien de te lire, ça me rassure même !
    Je suis en train de prendre conscience/d’être à l’écoute de moi, de mon corps, de ce que j’aime et n’aime pas, j’apprends à me respecter.. Tes articles me rassurent car je vois que je suis sur la bonne voie !!
    Concernant le noir, je ne me suis pas encore rendue compte de ce que ça me fait quand j’en porte, donc les prochaines fois que j’en porte, je vais y penser.
    Merci Flora pour ton franc parlé, ça fait du bien !!!

  • Avatar

    Claire Marie Bour

    16.10.2018 at 12:42 Répondre

    « On confond un vrai ressenti ou une réalité, et une idée sur la réalité. » Ouiiiii ! J’adore cet article !!! Ça me parle beaucoup, je baigne pas mal dans cet univers de communication bienveillante créative et tout et tout, et mon univers a moi est plutôt celui des ressentis sensoriels et extra sensoriels. Je suis assez surprise voir choquée parfois de voir Un profond décalage entre ce que je ressens emmané d’une personne et ce qu’elle me dit être ! Alors oui j’ai mon filtre, il y a des filtres tellement épais qu’il peuvent être limitants mais on a aussi tous nos filtres vivants ! Ceux qui nous permettent justement d’être en relation d’être touché ou pas par telle ou telle personne. Ceux ne sont pas des filtres mauvais mais notre consistance notre réalité comme tu dis, notre matière, notre singularité !

    Merci Flora

    Note pour plus tard … Allez lire les autres articles qui m’allèchent tellement !!

  • Avatar

    Clara

    16.10.2018 at 13:16 Répondre

    Merci pour cet article très éclairant, comme tous les autres. Ce que je réalise en le lisant c’est que le « développement personnel » , avec tout ce qu’il peut comporter( réel développement ou « sucre glace  » ) peut leurrer les gens qui n’ont qu’un désir : progresser, travailler sur soi et s’améliorer. Et que l’on peut s’identifier à des personnalités connues du monde du dvlpmt personnel de la même façon qu’on s’identifierait à des personnalités connues ( d’autres univers -journalisme, cinéma, médias etc ), avec un secret désir, conscient ou inconscient d’accomplir de grandes choses pour le dvlpmt personnel… mais cette attitude même, consciente ou inconsciente, est un leurre si l’on n’est pas ds une adéquation fine à qui l’on est profondément. .. ma question Flora : est ce que seule la Métamorphose permet d’arriver à cerner qui l’on est Vraiment, et ce qui est Vraiment bon pour soi ? ? Est ce la méthode (internet ) le permet Vraiment, Est ce qu’il faut finalement passer par du Méta coaching en privé ( avec des tarifs prohibitifs pour de nombreuses personnes )….. Je souhaiterais Vraiment une réponse personnelle à cette question !.. Bien cordialement. Clara

  • Avatar

    Sarah Gascoin

    16.10.2018 at 19:56 Répondre

    J’adore cet article parce que moi en fait j’ai vécu l’inverse : ma mère m’a toujours dis que justement le noir ce n’était pas bon énergétiquement, du coup je n’en portais jamais ! J’avais peut être au max 1 ou 2 tenues noires dans mon armoire.
    Et un jour je teste d’aller dans un stage habillée tout en noir. Parce que j’avais envie. Et qu’est-ce que j’ai été bien !!
    J’ai découvert quelques mois plus tard quand j’ai fais le test couleur avec toi qu’effectivement j’étais Hiver, et que le noir était une couleur qui m’allait bien! Je m’en doutais, au vu de cette expérience précédente, et le test l’a confirmé !
    Du coup, oui, mon ressenti était juste, et ce que disait ma mère sur le noir, ou même toi Flora, ne s’applique pas à moi et je le sais parce que je l’ai senti et je le sens !! Je n’en porte quand même pas beaucoup parce que ce n’est pas la couleur de ma palette qui me va le mieux (et ça aussi je le sens bien) mais de temps en temps maintenant j’apprécie de le faire.

    Merci pour ce message Flora qui est très juste et me parle bien, surtout en ce point dans ma vie. C’est vrai que j’aimerais bien passer plus de temps à observer et assumer qui je suis plutôt que d’aller à la recherche des croyances limitantes !

  • Avatar

    Aude Perrin

    18.10.2018 at 20:13 Répondre

    Juste extra Flora ! Quelle puissance, quelle fulgurance, j’adore !! Tout est dit, tu y vas cash, et en face, ça fait réfléchir. On peut alors regarder en nous, et choisir NOTRE camp : celui de notre ressenti, celui de NOTRE voie.
    Fini les repères extérieurs et les diktats de toute sorte. Bravo et merci ! Continue de nous secouer, de nous faire réfléchir, de nous faire réagir !

  • Avatar

    Xavie

    22.01.2019 at 11:04 Répondre

    Superbe article! Le noir je suis tout à fait d’accord c’est une prison je le ressens comme tel. J’ai teste il y a quelques années je me baladais en centre ville et je me suis sentie ridicule au milieu de cette foule noir moi mon imper était beige et dessous gilet corail. Pour me sentir moins différente je me suis acheter des vêtement noir je les ai porté une fois pour des occasions 2 peut être mais aujourd’hui ils sont au font de mon armoire. J’ étais couturière mon travaille de retouches m’épuissait, quand j’ai décidé d’arrêter j’ai découvert le livre » révélez vous » . Sur mes derniers travaux avant fermeture, je travaillais un vêtement d’une couleur qui ne me correspond pas du tout j’avais un malaise jusqu’à ce que je prenne conscience que cela venait de la couleur, en repensant à mes années de travail et mon épuisement je me suis rendu compte que ma clientèle me donnais très souvent des vêtements noir et des matières avec lesquelles je suis pas à en accord. Donc oui les couleurs les matières nous font vibrer et nous nourrissent j’en ai fait l’expérience pendant 15 ans sans en prendre véritablement conscience, merci Flora pour ce réveille.

  • Avatar

    Dominique

    25.01.2019 at 17:13 Répondre

    Merci Flora, comme à chaque fois que je suis « happée » par un de tes articles, je remets quelque chose en place. En contrepartie, je parlerai des « croyances aidantes » qui deviennent galvaudées aussi et bien sûr, comme toi, je me dis que je « crois » que ce qui me va ME VA à moi. Au diable ces concepts que personne ne comprend et balance à tout bout de champ, un peu comme la bienveillance alors que tous ceux qui attendent ton discours sont membres d’un jury ???? (je parle de vécu, là. Donc, oui, au fond de moi, je suis parfois pétée de trouille et je préfère gagner sur mes petites peur en les transformant en de petites envies et « oser » dire non aujourd’hui. Merci encore !!!

  • Avatar

    Caroline

    26.01.2019 at 15:41 Répondre

    Intéressant article, comme souvent! En revanche, je ne suis pas d’accord avec le noir ;-). Je n’aime pas le noir en soi mais j’aime, particulièrement l’hiver, porter un vêtement noir pour trancher avec les couleurs vives et les faire ressortir davantage. J’adore les couleurs vives et je trouve qu’elles passent très bien l’été mais l’hiver, dans mon ressenti, employées seules, elles sont « en cacophonie » avec la saison. Du coup, pour moi, porter du noir l’hiver mélangé à des couleurs vives, est une façon d’accorder la saison avec ma personnalité. Je ne dois pas être la seule dans ce cas et qui ne soit pas « Hiver » (???)

  • Avatar

    Catherine

    02.02.2019 at 16:06 Répondre

    Super j’adore ton franc parler :-)
    Bon si j’ai bien compris, j’ai super envie de faire un truc et je me trouve plein d’excuses qui expliquent pourquoi c’est pas pour moi et du coup les excuses me limitent.
    J’ai super envie de faire un truc, j’ai peur, mais j’expérimente quand même , je kiffe et du coup je me libère !
    J’ai pas envie de faire un truc, les autres trouvent plein de raisons qui expliquent pourquoi selon eux je me limite, si je les crois je me limite.
    J’ai pas envie de faire un truc et j’envoie se faire voir ailleurs tous ceux qui essaient de me retourner le cerveau, j’expérimente le NON, je kiffe et je me libère !

    Moi mon LOL Cat du jour c’est Tichat qui joue dans l’évier avec l’eau et qui kiffe d’être tout mouillé, heureusement que personne a essayé de le convaincre que les chats devaient avoir peur de l’eau !

Laisser un commentaire