Flora Douville • L'anti conseil en image | Tu as un trésor sous les pieds.
2245
post-template-default,single,single-post,postid-2245,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive
Citation Flora Douville

Tu as un trésor sous les pieds.

Jeudi dernier, j’étais au volant de ma voiture et j’écoutais le dernier disque de Radiohead, et le fil de mes idées m’a conduite à penser à ma famille. Mon frère, mes parents, et ma sœur, que je n’ai pas connue car elle était encore bébé lorsqu’elle est décédée.

Et puis j’ai eu envie de pleurer. Non pas parce que je ressentais de la tristesse, mais de la joie. De la justesse. Je me sentais parfaitement à ma place dans cette famille, comme si nos fonctionnements et dysfonctionnements avaient été parfaitement ajustés, harmonieusement établis — en fait, c’est le cas 🙂
Je me sentais reconnaissante de pouvoir évoluer au cœur de cette organisation de personnes, si particulière, comme chaque famille peut l’être. J’avais déjà conscience de cela, mais jeudi, j’ai fait un petit pas de plus.

Quand j’étais petite, je voulais une petite sœur, que je n’ai jamais eue. Je voulais d’autres parents. Je n’aimais mon frère que moyennement, il ne m’intéressait pas beaucoup. Il me faisait même un peu peur, parfois. Je n’aimais pas notre maison, j’en voulais une plus petite, à taille humaine, dans laquelle il ne faudrait pas crier pour s’entendre. Je voulais des vacances différentes, d’autres jeux. Je voulais une autre vie.

Et puis j’ai grandi, j’ai vu plein d’autres maisons, j’en rencontré beaucoup d’autres personnes, beaucoup d’autres familles. J’ai réalisé que chacun des membres de ma famille avait toujours fait de son mieux pour lui-même et pour les autres. J’ai vu des qualités chez mes parents, et mon frère, que je n’avais pas perçues avant. J’ai appris à m’extraire des situations pour observer ma vie avec plus de justesse, et y revenir avec plus de plaisir. J’ai appris à regarder les choses autrement.

J’ai découvert que j’aimais les accrocs dans les murs de ma maison, et ses éclats de peinture. J’ai découvert que j’aimais les toiles d’araignées, et le bruit des chouettes qui nichent dans les murs et sifflent, à la nuit tombée. J’ai appris à entendre l’amour qui se cache derrière le silence. J’ai appris à sentir la considération qui se cache derrière une simple présence. J’ai appris à me nourrir de l’affection qui se manifeste sous la forme d’un livre d’occasion emballé rapidement dans un vieux papier journal. J’ai appris à creuser et trouver des trésors dont personne ne parle, mais qui enrichissent une vie toute entière. Ils étaient juste sous mes pieds.

La vie fait toujours les choses parfaitement. Parfois, on s’en rend compte rapidement, parfois il faut du temps. Mais tout est toujours juste. Jeudi dernier, j’ai senti que j’avais toujours été au bon endroit.

Et toi, peux trouver un élément de ta vie qui est profondément juste, mais que tu avais tendance à juger, par le passé ? Qu’as-tu sous tes pieds ?

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


 

No Comments

Post a Comment