Flora Douville • L'anti conseil en image | Tu as fait des efforts démesurés : t’en as conscience ?
26228
post-template-default,single,single-post,postid-26228,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Tu as fait des efforts démesurés : t’en as conscience ?

Aujourd’hui je serai brève—enfin environ.

En conduisant l’autre jour, mon esprit vagabondait et je pensais aux gens de la société (haha, comme si c’était un pays étranger) et à la vie que les gens se construisent en moyenne.

Je pensais à la vie que les gens ont en majorité, celle pour laquelle ils se lèvent le matin, la vie à laquelle ils adhèrent et même s’accrochent.

Et d’un coup, j’ai pensé à tous ces gens, bébés. Tous ces gens quand ils avaient quelques mois. J’ai pensé à moi, j’ai pensé à toi.

Bébé, tu as fait des efforts gigantesques pour comprendre le monde dans lequel tu es arrivé·e, comme tu pouvais.

Tu as fait des efforts monstrueux pour survivre.

Tu ne savais rien faire et tu as appris à te mettre sur le dos puis sur le ventre.

Tu as appris à déchiffrer l’énergie que te renvoyaient tes parents—ou ceux qui ont pris leur rôle.

Tu as appris à te mettre à 4 pattes, puis debout.

Tu as appris à faire ce qu’on attendait de toi même si tu ne savais pas le faire.

Tu as appris à marcher.

Tu n’as pas arrêté de regarder autour de toi pour trouver des modèles et apprendre en faisant comme eux.

Tu as appris à faire des sons puis à parler.

Tu as appris une langue. Peut-être même 2.

Tu as appris à tenir des objets, à faire des trucs.

Tu es devenu de plus en plus habile : tu as appris à racler un yaourt, piquer avec une fourchette, plier un papier, tenir un crayon.

Tu as appris à tracer des signes et à leur donner du sens.

Tu as appris à dépasser tes difficultés à toi, tes handicaps si tu en as.

Tu as appris à écrire.

Tu as appris à dessiner.

Tu as appris à compter, sauter, faire la roue, chanter, t’habiller, te repérer dans l’espace, faire du vélo, couper du pain, plier tes vêtements.

Tu as appris des tas de règles différentes pour jouer à des tas de jeux différents.

Tu as appris à écouter, à regarder, à ressentir, à goûter, à dire à des gens que tu les aimes.

Tu as appris à faire des milliers de choses, en moins de 10 ans.

DES PUTAIN DE MILLIERS DE CHOSES.

Aujourd’hui, je ne sais pas quels sont tes rêves, tes projets, tes envies.

Mais ce que je sais c’est que ton potentiel pour atteindre ça il est BIEN BIEN BIEN au-delà de ce que tu crois, de ce que tu es d’accord de croire.

Est-ce que tu as grandi comme tu l’as fait, est-ce que tu t’es développé·e incroyablement comme je l’ai décrit plus haut, est-ce que tu as appris tant de choses et fait tant d’efforts pour en rester là où tu es aujourd’hui ? SANS DÉCONNER ? ? ?

Est-ce que tu as développé cette force de croissance et de résilience dans ta vie depuis que tu es né·e pour un jour t’arrêter et accepter une vie à peu près satisfaisante ? ! C’était pour en rester là adulte, que tu mettais 100 % de ton énergie dans ta croissance, enfant ? !

Tu as fait TOUS CES EFFORTS pour, à un moment, décider qu’une vie “convenable”, “acceptable” ou “pas mal”, ça suffisait ?

Je dis pas que ça va être facile, de te mettre en route vers ta vie de rêve.

 

Je te demande simplement : et maintenant, tu décides quoi ?

Dis-le moi dans les commentaires.

BAM.

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


8 Comments

  • Avatar

    Christine Brun

    26.11.2019 at 08:51 Répondre

    Merci pour cet article qui me donne un bon coup de pied au c… ce matin pour continuer à me battre pour mes rêves et mes propres règles de vie…c est intéressant de voir la vie des autres en flash back de leur enfance . Moi, je me pose souvent la question par rapport au futur lorsque je vois la vie sans passion de la plupart des gens autours de moi:  » Est ce qu ils savent qu ils vont mourir un jour? »

  • Avatar

    Najwa

    26.11.2019 at 09:03 Répondre

    Je décide la maintenant de me laisser kiffer mon job avec mes talents. Merci Flora pour ton mail. Tellement de finesse.

    • Flora Douville

      Flora Douville

      28.11.2019 at 09:02 Répondre

      Yeahhh !

  • Avatar

    Elise

    26.11.2019 at 09:10 Répondre

    Bonjour Flora, C’est marrant parce que le début de ton message (sur la vie des gens en général) c’est exactement ce à quoi je pense en ce moment : je me sens comme appartenir à un autre monde : un monde où j’ai décidé de faire ce qui me plaît, un monde exaltant, celui que je me construis. Et pour rien au monde je retournerais dans cette vie banale, rangée et sans saveurs d’avant !

  • Avatar

    Alex

    26.11.2019 at 11:30 Répondre

    Bonjour Flora,
    Oui certes, l’apanage des enfants est de s’intégrer à grands renforts d’efforts au monde qui les entoure. Ce que j’aimerais vraiment ? Me consacrer à plein temps à mes arts (l’écriture, la peinture et reprendre la musique, pourquoi pas, très bientôt). Mais voilà, j’ai CHOISI une vie qui n’est pas de cette trempe pour avoir un revenu régulier (salaire d’employée). Maintenant que je suis divorcée et que je dois subvenir aux besoins de mon fils, je ne me vois pas tout plaquer pour suivre la voie des sirènes…
    Alors bon, je me dis que j’attendrais la retraite (si j’y arrive un jour !) pour m’adonner à mes passe-temps favoris, car il n’y aura plus de contrainte de survie pécuniaire.
    Voilà mes idées du moment.

  • Avatar

    Dominique

    26.11.2019 at 19:06 Répondre

    Bonsoir, quelle force dans ce texte, une force dans la clarté!
    Trier, éliminer et créer de l’espace en cas d’inconnu intéressant. Avec ma valise, légère et un peu lourde quand même, je suis partie il y a 1an ½ pour Berlin. Je suis éducatrice en crèche. Oui… difficile encore (logement, budget, stress, langue). S’oser dans la vie, à chacun sa façon d’être. S’oser en fait c’est aussi rencontrer les autres qui s’osent. Me dire ça, ça m’aide en cas de stress. Bonne soirée.

    • Flora Douville

      Flora Douville

      28.11.2019 at 09:01 Répondre

      Merci pour toi témoignage :)

  • Avatar

    Inari

    27.11.2019 at 19:05 Répondre

    Salut Flora,

    Et merci de partager ton parcours inspirant, c’est toujours un bonheur de voir des femmes comme toi ou qui à leurs manière sortent de leurs ornières et se mettent (enfin) à créer ce qui les met en joie !
    Pour ma part je n’ai jamais accepté une vie « convenable » et j’ai fait beaucoup de hors piste, ce n’était pas facile sans modèle et carrément casse-gueule, j’étais bien jeune. Si bien que j’ai fait beaucoup de la hors zone de confort, et pour tout dire je me suis parfois retrouvée en zone de panique, parce que je faisais des trop grands sauts. Mais j’ai tellement appris, et je suis devenue très adaptable, ouverte, lucide. Vouloir absolument « s’émarger » peut aussi représenter un enfermement quelque part, ça dépend de l’intention. Maintenant, en fait j’ai toujours décidé de marcher vers mes rêves et j’en vis quelques un, j’ai toujours souhaité me rapprocher de mes aspirations profondes, mais ça demande un tel engagement et un ajustement régulier. Mon soucis est parfois de trouver la détermination quotidienne, et une certaine fermeté, le truc qui ferait que j’arrête de traîner ou de douter sur un choix que je fais ou une action en cours. C’est parfois brouillon ! Je passe parfois pour une extra-terrestre, et je n’arrive pas vraiment à m’épanouir dans les cadres classiques. La question qui me taraude en ce moment, c’est, est ce que je suis entrain d’accomplir ce qui me plaît vraiment ? Ou bien suis-je entrain de répondre à une fidélité parentale ? Au fond rien de grave, mais finalement je réalise que je ne vais pas directement là ou ça pulse vraiment pour moi.

Post a Comment