Flora Douville • L'anti conseil en image | Ton potentiel magique : il est infini MAIS il y a un prix à payer
26719
post-template-default,single,single-post,postid-26719,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Ton potentiel magique : il est infini MAIS il y a un prix à payer

Aujourd’hui j’ai envie de te parler d’une prise de conscience que j’ai faite la semaine dernière—et de ton potentiel magique humain, en bonus.

Une prise de conscience bénigne en apparence, mais ÉNORME en réalité.

La semaine dernière, je suis donc arrivée en journée de coaching avec plusieurs sujets, dont un qui touchait à une forme d’angoisse de fond, légère, qui avait largement diminué depuis plusieurs années, mais qui était toujours là.

Cette angoisse de fond, il y a quelques années je ne savais pas comment la “dégager” et du coup je m’y prenais comme un manche. Déjà je ne savais pas pourquoi je ressentais ce genre d’angoisse de fond alors que je n’étais jamais en danger, je ne savais pas sur quoi AGIR concrètement pour faire bouger ça.

C’est en travaillant sur mon énergie racine, en rebranchant mon animalité, mes désirs, la simplicité et la jouissance d’être moi, que cette angoisse de fond a bougé : en gagnant de la stabilité intérieure, de la puissance personnelle, de la simplicité, il y avait beaucoup moins de place pour du stress, c’est logique !

J’avais observé ça il y a quelques mois déjà. Je ne m’étais pas aperçu tout de suite de ce shift intérieur, vu que je ne faisais pas ce travail de fond pour ça—c’était un side effect plutôt cool.

En coaching la semaine dernière, on explore donc ce truc. Et puis on explore aussi d’autres sujets, dont le sujet de mes critères de succès personnel : quelle que soit ma vision et quels que soient mes résultats par rapport à cette vision (que j’y arrive ou pas), quels sont les critères qui font que je serai en paix, à l’arrivée ?

Qu’est-ce que je veux, dans tout ça, qui fait que MÊME si je ne réalise pas ma vision, j’aurai kiffé ma vie ? Ces critères ne peuvent qu’être extrêmement personnels pour que ça marche. Ils fonctionneront comme mon fil rouge pour ne pas me perdre, en route vers ma vision.

Mes critères sont apparus assez clairement :

1. d’un côté, une pure jouissance sensorielle (extrême)

2. de l’autre, de la performance / création extrême

Si j’ai ces 2 éléments dans ma vie, je suis aux anges.

Rapidement, j’ai senti que d’aller du côté de la performance / création extrême, c’est simple. Par contre, d’aller du côté de la jouissance sensorielle pure, c’est beaucoup moins simple : je sentais beaucoup plus de résistance à aller dans cet espace de non-productivité, de non-performance, de non-création, de contemplation pure.

J’ai pas cherché plus loin, j’ai laissé ça de côté.

Voir ce premier critère de succès, ça m’a fait reconnaître, à un tout autre niveau, le fait que la sensorialité est au coeur de ce que je suis.

Ma sensibilité et mon rapport à la sensorialité, c’est pas neuf, hein, mais là, c’est comme si je voyais encore plus l’ampleur que ça prend en moi, dans ma construction personnelle, dans mon fonctionnement naturel. C’est comme si j’en voyais les ramifications qui s’étendent bieeeeeeen au delà de ce que je voyais alors.

J’ai laissé ça reposer tranquillement pendant que mon acolyte se faisait coacher, et puis une pensée en entraînant une autre, des liens se sont faits dans mon cerveau : c’est précisément quand je cherche à aller du côté de la sensorialité pure, la jouissance de la contemplation, que l’angoisse de fond se fait sentir—c’est pour ça que je sens que c’est moins simple d’aller par là.

En allant vers la sensorialité, une angoisse se lève : mais pourquoi ?

C’est LÀ que je pensais avoir un problème, avoir un truc à régler ou un truc à dégager. Alors qu’en fait, tout est naturel !

Et oui : faire toujours plus de place à la sensorialité, vu que la sensorialité c’est mon matériau de base, c’est me rapprocher de moi.

Me rapprocher de moi DANGEREUSEMENT, pour mon ego. Mon ego, quand je me rapproche de moi, il flippe. Il alerte, il allume les voyants rouges pour dire qu’il faut vite repartir d’où on vient.

Donc non, cette angoisse de fond qui se manifestait parfois, c’est pas le signe d’un mécanisme qui m’est propre et qui craint, c’est le signe d’un mécanisme humain universel : plus je me rapproche de moi, plus mon ego s’agite.

Et voir ça, ça fait TOUTE la différence pour moi : ça me permet de mettre beaucoup plus de finesse dans mes observations internes et donc d’ajuster toujours plus mes décisions et mes actions au quotidien, en fonction de moi. Ça me permet de me créer une vie qui me va au millimètre près.

Ne pas voir ça, ça fait que je me raconte une histoire sur un problème hypothétique et que je dépense de l’énergie à y penser ou à tenter de le résoudre.

En réalité, je n’ai rien d’autre à faire que de continuer à me rapprocher de moi et à observer de près les réactions possibles de mon ego, pour éventuellement ralentir quand elles se manifestent, mais continuer d’avancer dans ma direction.

Je te partage cette prise de conscience pour 2 raisons.

La première, c’est que tu pourras peut-être t’identifier là-dedans et en profiter pour toi-même, immédiatement.

La deuxième raison, c’est pour aborder un sujet que j’ai déjà pas mal abordélorsqu’il est question de business, mais pas encore trop dans le domaine du développement personnel ou de la Méta® quand on l’utilise que pour soi : l’entraînement et la progression continue.

La prise de conscience que j’ai faite plus haut, elle s’est pas faite d’un claquement de doigt. Je n’ai pas découvert que j’étais Été et Eau la semaine dernière. Je n’ai pas démarré le coaching et le travail sur moi il y a 2 mois.

Non, ça fait des années que je m’y mets, patiemment et avec constance. Ça fait des années que je m’explore, que je reviens sur des notions en apparence connues mais que j’approfondis. Ça fait des années que j’explore mon propre profil sous différents angles. Ça fait des années que je m’explore moi-même.

Et c’est précisément parce que je suis dans cette dynamique d’entraînement et de progression continue que ce que je mets en place dans ma vie (les stages que je fais, les coachings et les accompagnements que je prends, etc.) a autant d’impact dans ma vie.

Ça s’appelle l’effet cumulé : une petite action ne va pas créer beaucoup de différence dans ta vie. 10 petites actions ne vont pas créer beaucoup de différence dans ta vie. Mais au bout de plusieurs années, ces quelques petites actions, si elles sont faites très régulièrement, elles vont créer un impact qui peut devenir exponentiel.

C’est la même chose pour toi et ton profil Méta®. Connaître ton profil, c’est cool et ça peut déjà changer beaucoup de choses. Mais ton potentiel humain est infini et ne s’arrête pas à quelques caractéristiques reconnues.

Tu es un puits sans fond de beauté, de génie, de folie, d’amour et de bizarrerie. Faire un truc et puis t’arrêter là, c’est démissionner de ta propre réalisation.

Tu es un chef-d’oeuvre en perpétuelle création, tu auras toujours besoin d’artistes et d’experts autour de toi pour te guider. Considérer qu’à un moment tu seras autonome et que tu n’auras plus besoin de personne, d’abord c’est d’une tristesse infinie, mais en plus c’est du déni de ton propre potentiel, ça veut dire que tu te considères comme fini·e et limité·e.

Change ton regard sur ce que tu fais pour toi, ce que tu mets en place pour ton propre développement.

Arrête de te considérer comme un·e moldu·e qui peut se contenter de faire un truc de temps en temps. C’est l’entraînement et la régularité qui vont faire toute la différence.

T’es une putain de sorcière. T’es un putain de sorcier.

Entraîne-toi à identifier, connaître et reconnaître ta magie personnelle. Entraîne-toi à l’utiliser, encore et encore. Raffine ta magie. Prends-la au sérieux. Crée-toi un cadre pour la faire grandir. Fais-toi aider de magiciens aguerris qui pourront t’aider, t’inspirer, te montrer, te guider.

Y a que comme ça que tu arriveras à la jouissance et à la maîtrise de tes talents. C’est ça le prix à payer.

Soit tu paies maintenant, tu te choisis TOI, tu y vas, tu t’entraînes, tu fais le travail de fond, tu explores, tu t’entraînes encore et encore, et plus tu avances, plus tu reçois du retour sur investissement ; soit tu jouis maintenant du présent, qui ne va par contre pas beaucoup bouger, et tu paieras plus tard… avec des regrets.

Efforts maintenant = vie de jouissance après

Jouissance de la vie maintenant = vie d’efforts après (oui, on peut dire vie de merde, aussi)

Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires : à quoi ressemblerait ta vie si tu maîtrisais ta magie et tes talents ?

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment