Flora Douville • L'anti conseil en image | Si tu n’aimes pas (ou pas trop) ton corps…
4509
post-template-default,single,single-post,postid-4509,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Si tu n’aimes pas (ou pas trop) ton corps…

Certaines de mes clientes n’aiment pas toujours leur corps. En totalité, ou seulement en partie. Elles me disent…

 

…Je me trouve trop ronde, je me sentirais mieux avec [ bip ] kilos de moins.
…J’ai besoin de faire la paix avec mon corps
…J’ai des complexes que j’essaie de cacher derrière des vêtements amples
…J’accepte mal mes kilos en trop
…Quand je me regarde, je ne vois que des imperfections, rien de beau

 

Quand je repense à ma vie de lycéenne, ce qui me revient rapidement c’est ma pâleur. Mes « potes » m’appelaient Doudou, et Doudou, et bien elle était connue pour être blanche. Pas une blancheur type teint de porcelaine, immaculé, frais et gracieux, non. Une blancheur type cachet d’aspirine, lavabo, fromage blanc et anémie. Bref, ma réputation, quelle qu’elle soit à l’époque, ne tenait pas à ma « bonne mine ».

Et puis un jour dans cette vie de lycéenne, j’ai découvert que beaucoup de couleurs me donnaient un teint de cachet d’aspirine effectivement, alors que d’autres me faisaient passer dans la catégorie « teint de porcelaine, immaculé et frais » ! Si c’est pas génial, ça ?!

Bon, je t’avoue que je n’ai pas porté ces couleurs flatteuses du jour au lendemain : je n’étais pas prête à être… flattée. Mais cette expérience a mis à plat les idées que j’avais –inconscientes– sur moi et sur mon image.

Et puis plus tard, j’ai également découvert que d’autres éléments pouvaient jouer sur mon teint : la qualité de mon sommeil, mon alimentation, mon épanouissement, mon état de santé général…

J’ai donc compris que pour répondre à ce complexe « je suis blanche », je pouvais renforcer et mettre en valeur ma beauté personnelle grâce aux couleurs, mais aussi mettre en place un mode de vie qui m’était personnellement adapté.

Et toi ? Voici ce que tu as à faire pour sortir de ta situation inconfortable :

 

1. Le vouloir

C’est la première condition. Si ta situation inconfortable te convient pour une raison ou pour une autre, consciente ou inconsciente, tu auras bien du mal à en sortir, puisque… tu veux y rester ! Vérifie donc où tu en es sur cette question.

 

2. Accepter la réalité présente

Tu ne pourras agir sur ta situation que si tu en prends la mesure, que si tu la regardes telle qu’elle est. Pour ton corps, ça veut dire deux choses :

 

• voir ce que tu es réellement

Au dessus des nuages, le soleil brille. Toujours, quoi qu’il arrive. Ce que tu es réellement, au delà de ta météo actuelle, c’est ta beauté. C’est ce qu’il te faut apprendre à voir.

Pour moi, c’est la découverte de mes vêtements idéaux qui m’a permis de passer à travers les nuages pour accéder au soleil, voir ma propre beauté. Certains vêtements me font me sentir belle et bien, alors que d’autres me font me sentir nulle et moche. Et ça, quel que soit mon état d’esprit, mon humeur et mon état de bien-être général.

 

• voir ce qui est, aujourd’hui, et qui dysfonctionne

C’est ça, ce que j’appelle la météo : il se peut que tu te sentes un peu à côté de toi-même, fatiguée, complexée, trop grosse, etc. Ça peut durer quelques jours, ou des années. Mais ce n’est que la météo.

 

3. Faire les ajustements nécessaires pour faire évoluer la réalité

À partir de la réalité telle qu’elle est, tu as deux pistes à suivre, séparément ou simultanément (c’est mieux !) :

 

• travailler sur ce qui dysfonctionne

Un dysfonctionnement du corps (problème de santé, de poids, inconfort, problème physique, etc.) est un signal qu’il t’envoie, pour attirer ton attention. Il est peut-être en train d’éliminer un problème tout seul, mais il a peut-être besoin de ton aide aussi. Ne reste pas les bras croisés, aide-le.

Je ne cautionne pas « l’acceptation à tout prix » : si tu as un problème de poids ou un autre trouble physique, ne l’accepte pas sans rien faire. Accepte la réalité, mais pour mieux la transformer. Tu n’as pas à accepter ce que tu n’es pas !

 

• apprécier et renforcer le beau

Apprend à mettre en valeur ta beauté naturelle, pour mieux voir celle que tu es profondément (et dieu, que tu es belle !). Plus tu perçois celle que tu es, plus tu te trouveras belle. Et vice versa. Et caetera.

Accepter la réalité ne veut pas dire continuer à la nourrir.

Accepter la réalité, c’est le premier pas pour la faire évoluer.

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi


Enregistrer

Enregistrer

2 Comments

  • Avatar

    Rima

    14.07.2015 at 18:04 Répondre

    le problème est que tout en « dysfonctionne ». et ça me décourage pour entreprendre quoi que soit pour changer. je suis moche(tout est moche, de la tête aux pieds!, rien ne me va), stupide, malheureuse, malaimée, tout est à refaire, autant ramener une autre personne à ma place.

    • Flora Douville

      Flora Douville

      25.07.2015 at 22:29 Répondre

      Il est tentant parfois de tout mettre dans le même sac, mais c’est une solution de facilité, qui vous permet de ne rien faire, ne rien changer (puisque la seule solution que vous voyez, à savoir changer de personnalité ou de corps, est bien sûr impossible). Je vous invite à regarder en vous la partie que ça arrange, de ne pas changer. Qu’est-ce que ça vous permet, dont vous avez besoin ?

Post a Reply to Flora Douville Cancel Reply