Flora Douville | Quand j’ai pas mon coach sous la main, je prends la musique
25586
post-template-default,single,single-post,postid-25586,single-format-standard,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Quand j’ai pas mon coach sous la main, je prends la musique

Mardi dernier, c’était mon anniversaire—tu dois commencer à le savoir ! C’était aussi le jour des résultats de la loterie de la carte verte : chaque année l’administration américaine sélectionne des candidats à l’immigration parmi les gens qui se sont inscrits. C’était mon cas, je m’étais inscrite.

Par contre, le soir des résultats, j’étais incapable de mettre la main sur mon numéro d’inscription, qui est indispensable pour accéder aux résultats. C’est ballot. J’étais à Paris et j’avais fait mon inscription il y a 6 mois, chez moi à Nantes. Si je voulais le retrouver, il fallait que je sois à mon bureau. Et j’y étais pas.

Avec tout ça, j’étais très agitée.

Je suis arrivée avec mon amie à la salle de concert dans cet état. Le concert, c’était dEUS, un groupe de rock que je connais peu mais dont j’écoutais le disque en boucle au début de mes années d’étudiante.

On est entrées dans la salle et on a rapidement trouvé un bon spot pour voir la scène.

J’avais envie que le groupe commence, j’avais envie d’être à la maison pour chercher ce foutu numéro, j’avais envie d’avoir été sélectionnée pour avoir une carte verte pour ne pas avoir à faire les longues et coûteuses démarches pour obtenir un visa, j’avais envie de ne pas être en moi-même à ce moment-là, c’était agité, c’était chiant.

Rapidement, le groupe est arrivé et a commencé à jouer ça. Le chanteur était en jupe.

Ils ont envoyé direct une bonne énergie, on sentait qu’ils étaient au clair sur pourquoi ils étaient là : rejouer leur album de 1999, se faire plaisir et partager ça avec le public.

Moi je me suis pris une claque.

D’abord, l’énergie de la musique, quand je me la prends live, comme ça, ça me fait toujours un décrassage intérieur, comme si mes cellules en profitaient pour sortir les poubelles et dégager tout ce qui doit dégager.

Ça m’a donné envie de danser, de bouger, de laisser circuler toute l’agitation qui était là. J’étais toujours dans un état de kif partiel et de refus de la situation, et j’avais besoin de laisser faire. Alors j’ai pris la musique comme un traitement, un remède à avaler et à laisser agir.

Ensuite, la musique m’a replongée en moi-même et dans mon monde émotionnel. Je ne me souviens pas du tout du contexte dans lequel j’écoutais ce groupe, mais 20 ans après, les paroles me revenaient précisément, les phrases musicales, les parties de guitare et de synthé, les voix, les sensations, les paysages intérieurs, mon univers.

Et puis, face (et bien en face) à ce groupe de 5 mecs qui envoie une énergie de dingue, je suis revenue à moi.

Je m’en fous si j’ai pas la carte verte.
J’irai habiter aux US d’une manière ou d’une autre.
Je trouverai la solution.
Ok, je suis pas sélectionnée, et alors ? Qu’est-ce que ça peut foutre ?

C’est pas que j’y croyais plus, ou que j’étais découragée, loin de là. Mais j’étais dans une agitation, avec cette histoire d’annonce des résultats et la perte du numéro. Ça m’avait fait perdre de vue mon objectif, ce vers quoi j’avance. Mon énergie s’était barrée dans toutes les directions sauf la bonne. Je sentais que j’étais plus là.

Je ne savais pas à quoi m’attendre avec ce concert. Je n’avais jamais vus ce groupe avant, je ne l’écoutais plus depuis des années. Je n’aimais pas toutes les chansons de l’album qu’ils allaient jouer, avant de les voir sur scène.

Ce concert m’a bien remis les idées en place. À la sortie, je savais très clairement ce que je voulais.

En sortant de la salle, j’étais pas non plus dans une énergie de dingue, genre “je vais tout défoncer” : j’étais secouée. J’avais eu l’opportunité de voir comme je m’étais agitée toute seule, comme j’avais moi-même créé cet état de confusion et de chianlie. J’étais en train d’intégrer. Puis on a marché pour rentrer à l’hôtel.

Ce qui me ravit dans l’histoire, c’est d’abord d’avoir retrouvé de la clarté sur ce que je veux et donc, l’énergie qui va avec pour agir.

Ensuite, c’est d’avoir été capable de discerner tout ce que je viens de te raconter. Il y a quelques années, j’aurais simplement traversé la houle sans savoir où j’allais ni ce qui se passait. Ça aurait pu me paralyser pendant un bon moment. Je me serais posé beaucoup de questions. J’aurais coupé les cheveux en quatre, j’aurais dépensé un paquet d’énergie à essayer de sortir de cette purée de pois.

Ça fait des années que je me bouge le c*l pour trouver les meilleurs professionnels pour m’accompagner à être plus consciente de ce qui se passe à l’intérieur de moi, plus efficace, plus productive, plus performante, plus moi-même—tout ça est lié, évidemment. Et comme tu le vois, ça paie.

.
Je suis allée me coucher avec l’impression de m’être pris leur niaque en intraveineuse.

.
Si tu veux savoir ce que je mets en place concrètement dans ma vie, pour me créer une vie sur-mesure, reste dans les parages : je suis en train de travailler sur un projet qui va sortir cet été et qui va grave t’inspirer à te créer la tienne à ton image. Je t’en reparle la semaine prochaine.

.

Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires ce que tu retires de cette expérience que je viens de te raconter.

Hop, là !

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :

8 Comments

  • Avatar

    Aurore ARNAULT

    14.05.2019 at 10:15 Répondre

    Bonjour Flora,
    J’aimerai bien avoir le nom et les coordonnées de ton coach stp.

    Merci et bonne journée

    • Flora Douville

      Flora Douville

      27.05.2019 at 09:35 Répondre

      Mon coach, c’est Nicolas Gétin, tu pourras le retrouver sur Facebook.

  • Avatar

    françoise

    14.05.2019 at 11:00 Répondre

    bonjour Flora,
    merci pour cette histoire,
    j’en retire 2 choses:
    le copyrwinting le mot d’appel dans l’objet du mail: coach et musique
    2 mots qui font raisonnance, je fais du coaching « stress et émotions »
    je suis musicienne amateure, et c’est un langage puissant pour moi ;
    ce mail, je l’ai lu en diagonale, il me paraissait trop long,
    les phrases en gras n’ont pas échapé à mon regard et à leur lecture,
    le cliquer sur la musique:(jy suis encore )
    donc j’ai relu avec attention toutes les lignes!
    j’ai compris la démonstration ,dans la mesure où je raconte une histoire intéressante pour ma « cible »;.La longueur n’est pas un frein !
    merci pour cette leçon de copywrinting .
    Bien à toi, Françoise
    à l’avenir je lirai tes mails au lieu de les mettre directement à la poubelle, car submergée d’info.

    • Flora Douville

      Flora Douville

      27.05.2019 at 09:34 Répondre

      Ravie de lire ça Françoise, merci de ton retour.

  • Avatar

    Maily Lili

    14.05.2019 at 12:16 Répondre

    Mais du coup, est-ce que tu as été tirée au sort pour la carte verte ?
    Et oui, moi aussi, j’ai fait beaucoup de progrès sur le lâcher prise des émotions qui peuvent prendre toute la place. Je sais maintenant quand est-ce qu’il faut que je bouge pour extérioriser! Il y a 3 mois, ce n’était pas encore ça!

    • Flora Douville

      Flora Douville

      27.05.2019 at 09:33 Répondre

      Non je n’ai pas été tirée au sort pour obtenir la green card :)

  • Avatar

    Lydia

    14.05.2019 at 12:51 Répondre

    Ah, je vois tout à fait cet état et la force de la musique pour tout remettre en place à l’intérieur !

    ça, je l’ai appris par une autre manigance de ma vie : plusieurs années de PMA (Procréation Médicalement Assistée), pendant lesquelles j’ai tout mis en place en même temps : agrément pour l’adoption, travail hyper demandeur nerveusement et psychologiquement, achat d’un appartement, mariage…. Lors de la dernière FIV ICSI je venais de terminer un contrat, c’était le printemps, je me suis dit que basta, si je n’avais pas d’enfant naturellement je me réaliserais autrement… et j’ai écouté les oiseaux chanter, j’ai pris du plaisir à des petites choses, j’ai arrêté de lutter.
    C’est là que mon fils aîné s’est installé dans mon ventre.

    Parallèlement, je vais au festival de Jazz In Marciac depuis plus de 30 ans, et je me plonge dans les concerts chaque soir avec mes états d’âmes, sans savoir comment je vais en ressortir. C’est effectivement un nettoyage complet. Pour écouter, pour sentir les vibrations, les interactions entre musiciens et public, les énergies qui circulent, c’est un super exercice, qui permet, si on se laisse faire, de revenir dans ses bottes.

    Aussi je ne peux que confirmer ce que tu racontes dans ce billet.

    • Flora Douville

      Flora Douville

      27.05.2019 at 09:31 Répondre

      Wow ! Merci pour ce témoignage :)

Post a Comment