Flora Douville • L'anti conseil en image | Pour atteindre l’unité, il y a une décision à prendre. Une seule.
4503
post-template-default,single,single-post,postid-4503,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Pour atteindre l’unité, il y a une décision à prendre. Une seule.

Me revoici après une semaine de vacances revigorante. J’ai passé beaucoup de temps avec mes deux filles : ça m’a fait du bien ! Et aujourd’hui, je vais vous dire ce que l’aînée, Lou Mé, tente de m’enseigner sans relâche depuis quelques temps maintenant –les enfants sont de très bons enseignants, le saviez-vous ?

 

Si vous…

…êtes fatiguée par le décalage que vous ressentez entre le dedans / le dehors
…voulez trouver la paix et l’harmonie
…n’arrivez pas à affirmer qui vous êtes profondément
…êtes en quête d’unité
…voulez vous montrer vraie, authentique, telle que vous êtes intérieurement

 

Mon histoire est pour vous !

Lou Mé a donc 5 ans 1/2, et choisit elle-même les vêtements qu’elle porte. Par contre, elle ne choisit pas entièrement les vêtements que nous achetons : la plupart du temps, je fais une sélection que je lui soumets, et selon ce qu’elle me dit et ses réactions, je garde ce qui convient et rends le reste.

Connaissant le profil vestimentaire de mes filles (je les ai sus avant leurs naissances, mais ça c’est une autre histoire), je leur choisis des vêtements dans les bonnes couleurs, matières (autant que possible) et formes.

Si je croise ma sélection de vêtements pour elle avec ses goûts, il ne reste, euh… plus grand chose.

Jusqu’à peu, j’essayais encore de lui faire porter certains vêtements qu’elle avait choisis elle-même, mais qu’elle avait rapidement laissés de côté. Mais je constate qu’elle est comme moi –haha ! et qu’elle est très claire sur ce qu’elle veut, et ne veut pas.

Et c’est là qu’est l’enseignement :

 

Lou Mé me montre qu’elle n’a besoin de presque rien pour s’habiller, et que ça lui convient très bien.

 

C’est vrai après tout, où est le problème ?

Elle pourrait porter la même tenue, monochrome, toute une semaine, sans rien y voir à redire. Et même plus : elle ne renonce jamais aux quelques vêtements qu’elle préfère. S’ils sont sales, elle les met quand même et trouve une parade (elle met des chaussettes pour cacher une tache sur ses collants).

Ce qui est amusant, c’est que je fonctionne pareil. Je le sais déjà, qu’on n’a besoin de presque rien. Je ne porte moi-même pas beaucoup de vêtements différents : mes vêtements tiennent tous dans une moitié d’armoire (l’autre moitié est occupée par les vêtements de mon mari), et je n’ai pas de penderie. Je ne porte que certaines couleurs de ma palette, celles qui me vont le mieux, et dans lesquelles je me sens moi. Je n’ai plus de pantalons, que des leggings et des collants, que je porte avec des tuniques ou des robes.

Parce que les vêtements qui vous vont vraiment, chère lectrice, il n’y en a pas tant que ça. Ils sont une combinaison de couleurs, de matière et de forme qui soutient parfaitement votre physique, qui accompagne votre énergie. Il faut donc que 3 critères essentiels soient réunis pour qu’un vêtement vous corresponde. C’est la condition sine qua non pour que vous puissiez rayonner dans votre vêtement sans même y penser, y trouver le confort nécessaire, et exprimer profondément et simplement qui vous êtes.

Donc oui, ce que Lou Mé me montre à travers ses choix exclusifs, je le sais déjà. Mais si je me sens moi-même très à l’aise avec l’idée de porter des tenues qui se ressemblent beaucoup, je me questionne parfois sur le ressenti que pourrait générer cette information chez les autres, chez vous.

 

Alors, je vous le demande :

êtes-vous prête à lâcher votre besoin de changement et de variété ?

avez-vous remarqué que de toutes façons, même si vous possédez plein de vêtements différents, vous portez souvent voire toujours les mêmes ?

oseriez-vous ne porter plus que les vêtements qui vous mettent en valeur ? Et si non, pourquoi ?

 

Les enfants, en général, ne sont pas encore trop « atteints » par nos conditionnements sociaux d’adultes. Ils ont envie de rayonner, d’être vus pour ce qu’ils sont, et n’essaient pas de se cacher derrière des masques, des fringues, ou des excuses.

Pour trouver et vivre l’unité, pour atteindre l’harmonie entre l’intérieur et l’extérieur, vous avez à vous défaire de vos conditionnements vestimentaires. Et pour ça, il faut d’abord en prendre la décision. Même si vous ne savez pas comment faire, ni par quoi commencer.

 

Il vous faut prendre la décision intérieure ferme et définitive que vous voulez atteindre l’unité.

 

Les possibilités pour y arriver se présenteront à vous par la suite.

 

Ça vous a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscrivez-vous


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 Comments

  • Avatar

    Sit

    05.05.2015 at 16:09 Répondre

    Merci Flora pour cette bonne nouvelle qui rejoint exactement ce que je suis en train de vivre en ce moment (mais quelquefois j’ai besoin d’entendre exprimer mes intuitions avec les mots d’autres personnes pour les reconnaître avec évidence).

    • Flora Douville

      Flora Douville

      06.05.2015 at 15:37 Répondre

      Chouette Irène ! Ravie que ça te parle 🙂

  • Avatar

    Suzanne

    18.07.2015 at 16:04 Répondre

    Bonjour Flora,

    Effectivement, nous mettons souvent les mêmes vêtements…à partir du moment où nous nous sentons bien….. à l’aise, et en adéquation avec notre personnalité.
    Merci Flora.
    Bonne journée.
    Bien cordialement.
    Suzanne

    • Flora Douville

      Flora Douville

      25.07.2015 at 22:25 Répondre

      Oui Suzanne. Et finalement, très peu de vêtements nous vont vraiment ! Mais… qu’est-ce que ça peut faire ?
      🙂

  • Avatar

    Nadine BILLERE

    27.07.2017 at 15:32 Répondre

    Bonjour Flora!

    Personnellement, je ne suis pas prête à lacher mon besoin de variété. L’idée de porter une même tenue 2 ou 3 jours de suite me gêne (pour moi). Même si je suis d’accord qu’il y a beaucoup de conditionnement vestimentaire la dedans (je réfléchis beaucoup à mon rapport au shopping), je me demande si le besoin de varier ne tient pas pour beaucoup au trait de personnalité. Par exemple, je n’aime pas cuisiner 2 fois la même chose dans le mois. Je n’aime pas aller au même endroit en vacances même si ça m’a plu. A l’inverse, mon conjoint n’est pas du tout géné à l’idée de manger les mêmes menus toutes les semaines ou de partir au même endroit de vacances qui lui plaît. Et il n’a pas besoin de varier da garde robe non plus… pour parler Méta, je me demande si le besoin de variété s’exprime quand il y a de l’air quelque part dans notre énergie, alors que peut être que pour une énergie terre, le besoin de constance domine?

    A propos des enfants, j’ai l’impression qur ma fille de 5,5 ans est bien conditionnée déjà par la société de consommation. Elle n’a pas besoin de beaucoup de vêtements, c’est vrai. Elle veut remettre toujours les 10 mêmes vêtements. En revanche, elle veut porter tout ce que les autres portent, elle veut le Tshirt à paillette de sa copine, des basket roses d’une autre etc… du coup, je me demande si elle exprime vraiment qui elle est en faisant ça…

    A bientôt!
    Nadine

Post a Comment