Flora Douville | Personne ne l’avait vu, sauf elle.
22518
post-template-default,single,single-post,postid-22518,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Personne ne l’avait vu, sauf elle.

Aujourd’hui j’ai envie de te raconter une petite histoire qui m’a beaucoup touchée et remplie de joie, ce week-end.

Quand je l’ai entendue, j’ai immédiatement pensé : il faut absolument que je m’en souvienne pour la raconter mardi !

C’est une de mes belles-sœurs qui me l’a racontée. Elle travaille dans une résidence pour personnes âgées.

Dimanche matin, elle s’occupait entre autre de la toilette d’une dame, avant de l’habiller. Le personnel de la veille lui avait choisi des vêtements pour la journée.

Mais ma belle-sœur, qui a fait le test des couleurs, voyait bien que cette dame était Automne et que les vêtements choisis ne lui allaient pas.

Par contre, elle avait repéré dans son armoire une jolie robe au motif automnal – on aurait dit les feuillages d’une forêt à l’automne, c’était magnifique ! m’a-t-elle dit.

Elle a donc rangé les vêtements initialement préparés et a sorti, à la place, cette jolie robe et un gilet d’une couleur de la même palette.

Elle a habillé cette dame de ces vêtements-là : des vêtements en accord avec son rayonnement. Elle m’a dit : tu l’aurais vue, elle était resplendissante – sa saison est tellement visible que ça en crève les yeux ! Elle était tellement belle, dans ses couleurs !

Moi j’écoutais son histoire, en imaginant la scène. La résidence, les personnes âgées, le personnel, ma belle sœur, cette petite dame, sa belle robe automnale, son petit gilet et sa beauté.

 

Et j’avais presque envie de pleurer.

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Aucun commentaires

Laisser un commentaire