Flora Douville • L'anti conseil en image | On n’obtient pas d’or comme ça…
3648
post-template-default,single,single-post,postid-3648,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

On n’obtient pas d’or comme ça…

Les chercheurs d’or le savaient bien : c’est en éliminant tout ce qui est en trop que l’on obtient de l’or. En passant le sable, et le reste, dans un tamis. En laissant partir la poussière, les petits cailloux et la terre. C’est à ce moment-là que l’or apparaît : après que tout le reste soit parti.

Chouette, une chanson à écouter en lisant !

C’est la même chose pour vous : votre essence, le meilleur de vous-même, ne pourra être visible et se donner au monde que quand vous aurez lâché le reste. La poussière, les petits cailloux et la terre.

Il s’agit de toutes les choses que vous avez acceptées, jusqu’à aujourd’hui, et qui ne vous conviennent pas. Les choses que vous avez accepté de dire, ou de taire. De faire, ou de mettre de côté. De suivre, ou de laisser tomber. De croire, ou de penser. De porter, ou de ne pas porter. De montrer de vous.

Chaque jour, je travaille à vous aider à vous débarrasser de la poussière, des petits cailloux et de la terre qui vous encombrent, en m’appuyant sur le vêtement, et votre image. Entre autres.

Quand on regarde dans le détail, on peut y voir beaucoup de choses : de la créativité, de la légèreté, de la nouveauté, de la découverte, un plaisir profond retrouvé à s’habiller… Mais quand on prend du recul, vous savez ce qu’on voit ? Simplement des âmes qui reprennent les rennes de leur vie, et qui remettent l’ego à sa place. Comment on le sait ? Parce que c’est beau à voir.

La poussière, les petits cailloux et la terre, c’est une sorte de protection que votre ego a créée quand vous étiez petite, parce que pour grandir et se développer sans prendre la vie en pleine figure, c’est nécessaire. Même si la vie n’a pas été trop difficile avec vous : il y a toujours une partie de soi, enfant, que l’on a peur de montrer, que la peur soit justifiée ou non. Mais à un moment donné, cette protection ne vous protège plus, elle vous cache. Elle vous bloque. Elle vous empêche.

Aujourd’hui, je crois que vous savez exactement ce que vous seriez prête à lâcher. Une idée sur vous. Une croyance sur ce qui est possible, ou pas. Une habitude qui vous nuit. Un fonctionnement qui trahit une peur. Un pull qui vous couvre tellement qu’on ne vous voit plus. En reconnaissant que c’est une protection et en l’acceptant comme telle, il vous sera plus facile de la laisser derrière vous.

Laissez votre or apparaître petit à petit. Le monde en a besoin, vous en doutez encore ?

PS : en ce qui me concerne, je me défais d’une croyance : celle de devoir attendre pour accéder à mon rêve… je vous en dis plus demain !

Ça vous a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscrivez-vous


No Comments

Post a Comment