Flora Douville • L'anti conseil en image | On ne sait jamais à l’avance.
22791
post-template-default,single,single-post,postid-22791,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive
Citation Flora Douville

On ne sait jamais à l’avance.

Pendant que tu lis ça, je suis en train de dormir, car il est minuit à Santa Monica où je suis pour la semaine, en business retreat.

Je dis business retreat parce que c’est pour travailler sur mon activité professionnelle que je suis là. Mais c’est pas vraiment le sujet, finalement.

Je sors d’un stage intensif de 4 jours avec mon coach et je m’apprête à replonger dans un stage plus intime pour 4 jours à nouveau.

Le premier stage était dense mais c’est un bonus auquel j’ai droit pour m’être inscrite à son groupe de travail. J’y suis donc venue la bouche en cœur, c’est le cas de le dire – tu vas comprendre.

J’ai été présente et j’ai participé : parce que j’aime ça, être là et jouer le jeu. Je fais les exercices, j’écoute et je me laisse traverser par ce qui vient.

Et puis un de mes collègues est monté sur scène et nous a fait faire un exercice de respiration court et intense. J’ai donc, là aussi, joué le jeu.

J’ai déjà expérimenté des exercices de respiration divers et parfois très puissants, par le passé. Je ne dirais pas que celui-ci l’était encore plus, que ça dépassait ce que j’ai connu, etc. Ce n’est pas le propos. On s’en fout, en fait.

Ce qui s’est passé, c’est que j’ai pris cet exercice comme une proposition que j’ai acceptée par curiosité. La curiosité avec laquelle je suis venue à ce stage. J’ai fait l’exercice. J’ai respiré comme il nous a dit de faire. Je me suis laissée imprégner par le son du tambour et par la musique. J’ai laissé sa voix me guider, même quand je me sentais bizarre et engourdie.

J’ai continué l’exercice en observant de l’intérieur tout ce qui se passait en moi. Les sensations physiques. La présence ou l’absence d’émotion. Les pensées qui allaient et venaient.

Jusqu’à sentir comme une explosion intérieure. Si je devais décrire ça, je dirais que ça ressemblait à une éruption volcanique sous l’eau – nous avons de manière évidente toutes déjà assisté à un tel phénomène, donc je pense que tu vois très bien de quoi je parle.

 

D’un coup, j’ai senti que mon cœur était ouvert.

 

Ouvrir mon cœur que j’ai eu à cœur – haha – de protéger et donc fermer, inconsciemment et parfois consciemment, pendant… toujours, ce n’est pas un truc facile. Ce n’est pas non plus un truc définitif, je sais.

S’il y a une chose dont j’avais vraiment besoin mais que je n’aurais pas été chercher, c’est ça.

 

Ce dont on a besoin se révèle au fur et à mesure.

 

Parce que je suis curieuse de voir ce qui va se passer…
Pour voir ce que ça fait…
Pour sentir comment c’est…

… sont des raisons valables et suffisantes pour prendre une décision et faire quelque chose.

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi


Enregistrer

No Comments

Post a Comment