Flora Douville • L'anti conseil en image | Octobre rose — attention je dis des gros mots !
23347
post-template-default,single,single-post,postid-23347,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Octobre rose — attention je dis des gros mots !

Il y a quelques jours, j’ai reçu un message sur Facebook, qui me demandait de mettre un cœur sur mon profil et de transmettre ce message à tous mes contacts féminins — parce que c’est la semaine du dépistage du cancer du sein.

Alors je vais vous le dire tout de suite, je le ferai pas. Ce message a généré de la colère chez moi et j’ai tout de suite eu envie de dire haut et fort ce que je pense depuis un moment discrètement.

Il y a plein de choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord dans notre société mais ça serait indigeste de tout balancer maintenant. Alors on va prendre les sujets dans l’ordre où ils se présentent.

 

Le dépistage du cancer du sein, quelle belle connerie !

 

Évidemment, mes propos n’engagent que moi, on est d’accord. Une petite recherche sur internet pour voir que tous les titres des articles qui traitent du sujet disent “le cancer du sein, on en parle !”. Oui, on en parle, pour ne rien dire. On parle de faire des mammographies et des tests pour vérifier si y a pas des gènes ou des antécédents dans la famille.

Je le sais, je fais partie des personnes à haut risque. Mais franchement, je crois pas que j’aurai un cancer du sein.

On fait des tas d’émissions de télé, des articles, des marathons, des événements en veux-tu en voilà pour “sensibiliser” l’opinion publique… mais sensibiliser à quoi ?! On parle même pas des causes réelles du cancer ! On dit juste aux femmes d’aller se faire écraser les seins dans des machines qui ne m’inspirent pas confiance — certaines tumeurs sont bénignes (certes, pas toutes) et disparaissent d’elles-même et je ne serais pas étonnée d’apprendre que des femmes aient subi des traitements lourds sans en avoir eu réellement besoin.

Le corps médical semble se foutre complètement du passé des femmes ayant eu un cancer du sein et surtout, de la façon dont elles ont géré / intégré ce passé. Pas de vision holistique.

Ma mère a eu un cancer du sein quand j’avais 4 ans. Je me souviens pas trop de cette période, à part que j’allais la voir à l’hôpital pendant ses traitements de chimio. Pour moi, c’était normal.

Ma mère n’a pas “attrapé” un cancer du sein. Elle ne l’a pas eu par hasard. Et elle ne l’a pas eu non plus parce que c’était dans ses gènes.

Elle a développé ce cancer parce qu’après avoir subi des abus sexuels de la part de son père pendant son enfance, elle n’a pas trouvé le moyen de le dire et de laisser partir toutes les émotions qui la hantaient : la culpabilité, la honte, la colère, l’humiliation, la tristesse… Alors au bout d’un moment, certaines de ses cellules se sont mises à en attaquer d’autres — c’est le principe du cancer.

C’est une semaine avant sa mort qu’elle a réellement et profondément pris conscience que c’était ça, la cause de sa maladie, qui l’avait suivie comme son ombre pendant la moitié de sa vie.

Et cette histoire-là n’est pas un cas particulier. Toutes les histoires de cancer dont j’ai entendu parler autour de moi, de près ou de loin, semblent être liées à des événements mal vécus, non digérés, enfouis, refoulés. Des histoires toutes différentes, mais qui ont comme point commun d’avoir généré des montagnes d’émotions qui sont restées bien au chaud, à l’intérieur

 

Les émotions qui restent longtemps à l’intérieur, c’est toxique.

 

Alors tant que la façon de “prévenir” le cancer du sein en France ça sera de faire des émissions télé où tout le monde porte un ruban rose, se congratule sur l’absolue non-avancée de la réflexion sur le sujet, de faire des événements pour ne rien dire, et de mettre des cœurs sans aucun autre message sur son profil Facebook, je ne soutiendrai pas ce non-mouvement.

 

C’est du foutage de gueule.
On est en 2017, bordel !

 

Tant que la médecine occidentale, pour traiter les cancers, se bornera à balancer encore plus de toxicité au corps que ce qu’il a déjà pu encaisser (pour rappel, il est plein d’émotions non digérées donc toxiques), sans chercher la cause réelle et en se foutant totalement de l’élément déterminant qu’est l’alimentation dans tout ça — y a des tas d’études scientifiques sérieuses et indépendantes sur le sujet, bordel ! Qu’est-ce que vous foutez, l’ordre des médecins ? C’est une question purement rhétorique, je connais la réponse, merci — je ne m’intéresserai absolument pas à tout ce boxon qui sert bien les media et les laboratoires pharmaceutiques, mais certainement pas vous, ni les femmes qui font partie de votre vie, de près ou de loin.

 

Octobre rose, tu peux aller te faire foutre. Reviens quand t’auras un vrai truc à dire.

 

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


8 Comments

  • Avatar

    Anasthasia

    31.10.2017 at 09:05 Répondre

    Salut Flora,

    merci d’avoir le courage d’écrire ce que je pense aussi depuis longtemps. Bises

    • Flora Douville

      Flora Douville

      29.12.2017 at 13:35 Répondre

      Avec plaisir Anasthasia !

  • Avatar

    mariegerard & DHUYSER

    05.10.2018 at 10:07 Répondre

    oui je suis ok avec ça, merci de trouver les mots qui me manquent souvent y compris les gros …!

  • Avatar

    Marine

    05.10.2018 at 10:33 Répondre

    idem pour moi
    je suis persuadée que le cancer est lié à des états émotionnels qui n’ont pu être gérés et qui nous bouffent de l’intérieur
    Ma mère aussi a eu un cancer du sein et je pense qui si j’ai un jour un cancer du sein (je ne dis pas que je n’en aurai pas) c’est moi qui me le serai créé et j’irai voir dans mon histoire !
    La première fois que j’ai pris conscience de cela c’est quand je suis allé chez mon gynéco pour confirmer que j’étais enceinte. Il était en vacances et son remplaçant en regardant mon dossier commence par me dire : çà fait longtemps que vous avez fait une mammo (j’en avais jamais fait !!!) et je lui ai répondu cela vous dérangerait de me demander pourquoi je consulte !!!!

  • Avatar

    Agnès Francke

    05.10.2018 at 11:53 Répondre

    Tout à fait d’accord!! Rectifier ses pensées en permanence: mens sana in corpora sano », comme dirait déjà Juvenal au 1er siėcle et plus tard Montaigne.
    Allez faire un petit tour du côté de ‘In course en miracles, ma bible depuis longtemps, qui m’a aidée à débusquer mes croyances et jugements de valeur

  • Avatar

    Danny KADA

    05.10.2018 at 13:56 Répondre

    Entièrement d’accord dsutoi Flora, je ne donne jamais suite à une demande cœur sur ma page FB ni à un dépistage. Comme tu dis, tout cancer ce sont nos émotions refoulées qui le fabriquent. Alors, ce n’est pas les petits nœuds roses qui y changeront quelque chose !

  • Avatar

    Delphine KAPPS

    05.10.2018 at 20:43 Répondre

    Bonjour Flora,

    Mon dieu, quel article…

    Tu écris « franchement, je crois pas que j’aurai un cancer du sein. » Ben tu sais quoi, moi non plus. Mais personne ne nous demande notre avis en fait. Et j’en aurai peut-être un. Je te rejoins sur le fait qu’il n’y ait pas de hasard, mais la vérité c’est que des centaines de facteurs influent sur le développement des cancers, et qu’on ne les connaît pas tous. C’est tellement dur à appréhender qu’on parle parfois de hasard – à mon sens à tort -, mais c’est plutôt un raccourci.

    Non, je ne suis pas d’accord avec toi, on ne dit pas aux femmes de se faire écraser les seins et terminé bonsoir. On leur dit de prendre soin d’elles, de leur alimentation, de leur moral, de leur mode de vie, de leurs loisirs, de leurs activités physiques. Parce que oui, mieux vaut prévenir que guérir. Cependant, cela ne suffit pas. Eeh non. Des personnes avec un mode de vie irréprochable développent des cancers. Donc on bosse sur un chouette mode de vie, mais on peut pas tout miser là-dessus, je t’assure. Tous les facteurs ne sont pas en notre contrôle et il est donc très important de faire ces dépistages pour vérifier que tout va bien. Pourrais-tu m’éclairer sur « les machines qui n’inspirent pas confiance » ? Peux-tu me décrire l’allure d’une machine en laquelle tu aurais confiance, s’il-te-plaît ?

    « Le corps médical semble se foutre complètement du passé des femmes. » Comment peux-tu dire ça ? Tu vois qu’il y a des problèmes de santé non résolus donc tu te permets de blamer le corps médical ? Je ne suis pas d’accord, il y a d’excellents médecins qui prennent le temps de tout bien connaître de leurs patients (moral, rythme, métier, évènements passés, famille…), il y a des institutions, des financeurs, des laboratoires, des hôpitaux, des start-up, dont les préoccupations sont qu’il y ait moins de malades, plus de bien-être et de bien vieillir au maximum. D’autres personnes/groupes ne sont pas dans cette démarche hélas, c’est vrai.. Mais mettre tout le monde dans le même sac me paraît bien erroné comme « raisonnement ».

    « Certaines de ses cellules se sont mises à en attaquer d’autres — c’est le principe du cancer ». *soupir* Non Flora, tu n’y es pas du tout. Cette phrase n’a aucun sens biologique. En tant que biologiste moléculaire et chercheur en laboratoire, ça me tue de lire des choses pareilles. Est-ce que chacun/e ne pourrait-il/elle pas se contenter de débattre sur des sujets maîtrisés ?

    Il est possible que des enfants naissent avec des cancers parce qu’un – ou plusieurs – gènes impliqués dans le cycle cellulaire ne fonctionnent pas correctement, alors que la maman durant la grossesse n’avait pas de mauvaises habitudes (alcool, fatigue, mauvaise alimentation…). Le concept d’évènement vécu ou de conditions de vie ne s’appliquent pas du tout à ce type de cancer. Te vois-tu expliquer aux gamins en chimio que des émotions les hantaient quand ils étaient des foetus ?

    Je suis super déçue, j’avais eu un coup de coeur pour ton travail et ta façon de penser. Je suis sous le choc de voir que tu penses et communiques publiquement des idées aussi étroites sur ce sujet. J’ai l’impression d’avoir lu un article qui affirme que la Terre est plate, ou qui recommandent aux mamans de ne faire aucun vaccin sur leur enfant. C’est grave, en fait.

    Je te souhaite bonne continuation car chacun est dans sa réalité et que je souhaite le meilleur à toute personne, mais ce sera sans moi Flora.
    Delphine

  • Avatar

    carole

    07.10.2018 at 20:26 Répondre

    Bravo Flora !
    Merci de dire cela, c’est simple, clair et cela sonne tellement juste en moi ..
    les gros mots ça fait parti de la vrai vie aussi …

Post a Reply to carole Cancel Reply