Flora Douville • L'anti conseil en image | Ne traite pas tes idoles de génies.
26141
post-template-default,single,single-post,postid-26141,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Ne traite pas tes idoles de génies.

Il y a quelques jours j’écoutais une interview de Fabrice Luchini, qui me fascine systématiquement, et j’ai adoré ce qu’il a répondu à cette question du journaliste :

— Avant tout, vous votre don, c’est de pouvoir jouer avec les mots ?
— Le don il en faut un tout petit peu, j’en ai un tout petit peu, mais c’est pas ça qui fait qu’à un moment on peut être sur scène […] devant 1150 personnes tous les soirs.
— C’est quoi alors ?
— Le travail. Vertu pas du tout moderne. Travail. Obsession. Névrose. Priorité.

C’est de ça que je veux parler aujourd’hui, et de pourquoi tu te tires une balle dans le pied chaque fois que tu traites une personne de génie.

T’as remarqué, j’ai dit “traites” : oui, quand tu dis à quelqu’un ou de quelqu’un que c’est un génie, tu l’insultes.

Les personnes que tu admires le plus, celles qui t’inspirent, qui sont dans la liste des gens qui te tirent vers le haut, ne sont pas des génies. Elles ont travaillé pour en arriver là où elles sont. Elles sont parties d’un talent, ou de plusieurs, et elles ont fait le choix (conscient ou inconscient, ça c’est autre chose) de développer ce talent.

Le travail qu’elles ont fait peut être visible et concret pour certaines, intérieur et impalpable pour d’autres. Peu importe, elles ont bossé.

Si je prends mon chouchou Thom Yorke en exemple, bah écoute le premier album de Radiohead puis le dernier et tu vas comprendre.

Le premier album, il est brut, assez simple, y a de bonnes mélodies, il a fait un gros tube, mais le son est assez peu travaillé, les chansons ont quelque chose de commun, rien ne les distingue vraiment là-dessus.

Le dernier album, il est sombre et lumineux à la fois, fin, barré, la gamme de sons et de possibilités est infiniment plus vaste, il raconte des histoires plus intimes même si on ne comprendra jamais vraiment les rêves de Thom Yorke.

Que s’est-il passé entre temps ? Entre temps, y a eu plein d’autres albums, du travail de groupe, des albums solo, plus d’un millier de concerts, des essais, de grosses prises de risque, des victoires, probablement des échecs mais personne parle de ça en France donc on sait pas, etc.

Si je dis que Thom Yorke est un génie, je nie tout ça en bloc. Purement et simplement. C’est comme si je disais que son succès et là où il en est maintenant, ça lui vient tout seul, il n’a rien à faire pour ça. C’est comme si je mettais son succès sur le compte de ses talents de base et que j’estimais que pendant ces 20 dernières années, il avait rien branlé.

Quand je dis que quelqu’un est un génie, je l’insulte. Je ne prends pas en considération tout le travail qui a été fait pour transformer les atouts de départ en succès.

Or, c’est précisément ÇA qui fait que tu admires ou que tu aimes certaines personnes en particulier. C’est pour ce que tu vois d’elles aujourd’hui, ce qu’elles ont réussi à créer en travaillant.

Les gens qui ont des talents et qui ne les travaillent pas beaucoup voire pas du tout, t’en as rien à foutre. D’ailleurs t’en es entourée, c’est la grande majorité des gens sur la planète. Sur ta liste d’inspiration, y a que QUELQUES personnes. Des personnes qui ont obtenu des résultats suffisamment bons pour attirer ton attention.

C’est le travail de développer et perfectionner leur talent qui est le plus important. Pas le talent en lui-même. Le talent, absolument tout le monde en a. Y a des milliards de talents différents, tous plus intéressants les uns que les autres.

Mais ce qui distingue tes chouchous des autres, c’est comment ils les ont transformés. Ne considère pas qu’ils ont fait ça les doigts dans le nez. Ne néglige pas les années de challenges, de labeur et de difficultés qu’ils ont rencontrées.

Et j’en arrive à un deuxième point, extrêmement important lui aussi, pour toi plus particulièrement.

Parce qu’insulter les autres en les traitant de génie, a priori c’est pas toi qu’est visée, tu pourrais t’en foutre. Mais tu impactes ton développement en toi, en disant ça.

Pourquoi ? Parce que si tu considères que [insère ici le nom de ton idole] est un génie, qu’il ou elle a ça dans le sang, que te reste-t-il, à toi, pauvre petite chose moyenne et décevante ? Rien. Il te reste plus qu’à avoir une petite vie moyenne et décevante, dans le ghetto self-made des gens qui se persuadent qu’ils ne pourront jamais faire mieux que ça.

Tu crées immédiatement une séparation entre les “génies” et les autres (toi). Tu construis un mur bien haut pour éviter de regarder ce qui est, en réalité, possible.

Quand tu décrètes que X et Y sont des génies, tu fous à la poubelle le vrai cadeau de l’histoire : tout ce qui, précisément, est à aller chercher pour nourrir ton développement, tout ce qui va porter ton inspiration, te motiver, te faire essayer de nouvelles choses et te pousser en avant.

Ne te fais pas ça.

 

Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires qui est ta plus grande inspiration actuelle et ce qui te motive quand tu regardes leur parcours.

Yo !

Bonne journée :)

 

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


4 Comments

  • Avatar

    Carinette

    15.10.2019 at 09:00 Répondre

    Yo madame Douville ! J’ai toujours été fascinée par l’abnégation pour son projet, la volonté de travail, surtout des sportifs mais aussi des musiciens, des gens qui passent des concours super difficiles….
    En ce moment à la maison on se regarde plein de vidéo de Dany MacAskill (on aime le vélo) je voudrais que mon garçon comprenne qu’arriver à faire des trucs de dingues en sport, ben c’est du travail, des chutes, des challenges, recommencer et pas se lever un matin et découvrir qu’on est un génie…et que tout passe facile ;)

  • Avatar

    Anaelle

    15.10.2019 at 13:27 Répondre

    Tes articles sont frais comme des olives à martini, merci ! En général ce sont surtout les artistes que je mets sur un piédestal, notamment les comédiens et les écrivains. Comme tu le montres si bien, c’est quand même vachement plus confortable de se dire que c’est pas à ma portée, alors que j’en rêve. Mais j’ai commencé à déconstruire ça pour passer à l’action !

    • Flora Douville

      Flora Douville

      16.10.2019 at 11:22 Répondre

      « Tes articles sont frais comme des olives à martini » Haha j’adore ! Merci de ton retour :)

  • Avatar

    Dominique Bauthier

    15.10.2019 at 14:00 Répondre

    J’admire en particulier les mères qui réussissent à s’investir à fond dans leur métier tout en essayant de donner le maximum à leur famille. Il y a un équilibre très difficile à trouver. On est souvent tiraillé. Pour ma part (traductrice et guide-conférencière, 2 enfants), je me suis sans doute imposé trop de devoirs et je ne ne me suis pas assez fait aider. J’ai bien progressé dans mon boulot (bcp de lettres de félicitations d’éditeurs, bcp d’applaudissements lors des visites guidées) mais j’ai fini par faire un burnout. Alors, le travail, oui! Mais en apprenant à prendre du temps pour soi, pour se ressourcer, se recentrer, continuer à s’appartenir!

Post a Comment