Flora Douville • L'anti conseil en image | Mon système pour prendre soin de moi
26556
post-template-default,single,single-post,postid-26556,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Mon système pour prendre soin de moi

Aujourd’hui, je vais te parler de ce que ça veut dire pour moi, et comment je fais, pour “prendre soin de moi”.

Prendre soin de soi, c’est l’espèce d’injonction qu’on voit partout mais dont on sait pas très bien ce qu’elle implique.

Prendre soin de soi, pour moi, avant, c’était un concept un peu étranger, flou et fumeux. Ça ressemblait à :

• aller se faire masser ;

• faire une sieste ;

• prendre un bain ;

• se faire un goûter genre viennoiserie + chocolat chaud (ça prend soin, le chocolat chaud, nan ?) ;

• faire moins de choses ;

• se faire un self-hug (me demande pas comment) ;

• se blottir contre une énorme peluche dans une chambre pleine de dessus de lits, de coussins, de dentelles et de tapis (j’ai trop regardé de films américains des années 80, tu penses ?) ;

• prendre des vitamines, éventuellement ;

• etc.

Bref, je savais pas bien ce que ça voulait dire. 

Et surtout, je voyais le fait de prendre soin de soi comme un truc qu’on fait au coup par coup, quand c’est nécessaire.

Forcément, avec une stratégie où tu prends soin de toi uniquement quand ça devient urgent et avec des actions à l’efficacité floue et improbable, faut pas s’attendre à de superbes résultats.

Mais ça, c’est parce qu’on est complètement à côté de la plaque quand on parle de prendre soin de soi, la plupart du temps. On déconnecte le quotidien et les choix de vie de ce “prendre soin de soi”, et on finit en burn out ou dans des situations de merde qui nécessitent vraiment qu’on prenne soin de soi.

Moi la chance que j’ai, c’est que depuis toujours j’ai une grande sensibilité et une forte intolérance dès que quelque chose ne me convient pas. Mon coach m’a dit y a quelques jours que j’avais une addiction à l’écoute : bah effectivement, j’y suis très bien entraînée.

Là où cette addiction a eu du bon, c’est que j’ai toujours écouté ma sensibilité. J’ai toujours eu une oreille branchée dessus.

Je ne fais pas partie des personnes qui sont allées tellement loin dans la non-écoute que ça s’est fini en problème de santé, en arrêt maladie, en relations de merde, en situations dont on sort pas sans laisser des plumes. Ça aurait pu, mais non. J’ai pu me perdre et tester des trucs qui me convenaient vraiment pas, dans ma vie, mais je ne suis pas restée dedans très longtemps.

Donc, je n’ai jamais eu un besoin urgent et vital de “prendre soin de moi”.

Parce qu’en fait, en m’écoutant et en choisissant d’agir en fonction de moi, je prenais déjà soin de moi.

C’est ce que j’ai compris avec le temps : prendre soin de soi, ça commence avec le prochain choix que tu vas faire. Et tu auras l’opportunité de recommencer ou continuer à chaque choix suivant.

Ça fait maintenant quelques années que j’ai intensifié le travail que je fais sur moi, avec beaucoup de bonheur parce que j’en vois et j’en vis les résultats.

Ce travail c’est quoi ? C’est du coaching et de la supervision avec mon coach Nicolas Gétin, et puis des stages avec lui et son équipe. Et si tu te poses la question, je cherche des accompagnants sur le plan international mais pour le moment je trouve personne qui me convienne.

Ce travail me permet de me rapprocher de moi et d’identifier toujours mieux qui je suis, ce que j’aime et ce que je veux. Ce qui me permet de le mettre dans ma vie ensuite.

Oui parce que se connaître c’est bien, mais si tu mets rien en place derrière, ça n’a aucun intérêt, on est d’accord.

Ce qui fait que, de plus en plus, ma vie prend soin de moi. Ma vie, c’est pas “Flora qui se malmène” puis quand ça risque de lâcher, “Flora qui prend soin d’elle”.

Non, ma vie c’est moi qui prends soin de moi et, quand c’est pas suffisant, je regarde ce que je peux bouger dans ma journée, ma semaine, mon mois ou ma vie pour que ça me convienne mieux.

J’ai construit ma vie pour qu’elle me ressemble, pour avoir du plaisir au quotidien et pour qu’elle me soutienne. Du coup ma vie, comme elle est top, elle me donne de l’énergie au lieu de m’en prendre et elle fonctionne POUR moi, AVEC moi. Pas contre moi.

Je n’ai donc pas spécialement besoin de prendre soin de moi de manière spécifique, le soin de moi est déjà dans le système de base.

Pour entrer un peu plus dans le concret, voilà des exemples de ce que j’ai mis en place dans ma vie et qui sont à mon service :

mon job me permet de décider de tout : de mes horaires, de mes activités, de mes rendez-vous, des gens avec qui je bosse, les lieux où je bosse, mon matériel de travail, mes priorités, etc. ;

j’ai une vision qui me porte et une activité pro qui me convient très bien, et je tends à faire évoluer mon activité à moi tout en continuant d’avancer vers ma vision (je passe tranquillement de la formation à la création) ;

j’ai un sauna à infrarouges dans mon salon, je fais une séance de sauna tous les matins en semaine : c’est un moment où je me réchauffe, où je pense à mes impératifs pour la journée qui arrive ou bien à mes rêves, ma vision ou mes challenges du moment ;

je me suis mariée à un type exceptionnel qui a la même vision et le même quotidien idéal que moi, ce qui fait que notre façon de vivre est hyper compatible : choix alimentaires, rythmes, films, lieux, goûts, préférences en tous genres, et ce qui n’est pas compatible on le vit simplement chacun de notre côté ;

je fais du sport une fois par semaine avec un coach qui me propose des exercices hyper adaptés en fonction de mes préférences naturelles physiques (en gros, il fait de la Méta® du sport), en plus d’aller 2 fois par semaine à des cours de Pilates ou de BodyBalance, selon mes dispo ;

je mange végétalien à quelques exceptions près, je fais parfois des cures de jus vert, et je précise que je suis hyper gourmande : quand je suis pas en cure de jus, j’aime bien manger et je me prépare des repas avec plaisir ;

je cale dans mon agenda chaque semaine, sauf quand je suis en stage ou formation, une journée sans RDV : c’est une journée pendant laquelle je n’ai aucun appel pas même avec mon équipe, pas de coaching, rien. Si au dernier moment je veux aller déjeuner ou boire un coup je peux, mais sinon c’est une journée réservée pour travailler sans perturbation. Quand je vois une journée comme ça arriver le lendemain, je me détends instantanément ;

je m’offre le matériel qui me permet de vivre comme je veux : un ordi portable pour travailler depuis n’importe où dans le monde, une enceinte pour écouter de la musique, des livres audio ou des webinaires dans mon lit, sous la douche ou pendant que je cuisine, un mixer hyper puissant pour faire des laits végétaux, soupes et purées délicieux, etc. ;

je travaille sur moi en continu : mon rapport à l’argent, mes relations de couple et familiales, ma vision, mes projets, mon leadership, mes envies, mes angles morts, bref, je ne reste jamais sans bouger, sans accompagnement, ce qui fait que mon quotidien est de plus en plus léger, excitant, puissant et simple ;

je suis en permanence à l’écoute de ce que je vis, ce qui me permet de réajuster rapidement tout ce qui, dans ce système que je viens de te décrire dans les grandes lignes, pourrait devenir enfermant momentanément : quand je sens que j’ai besoin de sommeil, il m’arrive de rester au lit et de squizzer ma séance de sauna, ou bien quand je sens qu’un RDV avec ma team est important, il m’arrive de le proposer au dernier moment sur une journée qui m’est normalement réservée.

Prendre soin de moi, c’est tout ça. Et encore plein d’autres choses que je ne pourrai pas lister ici.

Ce système qui me convient parce que je me le suis créé sur-mesure, petit pas après petit pas, fait que j’ai rarement besoin de “prendre soin de moi. Et quand je vois que j’en ai besoin, au lieu de coller un pansement immédiat sur ce qui a besoin de soin, je fais 2 choses :

1. je regarde ce qui me ferait vraiment du bien dans l’instant, je regarde si c’est compatible avec mes engagements et si ce n’est pas le cas, je réévalue mes engagements ;

2. je prévois dans les heures / jours qui suivent, de regarder ce qui a généré le besoin de repos/soin, pour voir si ce n’est pas un indicateur de quelque chose de plus important à faire bouger dans mon système : par exemple, c’est après avoir senti une fatigue mentale et un ras-le-bol d’être tous les jours en contact/communication avec des gens que j’ai essayé de mettre en place cette journée sans RDV, avec succès !

Pour moi, le besoin de soin est le signe de quelque chose de plus grand ou plus profond à regarder et à faire bouger. Ça n’exclut pas de faire le nécessaire au moment de la fatigue ou du mal-être, mais si y a pas de réflexion plus profonde derrière, t’es bon·ne pour que ça recommence.

Se créer un système qui prend soin de soi, ça demande du temps, des essais, de bien te connaître mais surtout d’assumer ce que tu veux et de le mettre en place malgré ce que les autres pensent et malgré ce que toi tu penses.

Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires : c’est quoi, la première chose que tu peux mettre en place dans ta vie / ton quotidien, pour créer le système qui prendra soin de toi ?

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment