Flora Douville • L'anti conseil en image | Moi + la Méta® : une équipe qui gagne
26258
post-template-default,single,single-post,postid-26258,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Découvrez la Méta pour avancer avec Flora Douville

Moi + la Méta® : une équipe qui gagne

Aujourd’hui j’ai envie de te parler de ma relation avec la Méta®—parce que cette relation est à la racine de tout ce que je fais, de tout ce que j’écris, de tout ce que je propose, de tout ce que je vends.

Oui, je parle de relation, parce que je considère la Méta® comme une entité, quelque chose de vivant, avec laquelle j’ai une relation.

Que j’en sois consciente ou non, de toutes façons, j’ai une relation avec ce que j’ai créé, donc autant en être hyper consciente, m’appuyer dessus et en faire une opportunité pour grandir.

Une opportunité pour grandir, c’est d’ailleurs la base de notre relation.

La Méta®, c’est quoi, pour commencer ?

C’est un outil de reconnaissance et d’appropriation de son potentiel : la Méta® rend visible tes talents innés et t’aide à les utiliser.

La Méta® met en lumière de façon radicale tes compétences de base, tes fonctionnements naturels, tes élans, tes préférences énergétiques, tes besoins fondamentaux : le starter-kit avec lequel tu es arrivé·e sur Terre et pour lequel tu croyais ne pas avoir de mode d’emploi !

Elle te permet de repérer les différentes énergies présentes en toi et d’identifier la façon dont elles sont combinées : c’est ton profil Méta®. Ton profil Méta®, c’est un mélange subtil d’Air, d’Eau, de Terre et de Feu. Oui, tu es fait·e des 4 éléments… dans un ordre particulier.

Connaître cette organisation, c’est comme découvrir TON mode d’emploi, c’est avoir accès aux codes secrets de la nature, de TA nature. C’est ce qui te permet de t’approprier tes talents innés, de les utiliser concrètement, de les mettre au service de ton business, de ta vie, de tes projets, de tes relations, de ton couple… de les incarner au quotidien.

D’où ça sort, ce truc ? La Méta® n’est pas tombée du ciel. Les choses se sont faites par étapes.

J’ai d’abord passé des années et des années (enfance + adolescence) à observer, sentir, regarder, analyser. Mon environnement, les gens, la nature, les murs de ma chambre, les animaux, moi… tout. Oui, je le dis, parce qu’on pourrait penser que créer un truc ça sort comme ça, à un moment donné, mais non : le “avant” compte aussi. Y avait un terrain favorable pour que la Méta® puisse germer.

Puis j’ai rencontré une psychothérapeute qui est devenue une alliée dans mon évolution d’abord puis une amie. Elle m’a fait rencontrer mes couleurs. C’était la première étape pour moi : un appel irrésistible à plonger dans ce monde sensible, une soif énorme de découvrir un monde nouveau de connaissances bien plus excitantes que ce que j’apprenais au lycée.

L’étape suivante, c’est quand j’ai senti que j’avais envie d’aller plus loin : connaître et comprendre dans mon corps les autres couleurs, leurs énergies. Elle m’a transmis ce qu’on appelait alors la coloranalyse, en animant des stages pour que je puisse observer et apprendre dans l’expérience. Au bout de quelques stages, nous animions toutes les deux. Moi je m’entraînais de dingue à observer, sentir, identifier les énergies des gens. J’avais des compétences déjà présentes et je les faisais progresser.

L’étape suivante a été de constater qu’il manquait quelque chose, que nous pouvions aller plus loin avec nos stagiaires, mais pour ça il fallait s’intéresser à la matière et à la forme des vêtements—la couleur, c’était pas suffisant. J’ai eu naturellement envie d’aller par là, d’explorer.

Ça nous a pris 1 an ½ pour poser les bases de notre méthode. Nous l’avons tout de suite testée en organisant des stages. Succès : nos hypothèses fonctionnaient à merveille. C’était en 2007.

L’étape d’après, ça a été d’accepter de former professionnellement des personnes qui voulaient utiliser cet outil avec leurs propres clients.

L’étape d’encore après, ça a été de me questionner sur la suite : diffuser, rendre visible cette méthode et en faire mon activité principale pendant… je ne savais pas combien de temps encore, mais j’y allais. J’ai trouvé mes premiers clients—ceux qui viennent de mes efforts, et pas de ma relation avec mon amie psychothérapeute.

L’étape suivante a été de passer de pseudo-thérapeute qui n’a pas conscience qu’elle a un business à entrepreneuse qui assume et qui investit dans son activité professionnelle et dans ses compétences pour la faire grandir. Pour se développer, la méthode avait besoin que moi je me développe. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’assumer mon choix de travailler fort au développement de cet outil et de le renommer—la Métamorphose®. C’était en 2013. Je continuais à travailler dur pour développer ma clientèle.

L’étape d’après, ça a été de faire le constat de ce qui déconnait sévèrement dans ma pédagogie et mon accompagnement pour pouvoir continuer d’avancer. Une énorme claque. Si je ne faisais rien pour changer radicalement, ce serait soit la mort de mon activité, soit la mort de ma motivation pour continuer d’avancer, ce qui revient au même.

L’étape d’après a été longue : ça a été de me mettre au travail petit à petit et régulièrement pour attaquer tous les sujets qui sortaient, les uns après les autres. Quels sujets ? Tous les sujets qui concernaient la méthode elle-même, sa structuration, la façon dont je l’utilisais, mais surtout tous les sujets qui me concernaient moi, puisque tout ce qui est bloqué chez moi, dans mon énergie, impacte directement ce que je fais avec mon outil de travail. J’ai travaillé dur sur moi—et je continue.

Et une des dernières étapes, plus récentes, a été de renommer cette méthode “la Méta®”, puisque c’est finalement comme ça que tout le monde l’appelait naturellement (j’en parle en détails ici).

Toutes ces étapes décrites ici, c’est du factuel.

Ce qu’elles ont en commun, toutes ces étapes, c’est ce qui les a déclenchées : une invitation et un oui.

C’est précisément comme ça que je les vis : je visualise la Méta® face à moi, qui me propose de faire un pas en avant, et je dis “oui”.

C’est ce qui s’est passé à chacune de TOUTES ces étapes. La Méta® me propose d’avancer avec elle et je dis OUI.

C’est pour ça que quand on me demande comment j’ai réussi à créer une méthode, comment j’ai réussi à créer un outil solide, structuré, etc., je dois remettre les choses en perspective : OUI c’est bien une succession de choix qui m’a menée à ça, mais je n’avais pas idée de là où ça allait. Je n’ai pas fait les premiers choix en sachant que j’allais créer une méthode. Je les ai faits par envie, par amour, par curiosité, par kif.

C’est ça, ma relation avec la Méta®. De l’envie, de l’amour, de la curiosité, du kif.

La Méta® et moi, on s’est choisies pour se faire grandir mutuellement.

J’aime imaginer qu’avant d’arriver sur Terre, moi et la Méta® on s’est mises d’accord :

– Bon donc ok, tu y vas, et puis on se donne rendez-vous quand ? Dans 15 ans, ça te va ? Ça te laisse le temps de t’organiser ?
– Nan, on va dire 16, je préfère prévoir un peu large, on sait jamais.
– Ok donc on dit 16 ans. Nantes, ou dans ce coin-là, ça te va ? Tu vas naître en France de toutes façons, toi, c’est ça ? Faut qu’on regarde en terme de langue ce que ça va donner mais bon, ça tu t’en occupes pas pour le moment, je gère avec l’équipe. Essaie déjà de bosser un peu de ton côté sur l’observation, en interne, sinon on va vraiment ramer dans la mise en place.
– Ok, ok. Bon, le reste on verra sur place, j’imagine, on fera avec ce qu’on a sous la main ?
– Ouais, c’est le principe. Bon allez, je dois filer, j’ai rendez-vous avec JK Rowling pour une petite réu consulting avant son incarnation, mais bon j’en attends pas grand chose, elle écoute que dalle quand je lui parle, c’est déprimant.

Et concrètement si on regarde, c’est ce qu’on a fait : on s’est fait grandir mutuellement.

Moi, j’ai provoqué puis participé à la structuration et à la formalisation d’un outil de dingue de reconnaissance du potentiel humain. J’ai permis à la Méta® d’exister, de prendre forme, de grandir et de se diffuser d’abord petitement puis plus largement. J’ai revisité cet outil de l’intérieur plusieurs fois pour l’ajuster—on est en train de faire une refonte énorme, en ce moment, d’ailleurs.

La Méta®, elle m’a fait grandir d’une façon hallucinante. Parce que pour faire tout ce que j’ai fait pour elle, ça m’a demandé :

• de reconnaître et développer des compétences déjà présentes (perceptions, formalisation, structuration, discerner le naturel de l’ego…)

• d’en acquérir de nouvelles (pédagogie, formation, coaching, entreprenariat, management, leadership…)

• de clarifier ma vision et mes envies long terme sans cesse

• de grandir en tant que personne pour emmener la Méta® plus loin

• d’aller regarder tous les mécanismes de résistance qui se sont présentés sur le chemin du développement de cet outil, de façon systématique, les uns après les autres—et ça continue !

• etc.

J’aime la Méta® et elle me le rend bien, quand on regarde tout ce qu’elle m’a permis de réaliser. Et je ne parle MÊME PAS de ce qu’elle m’a apporté avec la connaissance de mon profil…

C’est ça, ma relation avec la Méta®. De l’envie, de la curiosité, du kif. Et surtout de l’amour.

Maintenant je tiens à préciser que la Méta®, oui c’est moi qui l’ai créée et c’est moi qui la développe donc je maîtrise la forme qu’elle prend, ce qu’elle devient, etc. Par contre, c’est une entité libre : n’importe qui peut se brancher dessus en direct. Je n’ai pas le monopole sur ses relations. Je suis ne suis pas là pour jouer l’intermédiaire obligatoire entre toi et la connaissance, ou ché pas quoi de tordu dans ce genre. Je ne suis pas un prêtre et y a pas d’église. C’est pas une religion.

Tu peux décider d’entrer en contact avec la Méta® et aller chercher dans cette relation ce dont tu as besoin ou envie. Tu peux le faire seul·e, tu peux demander à être aidé·e pour le faire—c’est toi qui vois, c’est toi qui décides de là où tu mets le curseur.

Si tu n’as pas envie d’aller plus loin avec la Méta®, c’est carrément ok. C’est un engagement envers soi, une décision d’aller vers la vérité et la réalité avant tout, c’est impliquant, donc si tu ne te sens pas prêt·e à aller te confronter à ta puissance, ta beauté, ta singularité, n’y va pas.

Par contre, si tu te sens prêt·e, que tu veux entrer en contact avec la Méta® pour créer une relation d’amour avec toi-même (parce qu’au final, c’est bien de ça dont il s’agit), explorer ton potentiel et mettre tes talents au service de ta vie, j’ai créé pour toi toute une gamme de services !

Si tu veux arrêter de bricoler avec tes talents, ta puissance et ta nature profonde, clique ici pour en savoir plus !

Bon week-end à toi,

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment