Flora Douville • L'anti conseil en image | Ma vie est fascinante : une journée à la fourrière.
25602
post-template-default,single,single-post,postid-25602,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

Ma vie est fascinante : une journée à la fourrière.

J’avais prévu de te parler d’autre chose aujourd’hui, mais en fait hier il s’est passé un truc marrant, au moment où je m’apprêtais à taper ce message : j’ai réalisé que notre voiture avait été embarquée à la fourrière.

Bon en vrai, sur le coup c’était pas marrant, hein, mais lis la suite.

Mon mari avait besoin de la voiture et ne la trouvait pas, il était énervé parce qu’il allait louper son rendez-vous. C’est ce qui s’est passé, il l’a loupé.

Moi je ne savais plus ce que j’avais fait de la voiture : j’avais bien le souvenir de l’avoir garée quelque part, la semaine dernière, mais je me méfiais de mon souvenir puisque j’étais fatiguée à ce moment-là, et que la voiture bah elle n’y était plus.

Puis je me suis souvenue du panneau d’interdiction de stationner que j’avais vu, et qui me laissait 2 jours pour changer de place. 2 jours pendant lesquels j’ai fait beaucoup de choses, sauf changer de place.

Alors j’ai d’abord lutté contre la réalité : j’avais plein de travail à faire et pas du tout envie de le remettre à plus tard. J’avais aussi pas envie de faire face à mon oubli, d’en assumer les conséquences. Je voulais régler le problème sans m’en occuper, en fait.

J’ai commencé à passer des coups de téléphone qui n’aboutissaient pas, pour savoir comment m’y prendre. Je ne voulais pas perdre du temps. La carte grise de la voiture était dans la voiture, donc à la fourrière, or j’en avais besoin au commissariat de police pour obtenir le laisser-passer A38 la mainlevée nécessaire pour récupérer la voiture.

Je devais donc aller à la fourrière, puis au commissariat, puis à la fourrière à nouveau, et tout ça avant 18h—l’heure de la fermeture.

Puis je me suis détendue : j’ai compris que j’avais le choix de comment je voulais régler ça—dans la souffrance ou dans la légèreté. Dans la simplicité ou la contrainte. Dans la lutte ou l’allégresse.

J’ai tout de suite pris un Uber pour aller à la fourrière, et j’ai commencé à envoyer des messages débiles à 2 amis.

Débile, pour moi, a un sens particulier : ça veut dire sans censure, drôle, léger, stupide, et sans aucun intérêt pour le correct, le bien ou les attentes extérieures. Faire la débile, envoyer des messages débiles, faire des petits dessins débiles, tout ça est synonyme de jouissance.

En fait, j’ai profité du temps d’attente pendant tous mes trajets pour discuter avec mes 3 chauffeurs différents et pour raconter l’aventure incroyable de Flora Douville à la fourrière en GIFs et en messages qui me faisaient rire.

Extraits :

.

.

Mon petit périple aura duré 2 heures, j’ai fini devant la fourrière avec mon laisser-passer, prête à récupérer ma voiture… à 17h53.

Pourquoi je te raconte ça ? Parce que je me suis amusée, en fait. C’était une expérience qui aurait pu être pénible, mais je l’ai transformée en jeu : je me suis marrée devant mes GIFs et mon histoire. J’en ai fait un moment chouette, qui a donné de la saveur à ma journée, plutôt que de lui en enlever.

Quand j’étais petite et que ma mère parlait de la fourrière devant moi, j’avais l’impression que c’était le Père Fouettard, la fourrière. Même pire, parce que c’était la HONTE d’avoir sa voiture enlevée. C’était être vraiment nul de se faire embarquer comme ça son véhicule. Et en plus, ils allaient probablement toutes les empiler pour gagner de la place mais pas très bien (oui, les Entrechats étaient passés par là) et alors les voitures tomberaient et la nôtre serait toute cassée, si ça arrivait. Pire que mourir.

Quand j’ai compris que notre voiture était à la fourrière, ce truc est remonté rapidement à la surface. Mais je lui ai dit : « Allez, salut ! ». Et j’ai décidé de m’amuser.
 .

Oui, ça peut être aussi simple que ça.

.
J’ai dit simple, j’ai pas dit facile.

Si tu veux savoir ce que je mets en place concrètement dans ma vie, pour me créer une vie sur-mesure, avec du fun, du kif, du silence et de la joie, reste là : je t’en dis plus la semaine prochaine et j’aurai un truc à te demander (oui, à toi !).

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment