Flora Douville • L'anti conseil en image | Que se passe-t-il quand Alice mange du champignon ?
26208
post-template-default,single,single-post,postid-26208,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Que se passe-t-il quand Alice mange du champignon ?

Tu as dû remarquer que depuis quelques temps, je publie moins de nouveaux articles ? Ce n’est pas l’envie qui manque, mais les priorités qui changent temporairement.

Aujourd’hui j’ai envie de te donner des détails sur ce qui se passe chez Flora Douville parce qu’on passe un cap et que ça impacte tout le reste, y compris ce que tu reçois dans ta boîte mail.

C’est quoi ce cap ? C’est un cap de croissance. La croissance, dans mon entreprise c’est quotidien donc c’est bizarre de parler de passer un cap, mais pourtant c’est comme ça que je sens les choses.

Là, j’ai fini un niveau dans Mario, j’ai réussi à passer le méchant de la fin—je sais qu’on parle de boss dans ce cas, mais moi je connaissais pas cette expression quand j’étais petite donc ça n’a pas de sens de l’utiliser, d’autant que dans le cas présent, c’est moi le boss. Bref.

Cette année 2019 a été chaude et concentrée en terme de croissance.

Au printemps je me suis séparée de la responsable de ma formation professionnelle parce que notre relation ne fonctionnait plus, c’était pas prévu au programme et ça m’a demandé de reprendre sa mission en plus de la mienne, ainsi que d’accélérer le process de formation de l’équipe pédagogique que je voulais créer, process qui n’en était qu’à l’état de germe.

Sa mission incluait également la structuration et le management de mon équipe de Méta® Coachs, ce qui n’est pas une mince affaire : je crée ce système d’équipe sous supervision sans modèle, puisque tout ce que je vois qui se fait à l’extérieur manque vraiment d’exigence en terme de suivi. Et avec la Méta®, on peut juste pas faire autrement—ou alors on fait ça par dessus la jambe et on est ok de pas faire payer les gens, mais c’est pas le genre de quotidien ni de projet qui m’intéresse. J’ai donc eu du boulot que je n’avais pas les années précédentes, en plus du reste.

M’occuper de tout ce travail de fond m’a laissé moins de temps pour créer du contenu. Ou plutôt : j’ai fait le choix de travailler sur ces sujets de fond et de m’occuper de mon énergie, à côté, pour tenir le marathon plutôt que de créer du contenu. C’est la raison pour laquelle tu as reçu moins d’articles inédits, ces derniers mois, et plus d’articles tirés de mes archives—ça a du bon de créer du contenu régulièrement :)

Croître, c’est naturel. Par contre pour se développer et pas pousser dans tous les sens, il faut canaliser son énergie dans la bonne direction.

Cet été, un super travail de restructuration avec ma team nous a permis de mettre au clair les compétences, talents et envies de chacune, ce qui nous a amenées à nous repositionner et à identifier les compétences manquantes.

Ma vision à long terme, elle, n’a pas changé : je veux créer la première école de magie en France (on est déjà dessus), une école trop belle dans un lieu trop beau, la développer à l’international et foutre le bordel dans le monde. Avec la Méta® et mes talents d’artiste, j’ai tout ce qu’il me faut. 


T’as vu, j’ai écrit “mes talents d’artiste”. Tu peux trouver ça chouette de le voir écrit, mais il est aussi possible que ça te crispe de lire ça, que ça t’énerve et que tu trouves que je me la pète. T’as le droit ; sache que je m’en fous. Je m’en fous parce que je suis plus occupée à m’éclater avec cette facette d’artiste qui fait partie de moi et que j’aime énormément, qu’à me demander ce qu’en pensent les autres. C’est quoi, tes talents à toi, qui méritent autrement plus d’attention que ce qu’une meuf raconte sur internet ?

Par contre, je ne peux rien faire toute seule. C’est pour matérialiser cette vision et réaliser ce que je suis incapable de réaliser dans mon coin que je me suis entourée d’une équipe.

Et là on est dans une phase d’agrandissement de l’équipe justement :

je suis extrêmement joyeuse de faire passer 2 membres de mon équipe à temps plein avec moi :

– Doris, qui anime avec brio la Formation Pro avec moi ;

– Louise, qui s’occupait de nos publications réseaux et des process et passe en stratégie commerciale et de marque.

c’est aujourd’hui que je finalise mon recrutement pour accueillir une nouvelle personne dans l’équipe pour s’occuper de nos plateformes digitales.

Mon équipe passe de 5 personnes à temps partiel à 6 personnes dont 2 à temps complet, peut-être 3.

C’est énorme pour moi.

Et je ne veux pas me louper sur cette croissance, prendre trop de risques—en prendre est obligé pour avancer, par contre si je me mets trop de pression avec des risques trop importants, je mets en danger mon entreprise et donc mes projets si excitants.

En l’occurrence, faire passer 2 personnes en temps plein en mode “salariat” et recruter une nouvelle personne, c’est chaud financièrement. On se donne une période de test pour voir si mon entreprise est assez solide (je le pense) mais ça va demander des efforts et une détermination supérieure à ce que nous avons connu jusqu’à maintenant, en tant qu’équipe.

Quand on est en poussée de croissance, on a besoin de carburant.

Et ça tombe bien : le travail d’assouplissement de mon ego que je fais depuis un moment m’amène depuis quelques mois à me rebrancher sur mes inspirations de toujours.

Résultat : après avoir visité les studios Harry Potter et avoir plongé dans cet univers magique de dingue pour m’imprégner d’absolument tout ce qui me passe sous les yeux (films, livres sur l’art et la réalisation des films, merchandising, etc.), je me suis laissée traverser par le film Joker qui infuse encore, je suis revenue à Catwoman puis à Batman dont je regarde la série de films et de dessins animés religieusement en ce moment, et puis parce que c’est trop cool, je geek aussi sur Ghostbusters ces temps-ci. Retour vers le futur n’est jamais très loin non plus.

Qui dit croissance forte dit carburant de qualité.

C’est ça, mon carburant de qualité : des inspirations jubilatoires, sans fin, qui ont toujours été là mais auxquelles jusqu’à maintenant je ne donnais pas toute la place.

Pourquoi je leur donnais pas plus de place ? Parce que je cherchais pas au bon endroit. C’est l’effet que ça me fait avec à peu près toutes les grandes découvertes ou prises de conscience dans ma vie d’adulte : “ah mais putain, c’était tellement simple ! Pourquoi je regardais pas là, alors que c’était sous mes yeux ?”.

En ce moment les 2 axes sur lesquels je focalise mon attention, c’est donc la croissance de mon équipe et de mon entreprise et la nourriture dont mon système a besoin pour fonctionner au meilleur de lui-même pour accompagner cette croissance.

Autrement dit, j’y vais sans restriction sur tout ce qui me touche, me fait marrer et me fait du bien, même si je ne sais pas pourquoi ou que je ne comprends pas. C’est pas le sujet.

En 2020 on a prévu de travailler sur des projets super excitants : des livres, un nouveau programme et un événement, entre autres. Si tu aimes ce que j’ai fait jusqu’à présent, là tu vas adorer—et on a besoin d’être au top pour assurer : voilà pourquoi je me concentre sur notre croissance et le carburant qui va avec !

 

Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires : quel est le sujet #1 sur lequel tu veux que je crée du contenu ? Quelles sont les questions prioritaires que tu te poses, aujourd’hui ?

Hop là !

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


1 Comment

  • Avatar

    Hélène Barthès

    19.11.2019 at 14:37 Répondre

    Les questions prioritaires du moment : Comment être claire sur ses priorités ? Comment rester concentré sur ses priorités ? Comment définir et redéfinir les priorités ? Comment tenir sur le long terme ses focus ?…

Post a Comment