Flora Douville • L'anti conseil en image | L’imprécision du conseil en image : on en parle ?
25826
post-template-default,single,single-post,postid-25826,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

L’imprécision du conseil en image : on en parle ?

Aujourd’hui je remets le sujet du conseil en image et de son imprécision sur le tapis, et j’y vais pas par 4 chemins donc il n’y aura pas d’abord une petite histoire bucolique pour introduire mon mail du jour.

Nan, j’y vais franco.

Quand est-ce que le conseil en image va arrêter de raconter des conneries plus grosses que l’ego de Cristina Cordula ? Ouais, c’était tentant.

J’ai envie de parler de ça aujourd’hui parce que j’ai lu dans un post, une énième fois, des terminologies et des mots utilisés n’importe comment.

J’avais déjà parlé de colorimétrie et détaillé en quoi c’est FAUX de parler de colorimétrie quand on parle du test de couleurs. Si tu veux relire l’article, il est ici. Et si tu veux me voir en parler dans une vidéo encore assez soft, c’est ici.

Là, la femme parlait de son expérience récente chez une conseillère en image et racontait pourquoi c’était indispensable, en plus de connaître sa saison, de savoir si c’est les couleurs mates ou les couleurs lumineuses qui te vont.

Des couleurs mates ? ! Des couleurs lumineuses ? Quelqu’un peut m’expliquer ce que c’est ?

Je fais l’imbécile, là, parce qu’en réalité je comprends à peu près ce qui est dit. Sauf que c’est tellement imprécis que je ne vois pas comment une personne (cliente) peut comprendre et intégrer des notions qui sont déjà subtiles, si on lui sert avec un vocabulaire erroné, à côté de la plaque.

Le conseil en image mélange des notions qui n’ont rien à voir.

Quand on parle de couleur, il s’agit d’un rayonnement électromagnétique, qui a une longueur d’onde particulière. C’était la seule phrase compliquée de l’article, je te rassure. On n’a pas besoin de connaître cette longueur d’onde pour faire le test du Rayonnement, et d’abord aucune conseillère en image n’est équipée pour le faire, donc qu’on arrête avec cette connerie de colorimétrie : personne ne mesure rien du tout.

Quand on parle de matité, on ne parle pas de couleur, on parle de surface et en particulier de sa texture. C’est deux choses différentes.

La même couleur peut exister dans plein d’aspects ou de textures différentes : en mat, en satiné et en brillant, avec beaucoup de nuances entre le mat absolu et le brillant absolu.

Quand on parle de couleur lumineuse, alors là je ne comprends pas comment ça vient dans la conversation en opposition à “mat”, parce que l’adjectif “lumineux” ne parle parle pas de texture ou d’aspect de surface, mais de perception que l’on peut avoir d’une couleur, et cette notion est pour le moins vague.

Si je vous demande à vous toutes et tous, lectrices-eurs, ce que c’est qu’une couleur lumineuse et que je vous demande un exemple visuel puis que je rassemble toutes les réponses, on aura des réponses qui vont du blanc au bleu Klein en passant par le vert d’eau, le vert pomme, le jaune canari, le rouge groseille voire brique, le fuchsia, le violet profond et que sais-je encore.

Si on veut être précis et savoir de quoi on parle, une couleur n’est ni mate ni lumineuse, une couleur est plus ou moins :

1. claire et légère,

2. vive, saturée et intense,

3. douce, désaturée et sourde,

4. sombre et profonde (ou “foncée”)

Si on veut pas être précis parce que c’est chiant, c’est “prise de tête”, ça manque de légèreté et de fun et que c’est pas cool pour les clientes parce que ça crée de la lourdeur, alors à ce moment-là on fait des ateliers gratuits avec les copines le week-end pendant que les mecs font le barbecue dans le jardin, on utilise des mots simples et on ne met pas d’exigence dans son vocabulaire, et on a les résultats qui vont avec : pas de précision donc pas de clarté donc pas de transformation.

L’année d’après les copines se souviennent de rien, continuent à porter les couleurs qui vont pas parce que “oh, bah je la trouvais sympa, cette robe ! En plus elle était en soldes”, se font des mèches blondes atroces pour oublier qu’elles se trouvent moches et s’enfoncent petit à petit dans un manque de confiance en elles qui se fait discret derrière les manucures parfaites et les robes Desigual.

T’auras compris, moi ça fait longtemps que j’ai choisi mon camp pour la Méta® : l’exigence.

Parce que de quoi s’agit-il, en fait, quand on parle du profil d’une personne, de ce qui lui va, ou pas ? Il s’agit de perception de la réalité. Une cliente que j’accompagne a un profil particulier, qui fait partie de son essence, et ça c’est une réalité. Si les mots que j’utilise pour parler de son essence sont vagues, flous, voire incorrects par rapport à ce que je veux décrire, comment puis-je espérer lui apporter une aide quelconque ?

Lui parler de qui elle est et l’aider à avancer vers ses objectifs, ça demande de la précision, de la finesse et donc de l’exigence.

Et sais-tu que l’exigence peut mener à la jouissance ? Oui oui, tu as bien lu.

L’exigence mène à la jouissance.

Et je parle pas de jeux de rôles dans lequel toi et ton fouet vous auriez un mec à ton service. Non.

L’exigence, c’est ce qui te pousse à aller toujours plus loin, à faire l’effort de plus qui te donnera des résultats que tu n’aurais jamais eus sinon.

L’exigence, c’est faire le travail de regarder les mots que tu utilises professionnellement pour voir, en toute honnêteté, s’ils sont adaptés à l’utilisation que tu en fais.

L’exigence, c’est stopper des habitudes bien ancrées, malgré le fait que tout le reste de la profession les maintienne et continue de les enseigner, pour en adopter de nouvelles, plus justes et plus adaptées.

L’exigence, c’est ne pas te contenter de ce que tu fais, si tu sais que tu pourrais faire mieux.

L’exigence te permet d’aller plus loin et donc d’avoir de meilleurs voire bien meilleurs résultats dans ce que tu fais—quel que soit le domaine.

Pour moi, avoir de meilleurs voire bien meilleurs résultats, c’est jouissif. Parce que les victoires de mes clientes, je les savoure avec elles.

La semaine dernière, en Formation Pro Méta®, une élève a réalisé que son Mouvement n’était pas l’Eau ou la Terre comme elle le pensait depuis le début, mais l’Air. Ça lui est tombé dessus comme une fulgurance en essayant des matières différentes. Elle s’est rebranché à son Air sur le coup. Elle a inspiré l’air par le nez, à plein poumons, et n’a pas cessé de le faire depuis. Ce que je ne savais pas, c’est qu’elle était “enrhumée” depuis bébé. Respirer par le nez, chez elle, ça faisait toujours un petit ronflement, l’air n’avait jamais circulé librement. Ça s’est arrêté net avec la réalisation de son Mouvement dominant.

Ça, c’est le genre de résultats qu’on obtient quand on met le focus sur l’exigence et qu’on fait un travail de fond en continu sur l’ensemble de ses outils de travail. C’est ce que je fais depuis des années avec la Méta® et j’ai pas prévu d’arrêter.

Quand on parle de couleurs mates et lumineuses ou encore de colorimétrie… on obtient des résultats tout aussi vagues et approximatifs.

La Formation Pro Méta®, c’est l’espace privilégié pour explorer, expérimenter et intégrer ton profil en profondeur, et repartir avec une vraie maîtrise de tous les autres profils. Cette clarté fulgurante sur toi-même, ton essence et tes talents, tu pourras ensuite l’incarner dans ton quotidien, pro ou perso.

Si tu es partante pour cette expérience unique et transformatrice, toutes les informations de la Formation Pro pour t’inscrire sont ici.

.
Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires : quel est la zone de ta vie où là, maintenant, tu as besoin de mettre plus d’exigence ?

Bon week-end à toi,

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


2 Comments

  • Avatar

    Esther Arranz Rivera

    12.07.2019 at 14:22 Répondre

    Bonjour, Il y a deux ans j’ai reçu de toi la formule magique avec mon profil métha. J’ai trouvé les conseils de couleur, matière et structure très justes (merci). Depuis, j’ai fait le tri et je regarde à acheter des vêtements et complements qui ont ces carathéristiques, mais je n’arrive pas avoir un outfit complet avec toutes les exigences. J’étais juste en train de penser d’abandoner toutes ces exigences (qui me semblent maintenant trop limitantes parce que je ne trouve pas des outfit complets) quand j’ai reçu ton mail avec ce post. Il faut ajouter que dans mes exigences je dois également me sentir commode et féméninte, ce qui est le challenge pour moi (j’ai tendance à aller trop dans de vêtements plus sport). Mais depuis deux ans je n’arrive pas à trouver dans les magasins ou sur internet toutes ces exigences.
    Tu penses que ça peut être ok de sortir un peu de conseils réçus dans la formule magique pour trouver un vêtement ou complément qui m’aide à avoir un outfit complet pour avoirl globalement un aspect smart ou elégant ? Par exemple, je suis en train de penser de revenir à avoir un jeans à nouveau ou un pantalon noir… je pense que je pourrai facilement le combiner et le mettre avec d’autres choses pour donner un chouette outfit finale. Qu’en penses-tu Flora ?
    Si ton conseil est de maintenir les exigences qui me font rayonner le plus, sais-tu qui pourrais m’aider à trouver des outfits complets ?

    • Flora Douville

      Flora Douville

      15.07.2019 at 12:41 Répondre

      Bonjour Esther :)
      Dans l’exigence il ne faut pas confondre le fait de vouloir progresser vers un idéal et le perfectionnisme. Le perfectionnisme peut bloquer la progression « j’y arrive pas donc je lâche les exigences ».
      Selon les profils, c’est en effet parfois difficiles de trouver tout de suite la tenue parfaite. Mais on peut progresser vers, petit à petit.
      Tu peux te faire aider par une Méta® Coach pour trouver un outfit complet. C’est par ici : https://floradouville.com/la-meta-coaching-team/

Post a Comment