Flora Douville • L'anti conseil en image | Les ingrédients dont tu as besoin pour créer ta vie de rêve sont sous tes yeux
26034
post-template-default,single,single-post,postid-26034,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Les ingrédients dont tu as besoin pour créer ta vie de rêve sont sous tes yeux

Aujourd’hui j’ai envie de te parler d’un retournement intérieur qui a lieu à la fin de mes vacances, cet été, et que je n’attendais pas. Plus qu’un retournement, c’est un retour vers moi.

J’ai passé une partie du mois d’août en pérégrinations familiales et à un moment, j’ai bien cru que j’allais péter un plomb de ne pas pouvoir travailler comme je le voulais.

Si tu me suis depuis peu de temps, sache que j’aime bosser, j’aime passer du temps seule, et que les 2 réunis, c’est le kif. Enchaîner les journées sans avoir l’espace et la tranquillité d’esprit pour me couper du monde et matérialiser tout ce qui se passe à l’intérieur de moi, c’est très difficile. J’ai constaté que mon humeur en prenait un gros coup, mes fesses aussi à cause de la quantité de cheddar que j’ai mangé pour oublier.

J’en étais donc là, à attendre avec lassitude et le regard vitreux que nos vacances se terminent, lorsque, première claque : j’ai vu le train d’Harry Potter passer sous mes yeux.

Si tu me suis depuis peu de temps, sache que je suis une immense fan de cette série de livres et de films, même si j’ai plein de remarques à faire sur des tas de détails et que JK Rowling me détesterait probablement après avoir entendu ne serait-ce que le 10ème de ce que j’ai à dire. 

Ça faisait partie de nos vacances, ça : aller voir les endroits où Harry Potter est passé, en vrai ou dans l’imaginaire. Mes filles étant également fans, ça a rendu ce projet très facile et joyeux à organiser.

Nous sommes donc allés voir le viaduc que l’on voit dans plusieurs films, en Écosse, sur lequel passe le train qui a servi de modèle au Hogwarts Express. Nous étions une centaine de personnes debout sur la colline, à attendre patiemment que le train arrive.

On a d’abord entendu le sifflement, au loin, puis la locomotive est sortie de derrière une montagne lentement, en crachant de la vapeur blanche. Les gens dedans nous saluaient et faisaient tous un grand sourire. Moi j’ai pleuré direct, j’étais pleine d’intensité et tout se mélangeait, sans que je m’y attende :

• Tout est faux ! Ce n’est pas le vrai train, on n’est pas dans un film, c’est presque pareil, sauf que… c’est pas pareil. C’est bien beau mais tout ça c’est que des histoires, c’est pas la réalité.

• Mais quand même, tout est vrai ! La magie existe, je suis dedans, elle est sous mes yeux, c’est réel ! Je me suis déplacée jusqu’ici, tous ces gens aussi, parce qu’on kiffe cette histoire ! La magie est partout et tout est possible !

• Des êtres humains sont dans ce train, ils nous sourient, on leur sourit en retour, ça peut être aussi simple que ça. C’est tellement simple.

En plus on a vu un cerf à quelque mètres, juste en redescendant de la montagne—si tu ne connais pas le rapport entre le cerf et Harry Potter, je t’invite à faire une petite recherche Google sur le terme “patronus”, tu vas voir c’est chouette :)

En rentrant de ce viaduc célèbre, nous sommes passés par des lochs et des montagnes d’une beauté rare. Je n’ai pas décroché les yeux du paysage pendant des heures, et j’ai développé une obsession pour le vol en dragon—si tu as une agence de vol en dragon ou que tu comptes développer ce concept dans les mois/années qui viennent, contacte-moi immédiatement.

Nous avons eu une journée pour nous remettre, puis nous sommes partis pour les studios Harry Potter près de Londres, le clou de notre voyage.

Là j’ai pris une 2ème claque.

Aux studios Harry Potter, j’ai vu le mantra de mon entreprise “L’exigence, c’est de l’amour” en action. Matérialisé. 

Je ne sais même pas par où commencer pour en parler tellement cette visite a été percutante pour moi. Ce qui m’a le plus touchée, c’est de voir à quel point toute l’équipe de production et de création a été dans les détails les plus infimes pour donner vie à l’univers pensé par JK Rowling. C’est de voir la précision et l’exigence qui a été mise dans chaque objet, chaque petit morceau de décor, chaque costume, chaque accessoire qui a été créé, même si cet objet, ce morceau de décor, ce costume ou cet accessoire n’apparaitrait que quelques secondes à l’écran.

Ça m’a soufflée. 

La magie, pour moi, elle était là, sous mes yeux, au carré : présente dans toute l’histoire d’Harry Potter, du début jusqu’à la fin, mais présente également dans le dévouement porté par toute l’équipe de production à ce projet colossal.

Et pendant ma visite, quelque chose a switché en moi : j’ai plus compris sur moi, sur le business, sur mes valeurs, sur ce dont j’ai besoin pour avancer professionnellement, dans ces studios, qu’avec tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, avant.

Il y a quelques mois, mon coach m’avait demandé si j’avais mis à jour mes modèles professionnels, récemment. Si j’avais revisité mes sources d’inspiration. J’avais répondu que non. Je regardais un peu partout autour de moi, mais professionnellement, je ne trouvais rien qui me mette des étoiles dans les yeux.

Ces derniers temps, je voyais que je me dirigeais tranquillement vers une façon de travailler plus artistique, mais en terme d’inspiration, inconsciemment j’avais gardé 2 catégories :

• la première, celle des businessmen et businesswomen, la catégorie sérieuse et obligatoire, avec des gens qui font des choses sérieuses, bien pensées, raisonnables et qui marchent, c’est prouvé ;

• et puis la 2ème, celle des artistes, qui inventent des trucs fous, improbables et incertains, casse-gueules et tellement réjouissants, la catégorie qui vient mettre un peu de confettis colorés sur le bordel pour oublier que sans ça, le système est chiant à mourir.

En sortant des studios, tout s’est remis à la bonne place.

Mes inspirations principales sont des artistes et des oeuvres d’art, des univers et des histoires. Ça a toujours été comme ça naturellement, ces artistes et ces univers font partie des choses, dans le monde, qui me touchent le plus. C’est un moteur à court, moyen et long terme pour moi.

En sortant des studios, j’ai donc fait une liste rapide de mes inspirations professionnelles, et la première catégorie, la principale, la non-négociable, c’est celle de mes artistes et univers préférés :

• Harry Potter

• Alice au Pays des Merveilles

• Thome Yorke / Radiohead

• Tim Burton

La deuxième catégorie, c’est celle des entreprises qui ont trouvé des solutions que j’aime à des challenges que je rencontre. Le contenu de cette catégorie, dans le contexte de cet article, on s’en fout.

Ma visite des studios Harry Potter, j’avais bien conscience que ce serait chouette et que j’en profiterais avec toute ma famille.

Ce que j’avais pas prévu, c’est que ça transformerait ma relation avec moi-même et ma relation avec mon business.

Depuis mon retour, j’ai pris beaucoup de temps pour m’imprégner encore plus de tout cet univers que j’adore, sans me demander ce que j’allais en faire. Je sais que ça me sera utile plus tard.

J’ai commandé des posters et des cartes postales Harry Potter dans tous les sens, collé un stickers dans les toilettes, créé des visuels avec des citations, acheté du merchandising à gogo, bu plein de bièraubeurre, je lis le plus gros livre que j’ai jamais lu de ma vie sur le making of…

Je suis rentrée de mes vacances avec une énergie de dingue, une satisfaction obscène et la sensation jouissive non seulement de m’être retrouvée profondément, mais d’être là, prête à créer, agir, faire. Au taquet.

 

Maintenant, à toi  :

Dis-moi dans les commentaires : à quel endroit, même subtil, tu fais comme tu penses qu’il faut faire pour avancer, alors que tu as sous les yeux un système plus personnel, instinctif et performant ?

Hop là !

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


1 Comment

  • Avatar

    Lydia

    10.09.2019 at 13:17 Répondre

    Mouais, bon.. . J’ai toujours fonctionné comme ça. Je veux dire en me passionnant pour des sujets que j’explore à fond. Mais ça n’a jamais donné un seul centime pour payer mes factures. Juste des sujets, desquels je finis par me lasser au bout de quelques années. Soit parce-que j’etais trop en avance ou parce que je n’ai jamais compris comment vendre. Me manque un chaînon.

Post a Comment