Flora Douville | Les conseils qu’il vaut mieux pas écouter
25125
post-template-default,single,single-post,postid-25125,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Les conseils qu’il vaut mieux pas écouter

Attention ce message contient plus de gros mots que d’habitude. Je te préviens, mais moi je m’en fous :)

Arrête d’essayer de faire autre chose que ce que tu sais faire.

Arrête.

Il y a quelques semaines j’étais en séminaire avec un groupe de 15-20 entrepreneurs. C’était chouette et on dînait ensemble à la fin, avec une bonne partie d’entre eux.

Pendant le repas, mon coach qui était là m’a, comme souvent dans ces situations, challengée de faire le profil des gens présents, en 3-4 minutes : dire en quelques mots ce que je vois, ce que je perçois de spécifique chez la personne. Ses talents innés, ses dons, ce qu’elle a de singulier.

Je me suis donc lancée et c’était fun. L’organisateur du séminaire, Julien Musy, était bluffé d’entendre ce que j’avais à dire sur lui. J’ai parlé des membres de son équipe également, et on est arrivés à Jules.

Jules a une présence très impactante et silencieuse. Quand il est là, on dirait qu’il scrute ce qu’il se passe, en retrait. Et quand il ouvre la bouche, ça fait BAM.

Il a un don naturel pour sentir et comprendre de manière globale ce qu’il se passe, pour une personne ou pour un groupe.

Moi, ça je le vois en quelques minutes.

Alors je peux te dire que ça m’a vraiment gonflée quand il nous a raconté qu’une semaine plus tôt, on lui a dit qu’il fallait qu’il aille davantage vers les autres. Qu’il s’ouvre, qu’il parle plus, etc.

 

Mais bordel, quand est-ce qu’on va comprendre que c’est pas en faisant autre chose que ce qu’on sait faire qu’on va trouver le bonheur ?

 

Il était effectivement dans une retraite de quelques jours, et à la fin, la majorité lui a fait ce feedback-là.

Et c’est courant. C’est ce que j’entends tout le temps.

Si t’es plutôt silencieux et en retrait, on va te dire de faire l’effort de parler plus, d’aller plus vers les autres.

Si tu parles souvent, que tu es très actif et spontané, on va te dire de fermer ta gueule et d’arrêter de bouger dans tous les sens.

Je suis sûre que tu connais ça !

Attention, je ne dis pas que tout ce que tu fais aujourd’hui est parfait et que tout est aligné sur ta nature profonde. Non : ton ego sait bien saisir les occasions pour vriller ton fonctionnement, et effectivement parfois tu restes en retrait mais c’est un mécanisme de protection que tu ferais bien de faire péter.

Là, en l’occurrence, il était flagrant pour moi que ce n’était pas le cas. Jules n’est pas en retrait pas peur ou à cause d’un mécanisme inconscient.

 

C’est vraiment sa force. Une putain de force.

 

Il a un magnifique don d’observation et de repérage et c’est parce qu’il sait rester en retrait et sentir, qu’il est capable, ensuite, de faire un feedback précieux par sa précision et sa justesse à la personne ou au groupe en face de lui.

Mais quelle perte ce serait pour lui, pour l’autre et pour le monde s’il se forçait à fonctionner autrement !!

Il ferait un gros effort pour aller vers les autres, parce que c’est pas naturel. Il ferait un gros effort pour parler AVANT d’avoir quelque chose de précieux à dire, ce qui lui ferait dire des trucs superficiels dont il a horreur. Il ferait un gros effort pour se mettre dans ce qui se passe au lieu de se mettre en périphérie, là où il peut voir.

Résultat, bah rien, à part un Jules fatigué et vide, qui n’a rien à apporter aux autres, qui doit aller se régénérer seul pour compenser ce qui vient de se passer pour lui.

Bravo ! Moi je dis bravo. Magnifique.

Comment foutre en l’air du beau potentiel et de la beauté vivante avec quelques conseils bien pourris.

Et ça, ce que je décris, c’est qu’on a dit à Jules de faire. Mais c’est que beaucoup de gens demandent à beaucoup d’autres gens de faire.

On t’a probablement demandé de fonctionner autrement que ce que tu savais naturellement faire.

Tu as probablement cru, même si on te l’a pas dit, qu’il fallait que tu fasses autrement que ce que tu faisais.

C’est normal, parce que tout le monde fait ça en fait : chercher à fonctionner autrement. Parce que c’est le modèle. Même si on te le dit, c’est ce que tu vois quand tu arrives sur Terre en ce moment. Donc, bah tu te dis que ça doit être les règles pour rester vivante et tu les acceptes.

Peu importe.

Arrête tout de suite. C’est bon pour personne. Ni toi, ni les autres.

Ne fais QUE ce que tu sais faire. Rien d’autre. Aucun intérêt.

Et si tu veux faire la part des choses entre tes talents innés et les constructions de ton ego, pour définir ta route à toi et incarner ta puissance dans le monde, on peut faire ça ensemble en Méta Coaching. Réponds à ces quelques questions pour prendre rendez-vous avec moi : https://goo.gl/YMSErN

Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires : qu’est-ce que tu t’es forcée à faire, avant de réaliser que ce n’était simplement pas toi ?

Go !

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


9 Commentaires

  • Avatar

    Dalila

    25.09.2018 at 09:36 Répondre

    Bonjour Flora,
    Tellement VRAI tout ce que tu viens d’écrire, et tout le monde (à part de TRES fortes personnalités) sont passés par ces experiences, d’abord avec la famille, puis les connaissances et ami(e)s….ce qui nous a fait vivre des moments douloureux car faire comme les autres demandes (pour se faire accepter) demande une energie incroyable qui t’épuise plus qu’autre chose..
    Aujourd’hui je suis tout à fait capable de faire et penser par moi même (vu mon grand âge!) mais je sens de temps en temps ce reflexe qui aurai tendance à refaire surface avec certaines personnes (fortes personnalités) qui savent mieux que toi ce qui est bon ou pas pour toi…. merci pour ton article qui va faire réagir bcp de monde !!

  • Avatar

    Laetitia Zuccheri

    25.09.2018 at 10:26 Répondre

    Merci Flora pour cet article magnifiquement juste! Alors que je lisais je souriais car Jules c’est moi! J’ai passé presque 30 ans à essayer d’être plus « sociable », moins « réservée », parce qu’on m’avait dit qu’aller vers les autres c’était mieux que d’observer silencieusement et à chaque fois que j’y arrivais, c’était la cata, personne ne me comprenait et j’étais encore plus frustrée, je rentrais en me disant « t’aurais mieux fait de te taire ». Je le faisais aussi parce que j’avais l’impression de ne pas être comprise, je passais pour quelqu’un que je n’étais pas, j’avais l’impression que l’on ne m’entendait, que l’on ne m’écoutait pas. Et puis il y a moins d’un an j’ai compris, j’ai compris qu’il n’y avait pas un comportement à atteindre mais juste des personnes différentes, j’ai compris que si l’on ne me comprenait pas c’est parce que moi-même je ne me connaissais pas et ne m’assumais pas. J’ai compris que moi j’étais celle qui écoutait, observait puis qui trouvait les mots de ceux qui parlaient, les mots pour décrire l’essence, les mots qui résonnent avec l’univers, des mots que ceux qui parlent ne soupçonnaient même pas l’existence parfois. J’ai eu la chance de le comprendre parce que j’ai rencontré des personnes qui ont su me montrer que c’était mon talent et qui m’apprecient pour ce que je suis et ne cherchent pas à me changer. Et puis aussi parce que j’ai osé plonger dans mes ténèbres, contrainte par la vie de me réinventer! Alors surtout Flora, continue de diffuser le message : « Arrête d’essayer de faire autre chose que ce que tu sais faire! ». Merci Flora!

  • Avatar

    Lola LISON DE LOMA

    25.09.2018 at 12:40 Répondre

    Il ne serait pas hiver ce Jules ?

  • Avatar

    Christiane Klein

    25.09.2018 at 17:55 Répondre

    Exacte! Pour ma part j’ai repris une formation, donc des cours en salle avec différents type d’humain… J’aime parler beaucoup (selon les autres, moi je trouve pas). Donc je me suis efforcée à ne rien dire pendant 8h (horrible). J’y arrive mais, je paie chers. A la fin de la journée je suis épuisée, énervée, et le pire c’est un énorme manque de confiance en moi. Personne ne m’aime (ha, ha ha…) comme je suis…..

  • Avatar

    Marie

    25.09.2018 at 18:11 Répondre

    Bonjour Flora! quel bel article, qui me parle tellement! Je suis Automne, eau, cercle. Je suis infirmière, mais depuis maintenant 2 ans en « congés sabbatique »: suite à des gros problèmes de santé, j’ai décidé de ne plus m’occuper des autres. Car je pensai que cela m’avait usé et était en autre une des causes de mon problème de santé.
    Trois ans sont passés, des heures chez ma coach, des lectures de développement personnel, et une initiation à la métamorphose… et je comprends qu’il ne sert à rien d’aller contre ma nature. Je finis toujours par revenir aux autres: rendre service, aider, prendre soin. C’est moi.
    La métamorphose m’a ouvert les yeux. Je suis toujours en pleine réflexion, je cherche toujours, mais la méta a éclairé mon chemin!

  • Avatar

    Blandine

    25.09.2018 at 19:14 Répondre

    Merci Flora! à à peine 11 ans je me faisais virer de classe de CM pour rébellion… Et j’ai pris un paquet de raclées par mon père pour le même motif… Merci à mon arrière-grand-mère pour son modèle merveilleux de rebelle. Vieille paysane née en 1862, à 90 ans, elle prenait le train pour aller défendre ses vergers à la préfecture, contre le remembrement! Je continue! J’ai toujours eu du mal à enfiler d’autres chaussures que celles qui me vont, au propre comme au figuré! Avoir un modèle féminin fort dans son enfance peut être déterminant, alors, donnons ce modèles aux plus jeunes que nous!

  • Avatar

    MARIE-CHRISTINE

    26.09.2018 at 12:44 Répondre

    Bonjour Flora,

    Je ne saurai te remercier assez pour cet article et d’autres.
    Tu as l’art et la manière de toucher LE ou LES points sensibles …
    Souvent, je lis en diagonale les newsletter (le « manque » de temps, les doutes sur si ça va être intéressant, rares sont celles qui le sont vraiment sur Internet), ce fut le cas pour pour la tienne, je l’ai lue en DIAGONALE… mais tu sais ce qui est GENIAL ?
    c’est que ça RESTE comme une PETITE CHANSON INSISTANTE qui revient te tourner dans la TETE, un rappel à ta conscience au BON MOMENT.
    Cela fait 2 ans que je travaille en coaching sur le lancement d’une activité. Il faut aussi le temps de trouver le bon coach puis d’en changer parce que soi-même on a changé…
    DONC , je veux EN VENIR au fait qu’au départ, on m’a fait travailler sur mes forces et faiblesses, mes « talents ». SAUF que c’est RESTE une LISTE. D’où j’avais du mal à extraire quelque chose de significatif. Mais, peu à peu, en me connaissant mieux, j’ai pris conscience de certaines forces PLUS FORTES que d’autres. CE que je SAIS BIEN FAIRE SANS M’EMMERDER.
    SAUF que je l’ECOUTAIS PAS ENCORE !
    Et c’est LA, que mes revenue ta (grande) « PETITE PHRASE » : ne fais que ce QUE tu sais faire ! PUTAIN, j’avais oublié cela !
    Et j’ai les jetons, car je me rends compte que, depuis un AN, je travaille sur un projet COMPLIQUE …
    mais c’est parce que je SAVAIS PAS FAIRE SIMPLE…

    Et ce que je sais bien faire, c’est TROIS choses : INTERVIEWER, ECRIRE, RESOUDRE DES PROBLEMES SUR LE POUCE ! Et si je peux mettre mes PHOTOS dedans, ça devient l’APOTHEOSE.

    Ta petite phrase n’a pas « TOUT » déclenché (je suis en recherche/chemin) , mais mon dieu, comme elle est venue VALIDER cette découverte ! ! Ca a sonné FORT !
    Tu sais ce qu’on dit dans ces cas là ? UN GRAND MERCI !!! Pour ta grande PERTINENCE :-)

  • Avatar

    Sophie

    29.09.2018 at 10:50 Répondre

    Bonour Flora et tous les lecteurs et lectrices.
    C’est article vient à point nommé. Je me suis retrouvée i y a quelques jours dans une situation inconfortable vis à vis d’une personne que je connais depuis longtemps. Soit je l’agressais de méchanceté , soit je boudais les désagréments et qu’elle me renvoyait. Je n’arrivais pas à trouver un autre moyen de communication. Je suis très spontanée et très bien comme ça, mais petite cela dérangeait très fort ma mère qui m’obligeait à me controller et à me taire. Pour retrouver la fluidité de mon énergie, j’ai tenté de dialoguer sur ce qui se passait. J’ai réalisé que je devais prendre des distances avec cette personne, car ma spontanéité la rendait encore plus agressive. Mon tempérament est spontané et quand je le laisse vivre, je me sens très bien. Merci pour tous les articles, ils sontplein d’idées que je travaille et m’aide à êtrede plus en plus en paix avec moi-même et avec les autres.

  • Avatar

    Kim Ouimet

    05.10.2018 at 18:44 Répondre

    Wow! Plus je lisais l’article, plus je m’y identifiais. Pour ma part, c’est davantage au niveau professionnel que ce problème s’est présenté. Tout au long de mes études et lors de mes stages, il n’y a qu’un seul commentaire qui ressortait de mes évaluations; Pose davantage de questions, parle davantage. Longtemps, je me tapais sur les doigts pour ne pas être comme mes collègues étudiantes. Finalement. je me suis rendue compte que le fait de ne pas poser de questions n’interférait en rien avec mes études et ma qualification, car au bout du compte, j’étais toujours première de classe. Ce que je n’ai jamais compris, c’est la raison qui poussait mes professeurs à me demander d’être une personne que je n’étais pas malgré le fait que j’excellais dans mes stages et mes évaluations. Je crois qu’il est important de rester soi-même, mais j’ai encore de la difficulté à le faire. C’est très difficile d’être la personne en retrait et de ne pas être en mesure d’aller davantage vers les autres. Mais j’y travaille et grâce à toi, j’y vois plus claire. Merci pour tes conseils

Post a Reply to Sophie Cancel Reply