Flora Douville • L'anti conseil en image | Les 3 croyances qui t’empêchent de rayonner…
3680
post-template-default,single,single-post,postid-3680,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Les 3 croyances qui t’empêchent de rayonner…

Les 3 grandes croyances qui t’empêchent d’être toi-même et de rayonner, à travers tes vêtements

.

Tu n’oses pas. Tu manques de confiance en toi. Tu es frustrée de ne pas savoir mettre ta féminité en valeur. Tu renvoies  une image qui ne correspond pas à celle que tu es, à l’intérieur. Tu as le sentiment de te cacher dans tes vêtements, et en même temps tu ne sais pas ce qui te va. Tu ne trouves pas ce que tu veux dans les magasins, mais tu te demandes aussi ce que tu veux vraiment.

Tu aimerais rayonner, être toi-même, mais tu n’y arrives pas ? Voici 3 grandes croyances, qui bloquent la plupart des femmes comme toi. Et toi ?

.

Croyance n°1 : il n’y a rien, dans les magasins

.

Pour rayonner dans tes vêtements, encore faudrait-il de beaux vêtements ! Dans les magasins, tu ne trouves rien, c’est toujours la même chose.

C’est vrai, dans une certaine mesure. On retrouve des modes, des styles et des couleurs d’un magasin à l’autre, d’une saison à l’autre. On trouve aussi beaucoup, beaucoup de noir.

Mais cela est vrai quand on ne sait pas où, ni quoi chercher. Personne ne nous apprend à faire du shopping, à chercher ce qui nous va. Ni en boutique, ni sur internet. Or cela s’apprend ! Quand nous savons très précisément ce que nous cherchons, il est beaucoup plus facile de le trouver.

Il est vrai que lorsque nous savons très précisément ce que nous voulons, nous sommes plus exigeantes. Alors, il y aura moins de choix, et nous mettrons peut-être plus de temps à dénicher ce que nous voulons porter. Mais lorsque nous l’aurons trouvé, quelle satisfaction ! Parce que nous saurons que le vêtement nous ira parfaitement. Nous saurons qu’il ira avec ce que nous avons déjà dans notre garde-robe, et nous saurons qu’il parlera pour nous, de nous. De façon belle, et juste.

Et puis, il y a d’autres possibilités. Commander sur internet, trouver des boutiques en ligne d’un nouveau genre, entrer dans des boutiques que tu ne connais pas, apprendre à coudre, faire faire un vêtement sur-mesure… Tout cela demande de sortir de sa zone de confort –ce qui est le seul moyen de changer positivement.

Et puis et puis, dans quelques temps, tu n’auras plus d’excuse 🙂

La quête des vêtements qui te feront rayonner, c’est une aventure qui te mènera à toi-même, et à toutes tes qualités. Si tu as l’impression qu’il n’y a rien en magasin, va donc voir de plus près, là-bas, si tu y es ! Il est probable que tu te y trouves.

.
« Depuis que j’ai commencé la Méta, je me sens beaucoup plus en confiance dans mes choix de vêtements, et faire les magasins est maintenant un plaisir alors qu’avant c’était plutôt un stress. Quel soulagement de savoir et de ressentir profondément ce qui est juste pour moi, ça change tout !”

Julie Le Carrer, Bruxelles | voir son témoignage en entier

.

Croyance n°2 : bien s’habiller, ça coûte cher

.

Les beaux vêtements, ça coûte cher.

La plupart du temps, c’est vrai. Les vêtements de qualité coûtent souvent plus cher que les autres –ce qui ne veut pas dire qu’un vêtement cher est de bonne qualité, attention.

Un vêtement de qualité, cependant, s’il a coûté plus cher à l’achat, durera plus longtemps. Il s’usera moins vite, il gardera sa forme et sa couleur. Son prix inclut donc plusieurs avantages cachés :

• nous avons le plaisir de le porter longtemps, d’en profiter ;

• nous économisons le temps et l’énergie dépensés dans la recherche d’un vêtement de remplacement, quelques mois plus tard ;

• nous pouvons construire notre garde-robe sur des bases solides, en sachant que les quelques pièces qui s’y trouvent sont faites pour durer.

Au-delà du vêtement lui-même, il y a la question du style : ça veut dire quoi, “bien s’habiller” ? Et comment savoir ce qui te va, à toi ? Pour le savoir, le mieux est de se faire accompagner ou conseiller par un(e) expert(e). Ton problème : là encore, ça coûte cher.

C’est vrai, souvent un accompagnement de ce type a un certain prix. Sans entrer dans la justification, je te propose de retourner cette question : combien cela te coûte-t-il de ne pas te faire accompagner, et de ne pas savoir ce qui te va ?

Rester dans l’incertitude et la frustration, peut, à terme, te conduire à :

• faire de mauvais achats ;
• culpabiliser et regretter tes mauvais achats ;
• perdre confiance en toi ;
• te dévaloriser, et abîmer l’image que tu as de toi-même ;
• perdre du temps à chercher ce qui te va, seule et sans repère ;
• manquer de présence, d’écoute et d’attention vis-à-vis de l’autre ;
• perdre de l’énergie à te cacher derrière tes vêtements ;
• ressentir de la colère, du désespoir ou de la tristesse ;
• peut-être même ressentir l’enfermement, faire une dépression, ou un burn-out ;
• vivre un mal-être intérieur grandissant, conséquence du manque de cohérence que tu ressens.

 

Voilà le coût caché du fait de ne pas agir. C’est très courant : nous envisageons souvent le prix de faire quelque chose, et plus rarement le prix de ne pas le faire. Alors pose-toi cette question : que vas-tu payer, si tu n’agisses pas ?

Tout le monde ne passe pas par là, mais lorsque l’on a constaté que quelque chose ne tournait pas rond, et créait de la frustration ou de la souffrance, la seule solution pour en sortir est de changer d’attitude, et sortir de sa zone de confort –une fois de plus !

C’est, finalement, le fait de ne pas savoir ce qui nous va, et de ne pas oser mettre le prix dans un vêtement, qui finit par coûter cher. Financièrement, mais également physiquement, émotionnellement et mentalement. Professionnellement, et personnellement.

.
“Avant, je me sentais gauche, mal à l’aise dans mes vêtements, jamais sûre de ce qui allait ou qui n’allait pas, et en fait peu confiante en moi. J’avais envie de tourner une page d’incertitudes et d’inconfort. De devenir moi, en fait.

Petit à petit j’ai vidé ma garde-robe : j’ai trié, donné, jeté et très peu gardé. J’achète maintenant en gardant à l’esprit mes fondamentaux.

Les conséquences de ce travail sont beaucoup plus profondes que je n’avais imaginé au départ… Cette réflexion sur l’apparence a en réalité touché mes racines et m’a fait comprendre qui je suis, et dans quelle direction je marche.”

Anne Clénet, Saint-Colomban
|
voir son témoignage en entier

.

Croyance n°3 : je ne vais pas réussir à assumer

.

Rayonner à travers ses vêtements, cela implique de porter des choses peut-être plus voyantes, ou colorées, voire originales parfois… en tous cas différentes de ce que tu as l’habitude de porter. Tu en as envie, mais… que va penser ton entourage ? Peux-tu aller travailler, ou même sortir, en toute confiance, sans avoir peur du regard des autres ?

Cette question revient souvent. Effectivement, être soi-même suppose de s’assumer. Une chose est certaine : vouloir plaire aux autres–ou surtout ne pas déplaire–et vouloir être soi-même, c’est incompatible. Il y a donc un choix à faire : porter les vêtements qui font plaisir aux autres (ou plutôt dont nous pensons qu’ils font plaisir aux autres, parce que souvent, en fait nous ne savons même pas !), ou bien porter les vêtements qui nous vont à nous, sans s’occuper des autres.

Pour être soi-même et rayonner, il faut accepter de se montrer, d’être visible. Cela ne veut pas dire porter des couleurs fluo de pied en cap, cela veut dire accepter que toutes nos qualités intérieures soient visibles à l’extérieur.

Ce qu’il faut savoir, lorsque nous portons les vêtements qui nous correspondent :

• nous sommes belles ;
• nous nous sentons bien et sûres de nous ;
• nous avons moins (voire pas) besoin de porter de maquillage ;
• nous avons plus d’énergie ;
• nous savons mieux qui nous sommes ;
• nous sommes plus au clair sur ce que nous avons à faire sur terre ;
• nous sommes plus présentes et attentives aux autres ;
• nous sommes plus à l’écoute de nos besoins ;
• nous sommes surprises par des compliments inattendus ;
• nous sommes prêtes à réaliser notre mission.

 

Si aujourd’hui il peut te sembler difficile d’assumer un changement vestimentaire, c’est parce que tes vêtements ne te portent pas comme ils le pourraient. C’est parce que tu te sens vulnérable, encore, et fragile, peut-être, car tu n’es pas soutenue par ce que tu portes.

Mais sache que lorsque nous commençons à nous diriger vers ce qui nous va, nous sommes portées par les changements. Ils nous donnent l’énergie nécessaire pour pouvoir les poursuivre. Plus tu portes les vêtements qui te vont, plus tu ressens leur énergie te porter, ce qui te permet de les assumer, et de te sentir confiante et sûre de toi, sans te préoccuper des autres.

.
“Aujourd’hui je me sens beaucoup plus sûre de moi, c’est indéniable. Je sais quoi chercher et je vais à l’essentiel, pour mes vêtements mais aussi dans d’autres domaines de ma vie. Je ne m’encombre plus de choses qui ne m’appartiennent pas ou ne me vont pas. Je m’accepte et je m’affirme. En m’exposant plus, je ne me sens pas plus vulnérable, au contraire cela me donne plus de force, je me sens fière d’être moi et d’oser le montrer.”

Clémentine G., Nantes | voir son témoignage en entier

.

Pour finir, voici un extrait d’un texte de Marianne Williamson, qui a merveilleusement bien mis en mots ce que je ressens, et ce qui fait l’essence de la Méta®. Ce texte est connu, et tu l’as peut-être déjà lu, mais si nous sommes là aujourd’hui, c’est que nous avons encore besoin de le lire, toi comme moi :

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur, Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites. C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous posons la question : qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ? En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ? Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde. L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres. Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus, elle est en chacun de nous. Et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. En nous libérant de notre propre peur, notre puissance libère automatiquement les autres. »

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi


2 Comments

  • Avatar

    camille

    17.03.2016 at 10:43 Répondre

    Bonjour Flora, pour ma part je trouve beaucoup de mes vêtements dans les dépôts-vente… J’y trouve de belles pièces, de qualité et qui ont aussi l’avantage d’avoir perdu leur « couche de produits chimiques » qui imprègnent souvent les vêtements neufs.
    Que pensez vous de ce mode d’achat? Que pensez vous du fait qu’ils ont déjà été portés? Sont-ils encore porteurs de l’énergie des personnes qui les ont mis?
    merci pour vos articles.

    • Flora Douville

      Flora Douville

      22.03.2016 at 22:41 Répondre

      Camille, je pense que oui, l’énergie de la personne qui a porté un vêtement est très présente. Pour ma part, j’ai du mal à porter des vêtements qui ont déjà vécu. Mais je pense aussi qu’avec une intention forte et un acte « psycho-magique », on peut nettoyer beaucoup de choses 🙂

Post a Comment