Flora Douville • L'anti conseil en image | Le lien entre Poudlard et la Méta®
25637
post-template-default,single,single-post,postid-25637,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

Le lien entre Poudlard et la Méta®

Aujourd’hui je voudrais te parler d’un sujet que j’ai effleuré dans mon message de mardi : les 4 maisons de Poudlard (ou Hogwarts pour les puristes).

Je suis fan d’Harry Potter, pour beaucoup de raisons. Et ça va pas changer avant un bon moment—jamais, en fait.

Par contre, j’ai des choses à dire sur la façon dont J.K. Rowling, l’auteur, a traité ces 4 maisons. De quoi s’agit-il ? Eh bien dans l’histoire, Harry Potter a été sélectionné pour aller étudier à Poudlard, une école de sorciers. C’est une école dans laquelle on entre l’année de ses 11 ans, et on y reste 7 ans normalement.

À l’arrivée dans cette école, les élèves sont répartis entre 4 maisons, qui sont en fait des groupes d’élèves ayant a priori des traits de caractère similaires.

Chaque maison a un nom, un code couleurs, un blason, un genre d’animal totem, une équipe de Quidditch (le sport favori des sorciers), un directeur attitré (c’est un des professeurs de l’école), un fantôme attitré, une salle commune réservée cachée avec un mot de passe pour y accéder, etc.

Ces 4 maisons s’appellent : Gryffondor, Serdaigle, Poufsouffle et Serpentard. Elles portent le nom des 4 sorciers qui les ont créées des siècles plus tôt, et qui ont apporté à l’école, chacun, des spécificités en lien avec leurs préférences et talents personnels.

Quand on connaît les 4 éléments—l’Air, l’Eau, la Terre et le Feu, on ne peut que voir le lien qui existe entre eux et ces 4 maisons. D’ailleurs, j’ai régulièrement des clientes qui me demandent : “Alors Flora, Gryffondor, c’est Feu ? Et Serdaigle, c’est quoi ?”

Mais, quand on connaît les 4 éléments—l’Air, l’Eau, la Terre et le Feu, on ne peut pas rester sans rien dire devant la fadeur avec laquelle ils ont été décrits et utilisés dans la création de ces maisons. En tous cas, moi je peux pas !

Oui, parce que la description qui est faite du caractère des élèves de chaque maison, c’est du type :

1. courage, hardiesse, force d’esprit pour Gryffondor

2. sagesse, discernement, érudition, curiosité pour Serdaigle

3. équilibre, loyauté, constance, patience pour Poufsouffle

4. malice, adresse, détermination pour Serpentard

Quand je lis ça, je peste ! Quel gâchis ! Y avait un potentiel énorme et il n’a quasiment pas été utilisé. Si seulement l’auteur m’avait consultée avant de se lancer dans l’écriture de sa série ! Hahaha. Bon au niveau chronologique, ça ne fonctionne pas, j’y connaissais rien encore quand elle planchait déjà sur le premier tome. Mais je suis quand même déçue de voir si peu de nuance et de réalisme dans cette répartition des caractéristiques.

Parce que si on regarde bien, déjà ces listes de qualités ne disent pas grand chose, et en plus certaines de ces qualités ne sont pas des talents particuliers ni des compétences naturelles, mais plutôt des dispositions face à des choix. Si je prends le courage : je connais plein de gens courageux, mais qui l’ont été à leur manière, en agissant d’une certaine façon—toutes différentes. Même chose pour la détermination, la force d’esprit, la sagesse… Ce sont des qualités dont tout le monde peut faire preuve, quels que soient ses talents de base.

D’ailleurs, dans la série, on peut constater que de nombreux personnages toutes maisons confondues ont fait preuve de toutes les qualités listées ci-dessus.

C’est pour ça que quand mes clientes me demandent à quel élément sont liés ces maisons, je suis frustrée, parce que je vois la tentative d’avoir fait des ponts entre les deux, mais je vois aussi comme les réelles caractéristiques des 4 éléments n’ont pas été réellement exploitées.

Je vois du Feu mais aussi de la Terre chez Gryffondor, je vois de l’Air mais aussi du Feu chez Serdaigle, je vois de la Terre et un peu d’Air et d’Eau chez Poufsouffle, et je vois de l’Eau et du Feu chez Serpentard.

Dans la réalité, chaque élément a une vraie singularité, une force, une beauté, et elles ont à peine été effleurées ici.

C’est ce qui m’amène au deuxième point qui me gonfle profondément : ces maisons ont été traitées avec beaucoup d’inégalité. En lisant les livres, on peut clairement sentir l’ordre de préférence des maisons de l’auteur : elle a, en tous cas, fait en sorte que le lecteur ait ses préférences.

Ce n’est pas pour rien que j’ai listé les noms et les qualités des maisons dans cet ordre, plus haut : c’est comme ça qu’on en parle spontanément, parce qu’en fait, c’est à peu près comme ça qu’on nous a dit implicitement de les aimer. Gryffondor est la meilleure, c’est la plus noble ; Serdaigle ils sont intelligents, ils viennent en deuxième ; Poufsouffle ils sont mous mais bon ils sont sympa ; et bon bah il reste Serpentard, ils sont malins mais du côté sombre donc on va plutôt les mettre à l’écart.

Alors c’est vrai qu’on peut regarder plus précisément les qualités de chacune et trouver que finalement, Poufsouffle, c’est cool. Mais rien n’est fait pour ça.

Et ce genre de parti pris, il me déplaît fortement parce qu’il est le reflet de ce que je constate au quotidien.

Ma fille est revenue de l’école l’autre jour en disant qu’ils avaient parlé de tolérance, du fait que la normalité ça n’existait pas et que les différences sont une richesse. Très bien. C’est beau sur le papier.

Maintenant, à l’école justement, qu’est-ce qui est FAIT concrètement pour que les enfants vivent et expérimentent ces idées pour de vrai ? Rien. On ne cherche pas à cerner tes dons et à les travailler, on te demande de te conformer à un certain nombre d’activités et de façons de faire, et on se fout de connaître tes différences à toi. On n’en parle même pas, on ne les nomme pas, on préfère les gommer et dire que tout le monde est pareil et que tout est très bien comme ça.

Je constate la même chose avec mes clientes : de loin, au départ, on est d’accord pour dire que tous les éléments sont beaux que tout est chouette—tant que tu me dis pas que je suis Feu, tout va bien !

En apparence on dit que tout est intéressant, que chaque maison (ou chaque enfant, chaque élément, chaque saison…) a des qualités, mais dans le fond on y croit pas, dans le fond on pense quand même que certaines maisons, certains enfants ou certains éléments sont mieux que d’autres, ont un potentiel plus important, plus riche, que sais-je.

Ça, c’est vraiment naze.

Si tu veux entretenir la guerre à l’intérieur de toi et donc à l’extérieur aussi avec des conflits de petite et de grande envergure, c’est le bon chemin !

Ce que l’auteur a fait en écrivant ces petits morceaux de l’histoire de cette façon, c’est qu’elle a projeté la façon dont on fonctionne tous vis-à-vis des éléments qui nous composent, des éléments qui composent notre réalité : y en a qu’on met sur un piédestal et y en a qu’on met à la poubelle.

Je suis créative et j’ai plein d’idées : je mets ça sur un piédestal.


Je suis empathique et je ressens tout ce que ressentent les autres : je mets ça à la poubelle.

Mais le résultat est le même : tu te sens coupée en petits morceaux, tu t’aimes pas, tu entretiens des pics de joie puis de désespoir et tu comprends pas pourquoi.

Je comprends pas pourquoi ma vie ne s’améliore pas alors que je cherche à me rapprocher de ce que j’aime le plus chez moi [= ce que je mets sur un piédestal].

Oui mais en faisant ça, tu t’éloignes du reste, qui fait aussi partie de toi. Tu es en train de te déchirer en morceaux.

Chaque élément a des choses précieuses et uniques à apporter. C’est valable dans les 4 maisons de Poudlard, mais c’est aussi valable en toi. Tu es faite des 4 éléments organisés en une combinaison subtile, et ils ont CHACUN des trésors à te montrer.

En mettant un élément au placard, c’est toi que tu punis.

De la même façon que l’école se fout des talents naturels des enfants, de la même façon que J.K. Rowling distribue des bons et des mauvais points aux sorciers en devenir en leur attribuant une maison (un élément) plus ou moins recommandable.

.

Moi je crois pas aux défauts. Je crois que tu n’as que des qualités, que tu n’exploites pas encore pleinement.

.
Sors du placard.*

* Sous l’escalier.

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment