Flora Douville • L'anti conseil en image | La recette pour une vie de KIF
25365
post-template-default,single,single-post,postid-25365,single-format-standard,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

La recette pour une vie de KIF

Au moment où j’écris (hier soir pour toi), je suis dans le train pour Paris, je vais voir le nouveau spectacle de Florence Foresti. C’était mon cadeau de Noël—mon mari commence à bien me connaître :)

On est assis en 1ère, on occupe 4 places parce qu’il n’y a pas grand monde. Mon mari est allongé en face de moi en chaussettes (roses) et j’écoute un mix de musique tranquille qui me ravit de l’intérieur.

Pendant un instant, j’ai eu un mouvement de recul sur la scène. Sur la situation. Sur ma vie.

Je me suis dit “putain, ma vie est parfaite”. Puis : “nan, c’est encore mieux que ça : ma vie n’est pas parfaite, elle n’est pas aboutie, elle n’est pas du tout finie, je kiffe ce qui est là ET ce qui se présente à l’horizon”.

Parce que pendant un instant où j’ai pensé avoir une vie parfaite, tout s’est figé : si tout est parfait alors quoi, je me tire une balle ?

Nan, rien n’est parfait. Ça existe pas.

Par contre, on est dans un monde archi polarisé (au cas où t’aurais pas remarqué) et ce que je vis, mon univers, il me plaît énormément. Et il a pas besoin d’être parfait pour ça. Il est simplement extrêmement jouissif pour moi.

Je pourrais faire une liste des petites et grandes choses qui constituent cet univers chéri, ça irait de micro détails à des éléments décisifs de ma vie. Ce serait long :)

En pensant écrire sur ce sujet, j’ai un gardien de l’ego qui s’est subitement exprimé : “Nan mais c’est bon, tu te prends pour qui ? Tu crois que les gens ça les intéresse, de savoir que ta vie est géniale ? C’est ça, ce que t’appelles de la création de valeur ?”

Et en fait, ben oui, je crois que ça t’intéresse. Non pas de savoir que ma vie est géniale, mais de savoir que c’est possible. Si quelqu’un qui te ressemble a réussi, ça veut dire qu’on peut y arriver. C’est pas réservé à une élite, ce n’est pas non plus un mythe qui n’existe que dans les magazines sous forme d’histoire de people romancée.

Donc oui, c’est possible de kiffer ta vie. C’est possible d’aimer chaque partie de ta vie. Chaque moment. Ce qui s’y passe, comment ça se passe.

Par contre, ça ne se fera pas comme tu le crois.

Oui, je ne peux pas écrire que “vivre ta vie de rêve est possible” sans dire ce que ça demande, pour y arriver. D’abord parce que ça te servirait à rien, mais surtout parce qu’il manquerait un gros bout de la réalité.

Alors je vais pas te dire qu’il m’est arrivé plein de trucs difficiles et que je l’ai bien mérité, d’avoir une vie que j’aime, parce que c’est faux et c’est pas mon genre. Je considère pas que ma vie ait été spécialement difficile. En plus pour moi, y a pas d’histoire plus facile ou difficile que les autres, y a des histoires. Moi y a longtemps, j’ai décidé d’aimer la mienne et de regarder en quoi elle pouvait m’aider, plutôt que de m’en servir pour ne pas avancer.

Nan, ce que  j’ai à dire, c’est que pour vivre la vie que tu veux, une vie de kiff et de plaisir, faut pas croire qu’en le voulant ça va se matérialiser. Faut pas croire que parce que tu lis des articles et des livres sur le sujet ça va fonctionner. Faut pas croire qu’en t’entourant de personnes inspirantes ta vie va se transformer.

Pour que ta vie devienne réellement une vie de jouissance, il faut mettre cet objectif en priorité.

Et si tu veux jouir de ta vie, tu dois savoir ce qui te nourrit profondément. Tu dois connaître tes désirs. Tu dois te connaître et identifier les histoires que tu t’es raconté pendant très longtemps sur qui tu es, ce que tu fais et ce que tu veux.

Il m’arrive parfois d’entendre ce gardien dont je te parlais plus haut : dans des moments de béatitude où je réalise que tout est jouissance, je l’entends qui me dit “nan mais c’est obscène, là. Comment tu peux être aussi bien ? Tu crois que t’as le droit d’avoir autant de chance que ça ? Et les autres ?”.

Sauf que ma vie n’est pas comme elle est par chance. Elle est comme elle est, parce qu’il y a des années, inconsciemment d’abord, puis c’est remonté à ma conscience, j’ai fait le choix de la vérité vis-à-vis de moi-même. Et je renouvelle ce choix tous les jours.

J’ai fait le choix de regarder qui je suis en face. J’ai fait le choix de regarder mes désirs, mes envies, mes projets, et de les prendre au sérieux.

J’ai fait le choix de regarder mes automatismes, mes mécanismes de sabotage et de fuite, c’est-à-dire tout ce que mon ego d’amour a mis en oeuvre pour me protéger d’être moi-même—ça aurait pu être dangereux.

C’est cette décision ferme et définitive, qui remonte à… je ne saurais pas dire quand, qui est à l’origine de ma vie de kiff.

C’est parce que cette décision était là que j’ai fait des choix, par la suite, qui m’ont permis de créer une vie qui me ressemble.

C’est parce que j’ai choisi la vérité que, chaque fois que j’en ai eu l’occasion ou presque, j’ai creusé les sujets difficiles, j’ai éclairé mon ombre, j’ai questionné mes certitudes, j’ai remis en cause ma vie, mes envies, mon couple, mon travail, mes motivations, mes valeurs… tout.

Ça pourrait paraître chiant et lourd, tout ça. Comme une vie de calvaire. Sauf que c’est par là qu’il faut passer pour se créer sa vie de rêve. Et que plus ça va, plus remettre les choses à plat est un processus simple, léger, joyeux. C’est un cercle vertueux. C’est pour ça que je sais que je ferai ça jusqu’à ma mort :)

Parce que c’est en te regardant bien en face que tu vas savoir qui tu es et ce que tu veux vraiment. C’est en te regardant bien en face que tu vas savoir à qui tu as affaire, et que cette personne, toi, tu sauras exactement comment l’aimer, en lui donnant ce qu’elle veut.

C’est comme ça que je me suis créé une vie que j’aime de dingue : j’ai pris le temps d’apprendre à me connaître jusque dans les moindre détails, j’ai pris le temps de remercier des parties de mon ego qui m’empêchaient de réaliser mes rêves, pour pouvoir me donner ce dont j’ai vraiment besoin et envie.

J’ai appris à m’aimer, en fait.

 

Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires : c’est quoi, LE truc que tu n’oses toujours pas aller regarder chez toi ?

Hop, c’est parti !

 

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


11 Comments

  • Avatar

    Amandine

    19.02.2019 at 09:48 Répondre

    Bonjour Flora et merci pour ce beau texte écrit avec beaucoup d’authenticité.
    Je KIF ton franc-parler !
    Je me reconnais pas mal dans tes propos car j’ai eu la chance il y a déjà quelques années de tomber en dépression. Si on sait « utiliser » cette maladie comme un avantage, on se rencontre, loin de toute obligation, loin de toute éducation, tel(lle) que l’on est.
    2018 a été une année redoutable : accidents, perte d’emploi, décès (6 en 9 mois), maladie, ….
    Je viens tout juste de comprendre que la VIE est précieuse et que le plus important dans sa vie, c’est SOI.
    Je dirais donc que malgré le chemin parcouru, LE truc que je n’ose pas encore à identifier, ce sont MES envies.

  • Avatar

    Drouhin

    19.02.2019 at 10:13 Répondre

    Je ne sais pas si je n’ose pas voir. J’ai 62 ans et bcp consulté je pense avoir réellement progressé même si effectivement les psychothérapies et psychanalyses sont loin de tout régler en tout cas elles m’ont permis de ma débarrasser d’un tas de fausses idées, de m’alleger…. Et pour continuer, il n’y a pas longtemps donc, lire vos écrits qui ont eu un effet cathartique même si tout n’est pas encore réglé. Je ne sais pas trop sur quoi je bute. Si sûr l’age Comme je l’ai mentionné. Sur être encore trop longue pour mettre de la distance par rapport à ce qui m’affecte. Et d’abord pourquoi cela m’affecte à ce point? Pourquoi suis je ainsi ébranlée, même si je le répète encore, c’est tellement mieux qu’avant.
    Une chose est sure j’ai fait le choix d’etre Heureuse, et je ferai tout pour essayer de le devenir. Mais effectivement je dois comprendre pourquoi bcp de choses me blessent très fort! Je pense que cela à avoir avec en partie avec mon égo que je ne sais pas gérer. Et aussi par rapport à mon histoire mais celle-ci je l’ai bien analysée donc je peux la gérer le plus souvent. Et si je n’y arrive pas je peux me dire attention Sophie n’oublie pas ton histoire! Avance !

  • Avatar

    Cunha-Nicolet Marcia

    19.02.2019 at 10:35 Répondre

    Coucou Flora, Merci pour cette article. Je me voie bien dedans, je comprends ce que tu dis et ce que tu vie. Parfois j’ai le même sentiment et la capacité de me dire: elle est super ta vie Márcia! Une parti importante des tes projets se sont réalisés, même s’ils ne sont pas bien vue ou valorisée au yeux du monde actuel. Tu as pris des bonnes décisions et tu a eu bcp de chance…une vie sans catastrophe major…et en plus tu as conscience et l’envie de continuer à évoluer, à grandir à te remettre en question…il faut juste continuer de marcher et vivre…Affronter tes peurs et s’amuser à apprendre jusqu’au bout. Les haut et bas sont présent… Je pense que je n’ai pas dompté suffisamment mon Ego. Serait il possible?! Être dans la continuité et dans la régularité d’un sentiment jouissif est compliqué pour moi. Comme si j’avais besoin d’être motivée par un coach dans mes pattes tout le temps alors que je suis, avec plaisir plutôt une Ligne avec besoin de solitude…J’ai des choses à régler pour ne pas me laisser faire par mon Ego et pouvoir avancer en étant constante dans ce kif à plein temps arrive ce qui arrive! Merci Flora pour tes partages que me font remuer davantage et pour la Méta. Tu est une grande Extra-Terrestre a ma vue Et c’est un complimentMárcia Cunha-Nicolet

  • Avatar

    Gerson Deborah

    19.02.2019 at 16:17 Répondre

    Bonjour Flora,
    Je découvre tes écrits chaque jour, ta méthode, ta joie et ton enthousiasme ! Que du bonheur !
    J’ai ce même enthousiasme, je trouve tellement merveilleux d’être créatrice de ma vie, on peut si on le décide tendre vers nos rêves, notre vie idéale, nous sommes acteurs !
    C’est une aventure chaque jour, pleine de surprises et de découvertes mais aussi pleine de défis, de hauts et de bas, de dépassement de soi, d’expériences pour mettre en pratique ce que l’on apprend sur nous même chaque jour.
    Merci pour toute l’aide qui m’est offerte sur le chemin de la connaissance de soi.
    Je dirais donc que ce que je n’ose toujours pas aller regarder chez moi c’est ma singularité..Le chemin de la découverte est passionnant !
    A bientôt sur le programme  » Reconnexion » !
    Deborah

    • Flora Douville

      Flora Douville

      22.02.2019 at 12:34 Répondre

      Merci ! À bientôt alors :)

  • Avatar

    Marieg

    20.02.2019 at 06:34 Répondre

    Merci beaucoup Flora pour ce texte inspirant.
    J’en ai retenu en premier lieu le mot CHOIX.
    Oui tout est question de choix et pour moi c’est primordial de s’en souvenir à chaque instant, à chaque decision, à chaque rencontre.
    Ce que je rencontre encore en moi et qui me barre le chemin de temps en temps ce sont mes colères….. Difficile à gérer devant les événements tant privés que societaux.
    Je regarde ça en moi et malgré le CHOIX de voir toutes les belles réalisations et possibilités infinies ces colères restent tapies tout au fond
    Encore un travail à mettre dans la lumière pour libérer ce bouillonnement et le transformer en joie de vivre.
    Le travail n’est jamais fini et c’est chouette comme idée !

    • Flora Douville

      Flora Douville

      22.02.2019 at 12:33 Répondre

      Merci pour ton témoignage !

      • Avatar

        Nada

        23.02.2019 at 09:00 Répondre

        Bonjour Flora

        Il y a longtemps que je te lis.
        J aime ta façon de t’exprimer, de voir la vie et d’être vraie.
        Je ne sais pas pourquoi je prends la plume ou mes pouces pour répondre. D’autant plus que je n’ai pas de réponse . Puisque si je sais ce que je n’ose pas voir en moi c’est que j’ai déjà osé le regarder… Je le connais donc ce truc qui me bloque pour l’avoir déjà vu, même à la dérobée. Donc je ne sais pas ce que je n’ose pas regarder.
        Je devine des fois ses contours car il est dans mon champs de vision. C’est peut être le fait de trop vouloir coller à l’image que ceux que j’aime ont de moi… vu que je n arrive pas à me cerner totalement sur toutes mes facettes et à connaître tout mon potentiel. Voilà.
        Merci de nous pousser à réfléchir sur ce sujet. Et bonne continuation.
        Nada

        • Flora Douville

          Flora Douville

          26.02.2019 at 17:15 Répondre

          L’ego est fort pour nous mettre dans la confusion et nous empêcher de voir des aspects de nous-même qui pourrait nous faire peur.
          Merci pour ton retour :)

  • Avatar

    Carinette

    24.02.2019 at 12:00 Répondre

    Bonjour ! Depuis mardi où j’ai reçu cette newsletter j’ai réalisé (on m’a aidée à réaliser aussi ;)) un truc donc je peux répondre à la question posée avec plus de recul.
    Le truc que je n’ose pas aller regarder à l’intérieur de moi, c’est moi ! Pourtant j’ai progressé un truc de dingue dans ma vie, et même si c’est génial, j’ose pas encore être moi à 100%. C’est con, j’ai mis de côté reconnexion mais c’est mon ego qui me protège car ça me pousse trop loin dans ma lumière. C’est difficile à expliquer, j’ai réalisé ça dans le cadre d’un accompagnement cette semaine. Même parler ainsi me donne l’impression d’être dans l’orgueil :(
    Pas facile d’être soi à fond de fond mais c’est l’essence de la Méta, je m’appuie dessus et je veux continuer dans cette direction ! A bientôt !

    • Flora Douville

      Flora Douville

      26.02.2019 at 17:12 Répondre

      L’égo est très fort pour nous faire sentir orgueilleuse ;) Ravie de lire que ma newsletter ait pu t’aider à prendre conscience de certaines choses !

Post a Reply to Gerson Deborah Cancel Reply