Flora Douville • L'anti conseil en image | La réalité est toute autre !
22868
post-template-default,single,single-post,postid-22868,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive
Citation Flora Douville

La réalité est toute autre !

Aujourd’hui je t’écris depuis Saint Louis, dans le Missouri.

J’ai traversé quelques états depuis la semaine dernière : Floride, Alabama, Mississipi, Louisiane et Tennessee. Je fais un road trip avec ma famille et je m’amuse bien.

Je remarque au passage que dire « je m’amuse bien » n’est pas une chose facile : j’ai peur qu’on me reproche de m’amuser alors que je devrais travailler. Intéressant !

Il y a quelques jours, en Louisiane, nous avons fait une balade en bateau dans les bayous et nous avons à nouveau croisé plusieurs alligators. Je trouve ces animaux fascinants.

Ce que je ne savais pas, c’est que les alligators ne sont pas agressifs. Ils passent la plupart de leur temps à roupiller au soleil ou dans les herbes, ou encore à nager tranquille. De temps en temps, ils s’activent et attrapent un oiseau ou un poisson qui passait. Voilà.

 

Quelle image as-tu de l’alligator ?
Qu’est-ce qu’il t’inspire ?

 

Je n’ai pas été très surprise d’apprendre à quoi ressemble sa journée-type. Mais je me suis rendu compte que j’avais pleins d’a priori sur cet animal.

Ces aprioris sont renforcés par les idées fausses qui se propagent souvent plus vite que les vraies, car elles alimentent les fantasmes. Le capitaine de notre bateau par exemple, il attirait les alligators avec de la nourriture au bout d’un bâton et le mettait en l’air, pour qu’ils sortent de l’eau et ouvrent la gueule devant nous. Il créait du spectacle. Les alligators tous seuls n’auraient jamais fait ça. Ils ne seraient pas venus vers nous spontanément non plus.

Bon, je ne dis pas ça pour me plaindre : j’aurais pas pu écrire cette newsletter, sans lui !

J’avais des a priori sur cet animal, comme sur bien d’autres choses.

Et en particulier, sur des endroits, des situations et des gens.

Il y a un certain nombre de choses qui me font peur ou me mettent mal à l’aise dans la vie. Si je prends le temps d’y penser, je remarque que ce sont toujours les idées que je me fais sur ces choses qui créent la peur. Pas les choses en elles-mêmes.

L’idée que je me fais de l’alligator crée de la peur. L’alligator, lui, n’en a rien à foutre de moi. Il vit sa vie à l’autre bout du bayou.

L’idée que je me fais d’une messe dans une église baptiste à Memphis crée la peur de déranger ou de me faire remarquer au milieu d’une population quasi uniquement afro-américaine. En réalité, j’ai été chaleureusement accueillie et très touchée par tous les regards aimants que j’y ai croisés.

Pendant des années, j’ai cru que mon père ne m’aimait pas. Jusqu’à ce que je le lui dise et qu’il me réponde qu’il m’a toujours aimée. 

Chaque jour je découvre qu’en fait, je ne sais pasje passe d’ailleurs mon temps à répondre « je ne sais pas » à mes filles !

 

Plus j’adopte cette posture de « je ne sais pas », mieux je me porte.

 

Quand je pars du principe que je ne sais pas, j’ai tout l’espace nécessaire pour aller à la découverte de ce que je ne sais pas. Je peux questionner, observer, investiguer. Je suis libre. Je suis vierge de tout conditionnement, toute croyance.

Parfois, je crois que je sais. Parfois même, je sais que je ne sais pas mais je me dis quand même que je sais — ou j’essaie de convaincre les autres. Ça arrive. Quand je me prends la main dans le sac, je me secoue — comme on secoue un écran magique — pour revenir à l’état de vide, prêt à recevoir de nouvelles informations (ou pas).

Ça s’appelle nettoyer son filtre de perceptions.

 

Qu’est-ce que tu crois savoir ?
Qu’est-ce qu’en réalité, tu ne sais pas ?

 

Ne pas savoir n’est pas un problème. Sauf si tu décides que c’en est un.

PS : quelques alligators pour la route !

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi : 


Enregistrer

Enregistrer

No Comments

Post a Comment