Flora Douville | La mode se fout de vous !
22496
post-template-default,single,single-post,postid-22496,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

La mode se fout de vous !

Avant de commencer, je vous envoie tout de suite écouter ça. Parce que depuis que je pense au sujet de cette missive matinale, j’ai cette chanson dans la tête ! Sors de là ! Haha. Bon, elle met en forme, non ? Moi je me dandine sur ma chaise en l’écoutant.

Mais passons au sujet du jour : la mode. La mode ne vous dit pas qu’elle est folle de vous, mais qu’elle se fout de vous. Nuance !

Je voulais éclairer cette relation que nous avons avec ce truc étrange et tentaculaire. Parce que nous sommes toutes en contact avec elle, d’une manière ou d’une autre.

D’abord, la mode

La mode, c’est quoi ? C’est une entité gigantesque qui produit des vêtements et des accessoires de tous types, pour nous permettre de nous habiller (ou de nous déguiser, au choix). De quoi se nourrit cette entité ? Qu’est-ce qui lui permet de vivre ? Notre argent, autrement dit notre énergie. Si personne n’achète, elle meurt. Et elle le sait. Alors elle se débrouille pour que nous ayons la sensation d’avoir besoin d’elle.

Pour ça, créer des tendances qui changent à chaque saison, c’est idéal ! Une tendance, c’est quoi ? C’est une nouvelle direction que l’on prend (par exemple : une nouvelle façon d’agencer 2 vêtements, une nouvelle combinaison de couleurs, une nouvelle forme, une nouvelle façon d’utiliser une matière…). Il existe des bureaux de tendances qui créent « pour nous » les directions à suivre des prochaines années.

Relisez la phrase précedente. On dirait qu’elle sort de 1984 de George Orwell.

La mode nous communique donc ses nouvelles tendances très régulièrement, pour que nous ayons la sensation de ne plus être dans le coup rapidement, et nous pousser à acheter des vêtements tendances régulièrement. Elle produit aussi des vêtements de mauvaise qualité, qui nous obligent vraiment à en racheter plus souvent.

Le résultat : nous achetons plein de vêtements très différents, qui sont donc porteurs d’énergies très différentes. Quand on change de style ou de tendance à chaque saison, on change donc d’énergie à chaque saison. Et si par chance on était tombée sur la bonne énergie, à un moment, ça ne dure jamais longtemps.

Les pantalons droits sont remplacés par les slims, le violet aubergine est remplacé par du bleu électrique, les t-shirts près du corps en cotons sont remplacés par des hauts larges en polyester.

Ensuite, nous

À côté de la mode, il y a nous. Nous, c’est quoi, qui nous nourrit ? De l’énergie. Notre personnalité profonde est stable, et nous avons besoin d’une énergie également stable : des vêtements qui nous ressemblent et qui nous portent, jour après jour. C’est très simple.

Est-ce que la mode nous fournit de l’énergie ? Non, elle nous en prend, beaucoup même. De l’argent, déjà, que nous acceptons de lui donner. Et puis ces changements permanents de tendances, qui je vous le rappelle sont des directions, nous font tourner comme une girouette. Une girouette n’avance pas, pour information ! Les tendances créent une confusion intérieure qui ne peut que grandir, si on ne fait rien.

Alors on fait quoi ?

Pour ne pas se faire vider de son énergie par la mode, il faut 2 choses :

  1. Stopper de l’alimenter en achetant tout ce qui sort.
  2. Savoir précisément de quelle énergie nous avons besoin pour avancer (imaginez une station service avec des centaines de carburants énergétiques différents, joyeux, fleuris, fruités, colorés et texturés !), et ainsi ne prendre QUE ce qui est nécessaire.

Et là, ça change tout : c’est nous qui mettons la mode à notre service. C’est la mode qui, tout à coup, nous nourrit, nous fournit de l’énergie.

Et c’est bien comme ça que ça doit marcher : les choses que nous créons (la mode en fait partie) sont là pour nous servir,

ce n’est pas à nous d’être à leur service !

Découvrir mon profil vestimentaire et identitaire est ce qui m’a permis de sortir de ce schéma répétitif –et gluant, il faut bien le dire– des tendances.

Ça vous a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscrivez-vous


Aucun commentaires

Laisser un commentaire