Flora Douville • L'anti conseil en image | La Méta®, c’est TOUT sauf du bien-être
26217
post-template-default,single,single-post,postid-26217,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

La Méta®, c’est TOUT sauf du bien-être

J’aime bien définir quelque chose en disant ce que c’est, mais j’aime aussi le faire en parlant de ce que ce n’est pas.

Aujourd’hui, ce que n’est pas la Méta® : du bien-être.

Il y a quelques mois, une amie de mon père m’a abordée en me proposant de sponsoriser un événement féminin auquel elle participe chaque année. Je tue le suspense tout de suite, je le ferai jamais—mais c’est pas le sujet.

Le sujet, c’est qu’elle est venue vers moi en me disant “toi qui es dans le bien-être, …”

Les points de suspension, c’est pour indiquer que la phrase se poursuit mais aussi que je ne sais pas comment elle se poursuit parce que je me suis arrêtée à “bien-être”.

J’ai senti que la case dans laquelle elle me mettait n’était pas la bonne, pas la mienne, mais je ne suis pas allée plus loin. C’est seulement il y a quelques jours que j’y ai repensé : “mais la Méta®, c’est TOUT sauf du bien-être !”.

Alors—entendons-nous sur ce que c’est que le bien-être avant de se foutre sur la gueule.

Déjà, la définition que j’ai du bien-être, c’est la mienne. Elle n’est pas spécialement objective ni universelle—ça va être dur d’en trouver une, d’ailleurs, tellement cette notion est floue, y a qu’à regarder sur Wikipedia.

Pour moi, le bien-être c’est les vitrines des instituts de beauté qui parlent de cocooning, les massages non thérapeutiques qui nous “enveloppent d’une bulle de détente” (WTF), les méthodes de relaxation douce, les techniques de mouvements de détente et d’étirement, etc.

Le bien-être, ça se passe dans des endroits calmes qui ressemblent à des nuages, où des femmes avec des voix douces nous disent gentiment de passer sur le ventre et où si on a un peu froid il faut pas hésiter à le dire pour qu’elle monte le chauffage. Ça se passe sur des tatamis à écouter sa respiration. Ça se passe dehors dans des jardins calmes, sur des coussins oranges et roses ou dans des salles avec des tableaux Leroy Merlin de galets empilés.

Quand je pense “bien-être”, je me fais déjà chier. C’est chiant, “bien-être”. C’est comme un truc qui a décidé de rester là et de pas avancer. C’est “bien”, donc ça suffit. On est bien, là. On va rester assis en tailleur et trouver qu’on est bien. Et puis si ça va pas on va simplement souffler, écouter notre respiration et ça ira bien. Et si on a des tensions on va masser tout ça pour que ça se détende. C’est archi mou du genou, le bien-être.

Attention, je dis pas que toutes les méthodes/techniques qu’on range dans le bien-être sont pas utiles ou efficaces. Merci de ne pas me faire dire ce que je n’ai pas dit.

Je dis que le bien-être est une notion pourrie.

Tu vois pas bien l’intérêt d’avoir écrit tout ça pour en arriver là ? Bah le problème avec une notion pourrie, c’est quand on l’utilise sans faire attention. Sans savoir pourquoi, sans savoir ce que ça cache, sans voir comment ça colore ce qu’on en fait.

Parler de bien-être vient tout de suite coller un goût de “confortable”, “agréable” ou “doux”. Y a une énergie de négation de puissance et d’intensité derrière cette notion—attention, je n’ai aucune preuve de ce que j’avance, c’est une analyse de mon ressenti, je précise. C’est “emballons-nous dans une couette pendant une heure ou cinq ans et prions pour que tous nos problèmes disparaissent”.

Si je dis que la Méta® est une méthode de bien-être, ça va juste pas marcher parce que quand on rentre dans cet univers, l’exploration ne démarre jamais par du confort. JAMAIS.

On entre dans l’univers de la Méta® pour découvrir son univers à soi, en fait. C’est comme de mettre ses chaussures de rando et son sac sur le dos et de partir en exploration de soi-même. Quand je dis que ce n’est jamais confortable, ça ne veut pas dire que le début ne peut pas être joyeux, excitant, léger, ou quoi que ce soit de très goûtu. Ça veut dire que ce n’est pas confortable. La joie, l’excitation, la légèreté, y a de l’intensité là-dedans. Il y a une forme de tension, d’attention particulière. C’est l’opposé du confort et du relâchement qu’on attribue au bien-être.

Faire l’expérience de la Méta®, quel que soit le moyen, absolument tout le monde pourra te le dire, c’est comme faire un voyage. Il y a des moments de curiosité et de découverte, des moments de réflexion, de tension, d’incompréhension parfois, des moments de relâchement, de découragement parfois, des moments d’acceptation, de tranquillité, de calme intérieur, de joie, de légèreté, d’exploration, de doute, d’émotion, de joie, de gratitude, de sensation de s’être trouvé·e, de se perdre… tout ça dans un désordre spécifique à chacun.

Faire l’expérience de la Méta®, c’est suivre le lapin blanc dans le terrier—comme Alice—et partir à la découverte de son monde intérieur et des énergies qui l’habitent. C’est fou, surprenant, confrontant, intense, doux, beau et extrêmement joyeux quand on accepte la réalité de ce qu’on trouve—nier la réalité, par contre, c’est douloureux.

Le résultat, lui, oui, c’est du confort, de l’agréable, du doux, mais aussi de la puissance, de la liberté, de la joie, de l’intensité, de l’ouverture, de l’excitation, de l’énergie retrouvée…

Mais ça ne se fait pas en trois petits coups de tissus passés sous le visage, “oh, c’est doux… c’est neuf ? Non, lavé avec Mirlaine” hop, là ! Je connais mon profil et je me sens bien.

Parler de bien-être, pour la Méta® et en général, ça pose d’entrée de jeu une énergie basse, quelque chose de petit, étriqué, un petit nuage qui va temporairement voiler les raisons pour lesquelles on cherche du bien-être, et entretenir les raisons pour lesquelles on va pas se sentir bien avant longtemps.

La Méta®, c’est un vrai plongeon en soi. C’est impliquant. C’est engageant. C’est de toi dont il s’agit : ta beauté, tes talents, ta force, ta vitalité, ta putain de vie. C’est parce que tu auras sauté dans l’aventure à fond que tu en ressortiras avec des trésors et des secrets sur toi-même que tu n’aurais jamais imaginés.

On est à des kilomètres du bien-être.

La Méta®, c’est un outil de transformation profonde qui te donne accès à ta magie intérieure, à ta puissance et à tes talents innés. C’est carrément plus excitant, nan ? !

Bon, c’est moi qui le dis, tout ça, et c’est moi qui l’ai créée, cette méthode ; tu es en droit de douter de ce que je raconte. Regarde donc ce qu’en dit Linda, une participante de notre Stage Méta®, cet été :

“Personnellement ce qui m’a surprise, c’est de mieux me percevoir, de réaliser que tous les éléments sont là, mais pas à l’endroit que je croyais. Ca m’a fait du bien, je me sens arrivée à la maison, je peux accepter toutes les parties de moi, pour apprendre à les rayonner.”

Linda, participante au Stage Méta®

Si t’en as marre de piétiner dans le bien-être et que tu veux faire un vrai pas en avant, le Stage Méta® peut t’intéresser : 5 jours d’exploration de ton profil Méta® (les énergies qui te constituent fondamentalement) avec moi et 4 Méta® Coachs de mon équipe, 20 participants pas plus, dans un lieu privilégié. Clique ici pour voir les détails.

Découvre TA nature magique en direct avec moi.

Bon week-end à toi,

 

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment