Flora Douville • L'anti conseil en image | Je sais ce que ça fait d’être Automne, puisque je l’ai ÉTÉ
25557
post-template-default,single,single-post,postid-25557,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

Je sais ce que ça fait d’être Automne, puisque je l’ai ÉTÉ

Es-tu au courant que tu rayonnes ? Que tu diffuses de la lumière ? Et ça que tu le veuilles ou non, c’est comme ça.

Que tu kiffes ta vie ou que tu sois au fond du trou, que tu aies trouvé le prochain projet excitant sur lequel tu veux bosser ou que tu ne saches pas vraiment par quel bout prendre ta vie, ça change rien : tu rayonnes une douce et subtile lumière.

Cette lumière n’est pas la même pour tout le monde : nous sommes polarisés, sur ce sujet, et nous diffusons chacun une lumière qui porte les caractéristiques d’une saison—d’un moment de l’année, avec ses qualités et ses spécificités lumineuses : la lumière n’est pas la même au printemps qu’en hiver.

Cette lumière que tu diffuses, tu peux la sentir, tu peux la voir. Tu peux la vivre, tu peux en goûter la qualité à l’intérieur de toi. Ça demande un peu ou beaucoup d’entraînement, c’est selon. Mais cette vibration que tu dégages, elle a une qualité bien particulière et je peux t’en parler parce que j’ai fait l’expérience de plusieurs Rayonnements !

Je ne me suis pas désincarnée pour incorporer une autre personne, non, mais c’est presque tout comme.

Je suis moi-même Été, j’ai donc goûté à cette énergie pendant un bon moment de ma vie. Puis une nuit, il y a plusieurs années, j’ai rêvé que j’étais Automne. J’en ai rêvé, et j’ai goûté aux sensations nouvelles qui venaient avec.

Dans mon rêve j’étais dans ma chambre d’ado, j’étais en train de finir de faire des cartons de vêtements Automne pour les donner. Il y avait des vêtements bleu canard, brun, kaki, ocre, orange profond… des couleurs profondes, riches, généreuses, que je trouvais belles mais qui ne m’allaient pas.

Et puis en passant devant le grand miroir de mon armoire, je suis interpellée par ce que je vois, par mon visage. Je m’approche pour me regarder attentivement, et là je réalise que les petite taches brun rosé sur mes joues sont un peu plus foncées et dorées que ce que je pensais. Ma peau est plus jaune que dans mon souvenir. Mes yeux expriment  une profondeur que je ne leur connaissais pas. Il y a comme des pépites dorées dedans. Le cuivré de mes cheveux est plus présent et s’harmonise bien avec tout ça. Je sens dans mon corps quelque chose de plus dense et de plus chaud que ce que j’avais expérimenté jusqu’à maintenant. L’énergie qui me traverse subtilement est plus épaisse, plus riche, plus solide. C’est très étrange de sentir le même corps traversé par une énergie différente.

Mais c’est très net : on s’est trompé, je suis Automne.

Je commence à sortir les vêtements des cartons et à enfiler les bleus canard, les bruns, les kakis et les oranges mis de côté. Je jubile de me connecter à une partie de moi qui était passée inaperçue jusqu’à présent.

J’ai les oreilles qui rougissent et j’ai honte, je me dis que je suis pas crédible, de me rendre compte seulement maintenant de mon erreur, moi qui enseigne ma méthode à tellement de gens déjà… puis je me dis “bon, c’est comme ça, je vais le dire simplement et on verra ce qui se passe”.

Cette nuit-là, j’ai senti dans mon corps ce que ça fait d’être Automne.

C’est la seule fois de ma vie où j’ai pu jubiler de porter du kaki. Parce que plus tôt dans ma vie, je peux te dire que je les ai essayées, les couleurs de l’Automne. J’en ai porté à la pelle.

Je me souviens d’un t-shirt vert bronze que je trouvais beau (il était surtout confortable parce que dans la bonne matière) et qui allait très bien avec une barrette à cheveux ocre, kaki et brique. Le tout allait très bien avec le bout de mes cheveux éclaircis au soleil, cuivré.

En gros, je me trouvais belle de dos, dans un périmètre de 20 cm autour de ma queue de cheval.

C’est assez maigre, nan ?

Parce que si je prends en considération le reste de mon corps, je me sentais lourde, blafarde et inintéressante.

À l’époque, je n’avais pas conscience de ce ressenti qui m’indiquait très simplement : “fous-moi ce kaki à la poubelle, pitié !”. Je n’avais pas les clés que j’ai aujourd’hui.

Il m’a fallu du temps d’abord pour découvrir l’existence du lien entre mon apparence physique et ma personnalité, et voir que mes vêtements avaient le pouvoir de rendre ce lien visible et lisible, de me soutenir dans ce que je suis et mettre ma beauté en valeur, ou de l’écraser comme un sale type écraserait un insecte avec sa botte à éperons, dans un western.

La bonne nouvelle pour toi, c’est que j’ai mis en place un tas de choses pour que tu puisses explorer ta beauté en profondeur, simplement et rapidement.
.
Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires : qu’est-ce qui changerait dans ta vie, concrètement, si tu pouvais voir et sentir ta beauté ?

Go !

Bon week-end à toi,

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :

No Comments

Post a Comment