Flora Douville | J’arrête le coaching, l’accompagnement et la formation.
25280
post-template-default,single,single-post,postid-25280,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

J’arrête le coaching, l’accompagnement et la formation.

Cette année, j’ai pas envie de dire bonne année.

Écoute plutôt ça.

J’ai pas envie de souhaiter ché-pa-quoi à ché-pa-qui. D’ailleurs, à peu près partout où je suis passée depuis le 1er janvier, j’ai quasiment oublié de le dire.

Cette année, j’ai envie de plonger direct dans le travail. J’ai envie d’aller à l’essentiel et de me concentrer sur mes objectifs. De me concentrer sur moi et la vie que je veux. Mais mon travail cette année ne sera pas le même que les années précédentes. C’est pour ça que je suis grave excitée pour y aller !

Mon travail cette année, c’est un travail de direction : je veux prendre un gros virage et je dois m’assurer que d’abord, je prends bien le virage et que je ne suis pas en train de continuer tout droit l’air de rien, et ensuite, de ne pas me vautrer dans le virage.

C’est quoi, ce virage ?

Il y a 4 ans, j’avais écrit un article pour parler de mes grands projets.

C’est toujours d’actualité. Je suis une artiste avant tout. Et cette année, c’est l’année où j’affirme ça simplement mais clairement. Ça veut dire que je vais passer le relais à ma Team sur pas mal de sujets.

Ça fait quelques mois maintenant que je retrouve mon identité d’artiste et que je dis, ici ou là, que je ne veux plus coacher, que je ne veux plus accompagner.

Ça soulève des questions, des interrogations, des inquiétudes parfois : “mais tu vas continuer à donner des formations ?” “mais si tu pars en Floride, on entendra encore parler de toi, quand même ?”

Ce que je sens à l’intérieur et qui a envie de s’affirmer, c’est un peu plus fort chaque jour. C’est beaucoup plus fort dans les moments où je suis encore en posture d’accompagnement—parce que je vais au bout de mes engagements passés.

Pendant longtemps je me suis donné un rôle, une mission. Ou plutôt, j’ai cru qu’on me l’avait assignée et que je n’avais pas d’autre choix que de dire “oui”. Oui à qui ? Oui à dieu, probablement. Oui à je ne sais quelle autorité que j’ai acceptée et que je me suis donnée comme référence.

Je me suis créé une morale selon laquelle j’ai des choses à faire et selon laquelle certains choix sont exclus, interdits. Ils ne collent pas avec la volonté de dieu, la volonté divine.

Parce qu’on m’a donné une mission, tu comprends, c’est de la plus haute importance ! Je me DOIS de faire les choses parfaitement ! Je me DOIS d’être à la hauteur de Dieu ! Ce que je ne serai jamais, donc je suis condamnée à en chier toute ma vie, mais c’est pas grave, il faut le faire ! Pas le choix !

Et puis la Méta, c’est moi qui l’ai créée, je suis obligée d’être là. C’est à moi d’être au premier rang. C’est à moi de dire, d’expliquer, de former, d’enseigner, de parler. C’est à moi de tout faire, je suis la seule à pouvoir le faire.

 

Foutaises.

 

Genre, [prends une voix bien pleine d’emphase mégalo-spirituelle] je suis un canal par lequel l’intelligence divine de l’univers a choisi de s’exprimer parce qu’il a trouvé ce canal particulièrement pur. Genre.

Je fais ce que je veux.
Tu fais ce que tu veux.
Nous faisons ce que nous voulons.
Vous faites ce que vous voulez.

Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait par choix, que j’en sois consciente ou non.

Alors cette année, c’est l’année où je passe le relais. C’est l’année où je laisse une place que j’ai bien réchauffée à ma Team, pour pouvoir me consacrer à ce que j’ai le plus de plaisir à faire : créer.

Cette année, je prends le virage. J’accepte que ça puisse être le bordel pendant ce changement de direction, j’accepte de ne pas savoir à l’avance comment ça va se passer.

J’accepte de (potentiellement) décevoir les autres pour honorer mes vrais désirs.

Par contre, comme je suis très au clair sur ce vers quoi je veux aller, je me suis entourée de 2 putains de coachs extrêmement complémentaires, pour m’assurer d’arriver là où je veux aller. C’est l’engagement que j’ai pris envers moi-même.

Cette année chez Flora Douville va être plus vivante que jamais. Parce que cette année, Flora Douville sera plus vivante que jamais.

Merci à toi d’être là—et en route pour l’aventure :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


Aucun commentaires

Laisser un commentaire