Flora Douville | Hier soir, j’ai pleuré
22514
post-template-default,single,single-post,postid-22514,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Hier soir, j’ai pleuré

Hier soir je suis allée écouter Agnes Obel, une artiste que j’aime beaucoup beaucoup beaucoup.

Il y a des artistes que je vais écouter en connaissant toutes leurs chansons, les paroles, les titres, les albums… Ce n’est pas son cas.

Elle, je ne connais presque aucun des titres de ses chansons, je ne comprends pas non plus ce qu’elle dit quand elle parle. Je vais la voir uniquement pour plonger dans son univers et me laisser porter.

Sa musique me touche profondément, c’est comme si elle m’emmenait loin en moi. C’est magique. Et ça me fait pleurer.

Ce que je ressens quand je suis au contact – plus ou moins direct, je vous l’accorde – de personnes comme elle, c’est l’envie d’aller encore plus loin dans ma vie. De mettre encore plus d’énergie dans ce qui me tient à cœur. Et de dire non à tout ce qui ne me convient pas, encore plus fort aussi.

 

Les personnes qui ont trouvé leur voie nous aident à trouver la nôtre.

 

Les personnes qui incarnent pleinement leurs talents sont des modèles à suivre. Pas pour copier ce qu’ils font, non.

Mais parce qu’à leur contact, on ressent ce que ça fait d’être « à sa place ». On perçoit une vibration profonde de justesse. On y goûte – et c’est bon.

Ton environnement joue un rôle énorme sur ce que tu es et ce que tu deviens. Les personnes que tu choisis d’aller voir, d’écouter ou de regarder marquent une empreinte sur toi. Même si elle est invisible.

Qui laisses-tu entrer chez toi ?

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi


Enregistrer

Enregistrer

Aucun commentaires

Laisser un commentaire