Flora Douville | Est-ce que tu négocies avec ton engagement ?
25822
post-template-default,single,single-post,postid-25822,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Est-ce que tu négocies avec ton engagement ?

Toute la semaine dernière j’étais en Formation Pro Méta®.

La Formation Pro, c’est un espace d’exploration de soi-même, d’expérimentation et d’intégration de la Méta®. Et la Méta®, si y a une chose qu’on peut en retenir, c’est que c’est exigeant : c’est un outil qui fait appel aux perceptions subtiles, par conséquent c’est pas un truc qu’on fait par-dessus la jambe—en tous cas pas si on souhaite être pro et se faire payer.

Ça demande de l’entraînement—beaucoup, beaucoup d’entraînement ! Et pas seulement de l’entraînement à définir des profils. Ça demande de s’entraîner à :

• observer

• s’observer en train d’observer (pour repérer ce qui, dans son système d’intuition personnel, fonctionne et ce qui peut être amélioré)

• structurer ses perceptions

• livrer ses perceptions

• faire un feedback

• se tromper

• etc.

Pendant la semaine, j’ai vu que mes élèves mettaient du temps à lever la main et à se proposer pour livrer leurs perceptions, après une analyse de profil.

“Qui veut nous dire ce qu’elle perçoit de Ligne, chez X ?”

“…”

Alors j’ai reparlé de cette notion d’entraînement.

Si tu veux grandir et acquérir des compétences, il faut t’entraîner. Il faut te muscler. Ça vient pas du jour au lendemain. Ça vient jamais du jour au lendemain.

Si tu veux que ta vie change, si tu veux obtenir des résultats que tu n’as jamais obtenus jusqu’à présent, il faut faire des choses que tu n’as jamais faites. Il faut changer quelque chose, même quelque chose de tout petit.

En l’occurrence, dans la formation que je donne, il s’agissait pour mes élèves de se lancer : lever la main, prendre la parole et livrer toutes ses perceptions avec exigence, précision et finesse. Même si elles n’ont pas l’habitude de le faire. Même si elles ont peur d’être à côté de la plaque. Parce que pour s’entraîner, il faut commencer.

Et le meilleur moment pour commencer, c’est quand ? Maintenant.

Non, le meilleur moment pour commencer n’est pas y a 20 ans, comme le dit un proverbe chinois. Y a 20 ans t’étais pas là, t’étais pas prête, tu savais pas. Et y a 20 ans, c’est le passé. T’as zéro moyen d’action sur le passé. À part te faire perdre ton énergie en lourdeur, en jugement sur toi-même et en apitoiement, te dire que tu t’y mets tardivement n’a aucun intérêt. Absolument aucun.

C’est maintenant, qu’il faut commencer. Attention, pas dans 5 minutes ou pas demain, non : maintenant.

Attendre tout-à-l’heure quand tu seras plus en forme, ou la semaine prochaine quand tu auras relu tes notes, ou dans quelques mois quand tu te sentiras enfin prête, c’est des conneries.

On est JAMAIS prêt. Il n’y a JAMAIS un moment, où à force d’avoir attendu et rien fait, on se sent prêt. Ça existe pas.

C’est en essayant et en se vautrant plus ou moins, puis en recommençant, et en continuant de s’entraîner qu’on acquiert des compétences, qu’on s’améliore, qu’on change son quotidien.

Que tu veuilles :

• devenir une meilleure professionnelle

• changer ta relation avec l’un de tes enfants

• t’affirmer au travail

• mettre plus d’ordre dans ta maison

• devenir attentive à tes dépenses / tes finances

• faire évoluer ta relation avec ton conjoint

• …

Ça va te demander de faire bouger quelque chose dans le présent, instant après instant. Ça va demander d’installer un nouveau comportement, une nouvelle attitude intérieure, et de le répéter dans le temps. Mais c’est pas dans une semaine que ça commence. C’est maintenant.

Te dire que tu mettras ça en place plus tard, quand X ou Y sera différent, c’est te mentir à toi-même. C’est continuer d’adhérer à un fonctionnement dont tu as dit que tu ne voulais plus. C’est continuer de faire la place à quelque chose que tu as dit que tu voulais virer. C’est laisser de la place à l’intérieur de toi pour la négociation et le bricolage. C’est te faire croire que tu es vraiment engagée dans la transformation MAIS qu’elle peut attendre. WTF ?

Oui, parce que si tu veux faire bouger quelque chose, il faut que tu saches que tu dois être totalement engagée pour que ça marche. Donc que tu sois ok pour y aller maintenant, dans l’état où tu te trouves : imparfait, pas préparée, vulnérable, pas sûre de toi… on s’en fout. C’est comme ça que se fait la transformation. C’est comme ça que ça démarre.

Si tu es engagée dans ta transformation sur un truc en particulier, c’est pas sous condition (sinon c’est pas un engagement !). C’est pas “plus tard, quand les dieux me seront favorables ou que j’aurai moins chaud” que ça va se faire. C’est maintenant. De toutes façons, “plus tard” c’est comme le passé : ça n’existe pas. Y a que “maintenant” qui existe.

Pour mes élèves, se dire qu’elles vont attendre un peu avant de prendre la parole, se dire qu’elles lèveront la main la prochaine fois ou à la prochaine session, c’est une façon de maintenir le système de “je ne veux rien changer”.

“Je ne veux pas changer, je ne veux pas grandir, je ne veux pas m’entraîner. Je ne veux pas risquer de me tromper, je veux encore moins risquer de devenir quelqu’un de compétent qui va devoir assumer ses talents ! Ouh la la, surtout pas ! Restons médiocre et planquons-nous dans la masse, plutôt. Je me suis engagée pour devenir une vraie pro, mais… plus tard.”

C’est pareil pour toi. Si tu sais ce que tu dois changer dans ton attitude pour transformer ta vie, c’est maintenant.

Si c’est pas maintenant, c’est jamais—jusqu’à ce que tu décides que c’est maintenant, et cette décision tu peux la prendre à chaque instant.

Et dans tous les cas c’est ok, c’est bien de prioriser les domaines dans lesquels tu veux changer : on peut pas tout changer en même temps. Par contre ce qui va faire la différence pour toi, c’est d’être au clair sur ce que tu veux VRAIMENT faire bouger et que tu mets en place maintenant, et ce qui est de l’ordre du NON.

Je te le redis : c’est maintenant, ou c’est jamais. Et tu peux revoir ta décision à chaque instant.

Ne perds pas ton temps et ton énergie à essayer de planifier ton évolution dans ta vie.

.
Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires : quel est le petit changement que tu SAIS que tu dois faire dans ta vie et qui ferait une grosse différence, mais que tu repousses ?

Go !

Bonne journée :)

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


6 Commentaires

  • Avatar

    Muriel Lecesne

    09.07.2019 at 11:14 Répondre

    Le pouvoir de l’engagement
    « Jusqu’au moment où l’on s’engage, il n’y a qu’hésitation, occasion de revenir en arrière et inefficacité. Concernant tous les actes exigeant initiative et création, il y a une vérité élémentaire dont la méconnaissance a fait avorter des idées innombrables et des projets fabuleux : c’est qu’à l’instant où l’on s’engage pour de bon, la Providence se met en marche à son tour. Toutes sortes de circonstances favorables se produisent qui, autrement, ne se seraient pas manifestées.
    La décision engendre un courant d’événements qui suscite sur son passage une variété d’incidents imprévus et bénéfiques de rencontres et de soutiens matériels dont personne n’aurait osé rêver.
    J’ai appris avec un profond respect de cette phrase de Goethe :
    « Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêvez de faire, faites-la. L’audace a du génie, de la puissance et de la magie. »

    Murray / Goethe

    Chère Flora,
    Merci pour ton article, tellement vrai même si parfois si difficile à mettre en œuvre !
    J’ai affiché sur mon bureau « le pouvoir de l’engagement » car je sais que c’est ce qui me fait défaut mais j’avance petit à petit et ton article rejoint ce pouvoir de l’engagement. Ca fait du bien de se le rappeler et surtout se mettre en marche !
    Bonne journée !
    Muriel

    • Flora Douville

      Flora Douville

      15.07.2019 at 15:46 Répondre

  • Avatar

    Marielle

    09.07.2019 at 13:07 Répondre

    Mon changement à opérer est : m’accorder la qualité d’attention que j’ accorde si aisément à autrui. Tout un programme ! Dont la Meta fait partie hihi

    • Flora Douville

      Flora Douville

      15.07.2019 at 12:44 Répondre

      Chouette :)

  • Avatar

    Kinésiologie Marie-Aimée Quadrio

    10.07.2019 at 22:40 Répondre

    Pleurer t a mené quelque part depuis 20 ans? Non, alors change !
    Voilà ce que disait Raja Selvam la semaine dernière lors d’un cours dembodiment des émotions. Mais il y a des défenses qui se mettent en place pour empêcher de changer. Elles sont parfois si fortes que la volonté ne suffit pas pour les surmonter. Mon engagement : lever ces foutues défenses, même si sur le moment ça fait hyper peur!

    • Flora Douville

      Flora Douville

      15.07.2019 at 12:44 Répondre

      Oui, il y a des schémas inconscients qui nous bloquent pour avancer. Le but n’est pas de tout démonté d’un coup (ce serait un mouvement de l’ego) mais avoir la volonté de se donner les moyens de les dépasser (coaching, thérapie, etc…).

Laisser un commentaire