Flora Douville • L'anti conseil en image | 3 étapes pour découvrir si c’est ton ego qui choisit tes fringues, ou toi.
24384
post-template-default,single,single-post,postid-24384,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

3 étapes pour découvrir si c’est ton ego qui choisit tes fringues, ou toi.

La semaine dernière, je te parlais de cette idée ridicule selon laquelle les apparences, c’est superficiel. C’est une idée qui est présente implicitement dans le monde du développement personnel, de la méditation, du chamanisme, tout ça — et ailleurs, évidemment !

Sauf qu’en fait, c’est une grosse blague, parce que tout le monde y fait bien attention, à son apparence et à ses fringues ! Même (et surtout) ceux qui font bien attention à avoir l’air de quelqu’un qui fait pas attention — haha.

Voilà, donc on dit que l’apparence ne compte pas, mais en fait on se juge les uns et les autres sur les apparences, sans rien dire.

Si tu t’occupes beaucoup de ton apparence, on va juger que tu es superficielle. Si tu t’occupes pas du tout de ton look, on va juger soit que tu ne te donnes pas assez d’amour, soit que tu es très spirituelle. C’est pas du jugement, ça ? Alors quoi, je croyais que les apparences comptaient pas ?

On va aussi te dire que faire attention aux apparences, c’est un mécanisme de l’ego qui veut être vu.

Moi je vais te dire ce qu’il en est : l’ego il a envie de diriger, surtout. Donc si tu ne t’occupes pas de tes fringues “parce que sinon c’est l’ego qui fait sa loi”, ben désolée de te le dire, mais c’est ton ego qui fait sa loi !

 

 Ne pas faire quelque chose par peur que ce soit ton ego qui dirige si tu le fais, c’est aussi une manière, pour ton ego, de diriger.

 

J’ai rencontré plein de gens qui donnent l’impression de ne pas s’intéresser à ce qu’ils portent, de ne pas faire attention à ce de quoi ils ont l’air. Ou juste, de faire le minimum. Mais c’est choisi. C’est volontaire. Y a pas de problème avec ça, c’est juste qu’il faut être conscient de CE QUI DÉCIDE de ça. En l’occurrence, l’ego.

Tu peux tout à fait t’occuper de tes vêtements et de ton apparence sans que ton ego vienne s’en mêler. Pour ça il faut remettre les choses à leur place et regarder en face ta vérité : ce dont tu as besoin, ce que ton corps t’indique. Et éventuellement là où c’est difficile de regarder, pour une raison X ou Y.

Voici 3 étapes pour vérifier qui choisit tes fringues : toi ou ton ego ? Sois vraiment honnête avec toi-même pour répondre à ces questions, sinon ça sert à rien.

 

1. D’abord, faisons le point ensemble

• Essaies-tu de ressembler à une personne, une image, un groupe de personne ? A qui ?

• Es-tu attirée par un style particulier, l’image d’une célébrité ? Lesquels ?

• As-tu une idée de ce que serait le « style parfait » et es-tu à sa poursuite ?

• Au contraire, essaies-tu de te démarquer à tout prix d’une personne ou d’un groupe ? De qui ?

• Que cherches-tu à atteindre lorsque tu achètes un vêtement, ou lorsque tu prépares une tenue ?

 

2. Ensuite, poses-toi ces questions lorsque tu achètes ou essaies un vêtement :

• Est-ce que j’aime ce vêtement pour ce qu’il représente à mes yeux ?
Par exemple : ce pantalon un peu masculin, je l’adore ! je le mets quand j’ai envie de montrer aux autres un peu qui je suis, qu’on me foute la paix.

• Est-ce que je veux ce vêtement pour le style, l’esprit ou la culture auquel il est rattaché, ou encore sa marque ou son créateur ?
Par exemple : j’ai acheté ce foulard indien dans une boutique de commerce équitable, j’aime les trucs ethniques, comme ça, et je n’achète qu’à des créateurs de l’économie alternative.

• Est-ce que j’aime ce vêtement pour ce qu’il va me permettre de faire ?
Par exemple : je me visualise porter cette robe rétro avec ma petite veste en tweed, au vernissage de l’expo d’Anaïs, où il y aura Marie et Ben : je vais trop les impressionner !

• Est-ce que je veux ce vêtement pour la façon dont les autres vont me percevoir quand je l’aurai ?
Par exemple : ah, ça, c’est une fringue de créateur, ça se voit ! Je vais enfin avoir l’air cool, au boulot, avec ça !

• Est-ce que j’aime ce vêtement parce qu’il me rassure sur ma capacité à « être comme tout le monde » ?
Par exemple : il faut quand même que j’aie une robe noire, c’est un classique absolu !

 

3. Enfin, reprenons les mauvaises raisons pour acheter / porter un vêtement :

• il appartient à un style que j’admire

• il véhicule une culture, une idée ou une idéologie en laquelle je crois

• il va me permettre d’être bien vue, admirée, acceptée, adoubée, remarquée, complimentée…

• il me donne l’air crédible, sérieux, respectable, je fais « sûre de moi », je suis qualifiée pour ce job…

• il vient remplir un faux vide (ou faut vide) : il me faut une robe noir, il me faut une petite veste de tailleur, il me faut une paire de chaussures à talons, il me faut un bon jean basique…

• il ressemble à ce que pourrait porter mon idole ou mon actrice fétiche

• il a appartenu ou a été porté par une personne que j’aime ou que j’admire

• il a été créé par une personne (que je connais personnellement ou non) que j’aime ou que j’admire

• il correspond à un code que j’ai appris : le blanc est pur et nécessaire pour méditer correctement, le noir est une couleur qui protège des énergies extérieures…

 

À chaque fois que tu t’habilles d’une certaine manière (même si c’est “n’importe comment”) pour te rebeller contre ou répondre à une demande qui vient de l’extérieur (une demande réelle ou imaginée), c’est ton ego qui s’exprime.

Quand tu achètes du Desigual, c’est ton ego qui s’exprime — désolée, mais je t’aime pas, Desigual, tu fais du grand n’importe quoi, énergétiquement.

 

Quand tu t’habilles en camel, gris, noir et jean, parce que c’est minimaliste, c’est sobre et c’est “bon goût” tout en étant cool, c’est ton ego qui s’exprime.

 

Y a pas de neutralité, sur le sujet. Quoi que tu fasses, ça vient d’une décision. Maintenant que tu le sais, à partir de quoi tu vas décider : toi ou ton ego ?

La semaine prochaine, je te dirai pourquoi tu DOIS porter du blanc pour méditer — nan, je déconne :)

 

En attendant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires :

• Comment et en fonction de quoi choisis-tu tes vêtements ?

• Est-ce que tu arrives à identifier l’ego en toi, qui cherche parfois à s’exprimer ?

C’est parti !

 

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


4 Comments

  • Avatar

    Martha

    13.03.2018 at 09:48 Répondre

    Ehi Flora! Toujours super belles et profondes tes réfléxions :)
    Après avoir passé des années à cacher ma féminité – maintenant je suis mes élans.
    Je peux porter des bottes de cow boy ou des talons. Des tenues de sport ou des robes très féminines (surtout en été)
    Il faut que j’ai un coup de coeur. Normalment, je ne regarde pas ce qui est proposé par la mode.
    Je ferme les yeux et j’imagine comment j’aimerais m’habiller…ou je vois dans une vitrine quelque chose qui me plaît et que je vois bien avec autre chose que je possède déjà par exemple. Je suis danseuse, mais là aussi j’ai mon style. Justecorps + pantalon de sport …. Peut-être que parfois je me limite en peu pour ne pas suivre la masse (justecorps + ballet skirt)??? D’une part j’aurais envie d’essayer…. oui, il faut que j’essaie… en écrivant …oui… je vais m’acheter une ballet skirt …JUSTE POUR VOIR :)

  • Avatar

    Lea

    02.07.2019 at 09:42 Répondre

    Wow merci. Je fais partie des sans look en résumé mais en effet c de l ego aussi et c est un choix j avais jms vu ça sous cet angle

    • Flora Douville

      Flora Douville

      08.07.2019 at 18:32 Répondre

      Ravie d’avoir pu t’apporter un nouvel angle de vue :)

  • Avatar

    Dominique Bauthier

    03.09.2019 at 08:56 Répondre

    J’aime porter des pantalons de randonnées en toile claire avec des coutures et des poches partout, pour ressembler à l’aventurière que je pense être (je fais bcp de haute montagne), j’aime les T-shirts à longues manches et à col rond et les cardigans tout simples d’Audrey Tautou dans « Ensemble, c’est tout », j’aime les jeans, les converses bleues et les chemisiers blancs de grande qualité d’Inès de la Fressange. Ils ont l’air hyper confortables mais je n’ai pas encore osé investir dans le haut de gamme car j’ai du mal à dépenser bcp pour moi-même. Le style parfait, ce serait sport, classique, pas trop féminin. Je ne veux pas ressembler à des « dadames » en hauts talons, tailleur et bas nylon. Je ne veux pas ressembler à une nénette de salon, à une bourgeoise. Mais j’aime être élégante dans les soirées pour souligner ma minceur, mon bronzage et ma condition physique. J’aime être originale et être là où on ne m’attend pas. En fait, j’aime me faire remarquer discrètement (sic!).

Post a Reply to Lea Cancel Reply