Flora Douville • L'anti conseil en image | Courir après le vent ET dans une roue de hamster, faut le faire !
25104
post-template-default,single,single-post,postid-25104,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

Courir après le vent ET dans une roue de hamster, faut le faire !

Il y a quelques semaines j’étais au téléphone avec ma pote Laure des Aventurières (j’adore dire “ma pote”) et en parlant avec elle j’ai réalisé que j’étais là où je voulais être. Je m’explique.

J’ai passé beaucoup de temps dans ma vie d’adulte —je ne suis pas sûre d’adhérer complètement à ce concept mais si on parle seulement d’âge, je crois que ça ira— à atteindre un objectif, à vouloir arriver quelque part. L’avantage de ça, c’est que ça m’a fait me bouger les fesses et avancer pour de vrai.

Le problème, c’est que j’ai beaucoup couru derrière le vent. Et ça m’arrive encore.

J’ai énormément travaillé, donné de ma personne et investi pour être là où je suis. Et souvent, j’ai eu l’impression que je n’étais pas assez haut encore, pas assez loin, pas assez avancée.

Que j’avais fait des pas de fourmi. Que mes résultats étaient moyens.

Sans y faire attention, je courais dans ma petite roue de hamster.

Et puis là, en parlant avec elle, ça m’a frappée. On parlait de coaching, des raisons qui nous poussent à nous faire accompagner et de là où on en est maintenant.

Et j’ai vu que j’étais là où je voulais être.

Ce que je veux dire est différent du “tu es exactement là où tu dois être à chaque instant” qu’on voit partout. C’est pas mon propos.

Mon propos, c’est que j’ai travaillé super dur et que j’ai atteint des objectifs que j’avais, j’ai réussi à mettre en place des choses dans ma vie qui comptaient beaucoup pour moi. Simplement, j’étais encore en mode “course inconsciente” quand on a commencé notre conversation, et j’ai switché pendant.

Alors c’est quoi, cet endroit où je suis arrivée ? Ben c’est un endroit où je SUIS et où je peux me poser, où je me sens bien, tout en étant en mouvement. C’est un endroit où je suis arrivée et en même temps je continue d’avancer. C’est un endroit où je suis heureuse et en même temps, j’en veux davantage. C’est un endroit où je suis profondément satisfaite et encore plus exigeante.

Vouloir bouger, changer, évoluer et grandir à partir d’un endroit déjà très satisfaisant est extrêmement excitant. En fait, ça change tout. C’est subtil mais en réalité ça n’a rien à voir avec le fait de vouloir changer une réalité qui ne nous convient pas.

C’est un switch imperceptible mais tellement significatif, qui s’est fait au téléphone.

Attention, c’est pas mon mode de fonctionnement 24h/24 depuis, hein, je te le dis tout de suite. Mon coach m’a rappelé il y a une dizaine de jours que l’empire que je voulais construire existait déjà…

C’est une capacité à être dans le présent tout en assumant ses envies et désirs à fond, et ça s’entraîne.

Et j’ai envie d’ajouter une couche de subtilité à cette histoire.

Ce switch, je l’avais noté dans un document pour en parler dans une newsletter future. Mes yeux sont passés plusieurs fois sur ce rappel, ce thème que je voulais aborder mais aussi le rappel de ce qui s’est passé ce jour-là en moi.

Et en lisant ça, j’ai été tentée de vouloir y aller à nouveau : “Ah, mais qu’est-ce que je pourrais bien faire pour retrouver cette sensation intérieure, ce switch ? ?”

Oui, l’ego a beaucoup d’humour si on regarde bien.

 

Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires :

• est-ce que tu cours toujours, alors que tu es déjà arrivée ? si oui, par rapport à quoi ?

• qu’est-ce que tu “gagnes” à continuer de courir ?

C’est parti !

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


1 Comment

  • Avatar

    Mary

    16.10.2018 at 08:42 Répondre

    Bonjour Flora ! Ta phrase : “Ah, mais qu’est-ce que je pourrais bien faire pour retrouver cette sensation intérieure, ce switch ??” est tellement criante de vérité!!
    J’ai l’impression que c’est quand on commence à la suivre qu’on se perd réellement; et que ça arrive souvent !!
    Alors qu’on sait au fond de nous que ce qui est passé ne reviendra pas.. La nostalgie a ce quelque chose de si confortable quand on ne sait pas comment/a peur d’ avancer…
    Merci de nous rappeler de faire taire cette petite voix ironique!
    Bonne journée à toi

Post a Reply to Mary Cancel Reply