Flora Douville • L'anti conseil en image | Comment transformer une crise en fête foraine.
26702
post-template-default,single,single-post,postid-26702,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Comment transformer une crise en fête foraine.

Il y a quelques jours je pensais à la crise économique en cours et aux mois qui vont venir. Je pensais aux salariés, aux fonctionnaires, aux entrepreneurs, aux autres statuts indépendants, etc. Je pensais à mon entreprise, à celle de mon mari (il est entrepreneur aussi).

Ce qui est très clair, c’est que beaucoup de personnes vont voir leur quotidien changer. Changer radicalement. Là je suis chez moi, confinée, tranquille, je ne sais pas ce qui se passe pour les autres, globalement, mais je sais que ça va bouger fort.

Il risque d’y avoir des licenciements, des faillites de petites entreprises, des gens qui n’ont plus de clients, des boss qui peuvent plus payer leurs salariés, beaucoup de gens au chômage d’un coup, des impossibilités de payer le loyer ou de rembourser un prêt, des gens obligés de vendre leur maison ou de déménager, de la confusion et de la panique sur ce qu’il convient de faire parce que ça arrive à tout le monde en même temps, etc. Probablement moins en France qu’ailleurs—aux US par exemple, c’est déjà CHAUD—mais quand même.

Une vraie crise économique, quoi.

Je l’ai déjà dit dans plusieurs LIVE récemment : une crise, ça vient montrer tout ce qui est là mais en plus gros, comme une loupe.

Et ce qui va se révéler très fort, pour beaucoup de gens, c’est que ce qu’ils ont construit jusqu’à maintenant était basé sur une mauvaise connaissance voire une ignorance de leurs talents.

Ça donne quoi concrètement quand on ignore ses talents ? Ça donne une vie pas folichonne, voire carrément chiante dans laquelle, au choix—et plusieurs réponses possibles :

• on se force à être une personne qu’on est pas,

on fait des trucs qu’on aime pas,

on déploie une énergie de dingue pour se protéger et ne pas trop souffrir d’un environnement qui ne nous va pas (mais devine quoi : on souffre quand même !),

• on se force à ne pas être qui on est, mais une sorte de fantôme de soi qui ne déplaît à personne,

• on cherche à compenser le manque d’énergie que cette demi-vie nous arrache en faisant la fête avec des amis, en cherchant son salut dans la spiritualité, en faisant du sport à gogo, en se mettant au miracle morning, en prenant des compléments alimentaires, etc.

Avec la crise économique qui se pointe, beaucoup de gens vont se retrouver en panique de ne pas savoir comment rebondir parce qu’ils ne savent pas qui ils sont, vraiment. Ils sont arrivés jusque là tant bien que mal, parce que la société leur a proposé une place et qu’ils ont saisi cette “chance inestimable” d’avoir un statut social.

Ou bien ils ont juste suivi ce qui se trouvait devant eux sans trop se poser de question et ça a toujours été plutôt “pas mal” jusqu’à maintenant.

Ma grand mère, à chaque fois qu’elle apprenait qu’un de mes cousins avait trouvé un job, elle se gargarisait auprès du reste de la famille en ajoutant toujours “… et il va être titularisé !”. Ce qui voulait dire qu’il aurait probablement un CDI à la clé. C’était le summum pour elle : trouver un job et savoir qu’on va y rester. C’était plus important que de kiffer sa vie et de faire un truc excitant chaque jour.

Est-ce que tu es OK pour vivre avec les préceptes (bien pourris !) d’il y a 100 ans ?

Ça, c’est quand on connaît pas ses talents—ou qu’on les connaît mais qu’on fait tout pour pas les utiliser. Ça fait qu’on dépend un max de l’extérieur, de l’environnement et de son bon vouloir. On devient un genre de pion qui est sur une case parce qu’il passait par là et qu’y avait de la lumière.

Quand on ne prend pas le risque d’aller regarder qui on est, ses talents et ce qu’on veut faire de ses talents, on risque BEAUCOUP plus à l’arrivée.

Faire le choix d’aller regarder qui on est intimement, c’est un choix difficile. Mais c’est ce qui donne accès, à terme, à une vie… facile. Alors que le choix facile de faire comme tout le monde et de ne pas broncher, ça donne accès, à terme, à une vie… de merde. Tout simplement.

Quand on connaît ses talents au contraire, qu’on a exploré à l’intérieur de soi ce qu’on est, qui on est, ce qu’on aime et qu’on fait particulièrement bien, ce qui se passe à l’extérieur a beaucoup moins de prise sur soi.

Parce que les éléments extérieurs deviennent simplement des ingrédients avec lesquels cuisiner. On est plus créatif et inventif quand on est au clair sur ce qu’on est et ce qu’on aime. On sait comment les prendre, on sait comment on va réussir à en faire quelque chose de chouette quoi qu’il arrive.

Moi par exemple, si mon entreprise se casse la gueule et que je me retrouve à devoir tout redémarrer autrement, bah je sais que je saurai faire quelque chose qui marche à nouveau. Je me battrai pour que ça n’arrive pas, mais si c’était le cas malgré mes efforts, je sais que je me connais suffisamment en profondeur et que j’ai suffisamment mis mes talents à l’épreuve de la réalité pour savoir comment rebondir.

À la limite, c’est même une question excitante, de me demander ce que je ferais, si je devais tout recommencer autrement !

Par contre, la donnée ESSENTIELLE à prendre en compte dans l’histoire, c’est que quand la crise est là, c’est chaud de se mettre à faire le travail de fond que t’as pas voulu faire pendant des années.

Du coup où est-ce que tu en es, toi, vis-à-vis de tes talents ? Tu te sens bien intime avec eux, ou alors c’est une relation distante, méfiante voire d’ignorance totale ? T’en es où, là-dessus ?

Si t’es déjà en pleine découverte ou en cours de reconnaissance, ne lâche surtout pas l’affaire parce que c’est sur le long terme que tu verras la différence.

Si tu t’es jamais vraiment penché·e sur la question, que tu n’as jamais vraiment rien fait pour aller à la rencontre de TES talents à toi, bordel mais qu’est-ce que tu attends ? Une crise ? On y est. Et maintenant ?

Parce que où que tu en sois dans la reconnaissance de tes talents, rien ne va se faire en un claquement de doigts. Plus tôt tu t’y mets, plus t’auras des résultats. Plus tu connaîtras tes talents et plus tu reprendras du pouvoir sur ce qui se passe en toiet autour de toi.

Une crise quand on sait pas ce qu’on sait faire de mieux, c’est un ouragan. Une crise quand on sait qui on est jusqu’au bout des ongles, c’est la fête foraine.

Oui, parce que d’un coup, y a plein de nouvelles opportunités qui se présentent. Plein de nouvelles options, de nouvelles possibilités. Une crise, ça peut être magique si t’as suffisamment de stabilité à l’intérieur.

Et dans la vie, y a aucune règle sur les talents. Tu peux passer toute ta vie et mourir sans les avoir ni vus, ni reconnus, ni utilisés—t’es absolument libre. Tu peux attendre de faire un gros burnout pour commencer à te poser des questions sur qui tu es et ce que tu aimes faire. Tu peux te démener à 20 ans pour commencer à reconnaître tes super talents et les mettre déjà dans ton quotidien, dans ta vie professionnelle et personnelle. Tout ça, c’est des choix. Tous les choix sont possibles.

Et ce sont TES choix, c’est toi qui décides. Personne ne va faire ces choix à ta place.

Mon conseil : si tu veux traverser les crises comme on traverse la rue en ce moment, bouge-toi le cul et va regarder tes talents !

Et je n’ai MÊME PAS commencé à parler de la beauté de ce que tu risques de découvrir… je garde ça pour plus tard.

Maintenant, à toi :

Donne-moi ton sentiment dans les commentaires : tu te sens comment vis-à-vis de tes talents ?

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


4 Comments

  • Avatar

    Fanny Leurent

    28.04.2020 at 08:15 Répondre

    Bonjour Flora 🙂

    Merci pour cet article motivant !
    Je suis artiste peintre à mon compte et comédienne de formation je reconnais en moi ce talent que j’ai pour peindre, ( mon site : fannyleurent.com) j’aime faire des vidéos ( j’ai commencé une chaîne YouTube : Fanny Leurent) j’aime l’organisation et la discipline au quotidien, j’ai un talent pour cuisiner des plats simples et très équilibrés MAIS je sais que j’ai encore plein de talents à découvrir et développer pour pouvoir vivre pleinement la vie qui m’habite au fond de moi et pour pouvoir en vivre surtout ! Car c’est là mon réel désir : vivre de mes passions et c’est un chemin de persévérance et de confiance !

  • Avatar

    Denise

    28.04.2020 at 09:54 Répondre

    Bonjour Flora! 🙂
    Ton texte est très intéressant et il peut être tout à fait mis en relation avec la « parabole des talents » ;), si tu connais.
    Personnellement, je n’ai pas fait fructifier mes talents plein pot par manque de confiance en moi et c’est un burn out qui m’a obligée à revenir à mon intériorité et à considérer d’autres profonds talents que je n’étais pas arrivé à cultiver. D’où , entre autre, mon inscription à ton programme Reconnexion, programme qui me parle beaucoup et que j’envisage comme l’une des matérisalisations de mon parcours spirituel intérieur, de ce cheminement profond vers l’alignement intérieur. Bien sûr, ce n’est pas la seule matérialisation. Cependant, pour moi, la couleur, la forme, la matière sont vitales puisque le vêtement est notre intersection entre notre inspire et notre expire et que je le ressens très fortement. Cela n’empêche pas le travail MAJEUR de l’âme. Au contraire, le vêtement l’accompagne et le reflète. Alors, d’abord, je te remercie et te félicite pour la création de la Méta et puis j’attends avec HÂTE, le résultat de mon test des couleurs et l’avis d’un coach averti. Bien sûr, j’aurais vraiment aimé avoir ton avis -si possible- sur ma saison, parce que tu as un oeil averti et que l’enjeu est important si l’on considère le lien entre la symbolique des couleurs et la mission de vie et que je n’ai plus le temps de me tromper! 😉 Même si pour moi, la première mission de vie reste l’Amour et l’alignement à notre Vérité intérieure, il n’empêche que l’extérieur exprime l’intérieur et que l’intérieur s’exprime à l’extérieur… Inspiration, expiration… D’où la raison d’être de ton programme. Encore une fois, bravo et merci! Très ingénieux! :)))

  • Avatar

    Virginie

    28.04.2020 at 15:07 Répondre

    … #FeteDuSlip.

  • Avatar

    Alice Esposto

    28.04.2020 at 19:53 Répondre

    Bonjour Flora,

    Merci pour ton honnêteté et ton humour qui me réjouissent toujours (mais particulièrement appréciés aujourd’hui!).

    Je la sens aussi, cette fraîcheur.
    Je sens que tout est possible. Je sens que ma joie revient toujours, quoi qu’il arrive. Je sens des bouffées d’excitation pour ce qui s’en vient.
    Je sens que même si certaines voies semblent « bloquées » en ce moment, c’est pas grave, parce qu’il y a bien d’autres voies dans ma vie dans lesquelles j’ai facile à me réjouir et à me sentir bien!

    Un gros bisous à toi et à ta petite famille !
    Love,
    Alice

Post a Comment