Flora Douville • L'anti conseil en image | Comment recruter rapidement et efficacement ?
26598
post-template-default,single,single-post,postid-26598,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Comment recruter rapidement et efficacement ?

Aujourd’hui j’ai envie de t’en dire un peu plus sur comment je me sers de la Méta® pour recruter.

Des outils de recrutement, il y en a plein—enfin je crois, moi j’ai été recrutée que pour des jobs d’été quasiment, donc c’était des entretiens de 20 minutes et basta. Mais c’est ce que j’entends à droite à gauche.

La Méta®, ça me dit pas tout sur une personne. Ça me dit pas si la personne aura une bonne attitude dans l’équipe, si elle va bien faire ce que je lui demande, si elle va s’intégrer, si on va s’entendre sur le long terme… non. Le profil ne dit pas ça.

Il ne parle pas non plus de compétences strictes : je ne sais pas, en regardant une personne et en identifiant son profil, si elle sait coder en javascript, si son orthographe est impeccable ou si elle a des notions de compta.

Mais il me dit beaucoup de choses qui sont, elles, très intéressantes à avoir avec soi quand on recrute.

Le profil Méta® me donne des informations, par exemple, sur :

• si la personne me ressemble dans le fonctionnement, et si c’est le cas, sur quel·s plan·s de la personnalité ;

• ce qui attire magnétiquement la personne, ce dont elle aime s’occuper naturellement, sans même y réfléchir ;

• ses domaines de prédilection, les sujets sur lesquels elle sera à l’aise ;

• ce dont elle aura besoin pour s’intégrer à l’équipe, se sentir bien et déployer ses talents ;

• ses fonctionnements naturels, qui peuvent être très différents d’une personne à l’autre, ce qui permet à l’équipe de les voir, les reconnaître, et ne pas attendre qu’un peuplier se comporte comme une fougère ;

• la façon dont elle va s’y prendre pour traiter ses responsabilités ;

• la trajectoire naturelle que vont suivre ses idées quand elle mènera une réflexion : est-ce qu’elle aura une pensée plutôt englobante, exclusive ou multi-directionnelle ?

• la forme de relation que la personne va naturellement créer avec l’entité “équipe”, et avec moi ;

• les moments d’un projet (de l’idée au SAV) dans lesquels elle sera la plus opérationnelle ;

• etc.

Comme tu peux le voir, c’est hyper précieux.

Ça m’empêche pas de poser des questions et d’écouter finement ce que les gens que j’interviewe me disent. Parce que comme je le disais plus haut, au delà de tout ce que je viens de lister, il y a plein de choses qui ne sont pas en rapport avec le profil Méta® mais avec ce que la personne en fait. Ou bien avec une simple affinité humaine.

Je m’en remets donc à mes perceptions quand je recrute, mais aussi à mon bon sens et à mon flair.

Sauf quand j’ai recruté Apolline, y a 2 ans ½ : j’étais encore bien perchée dans de la spiritualité, et ça s’est pas passé de façon très rationnelle, c’est le moins qu’on puisse dire !

Je te raconte ? Allez, qu’on rigole, un peu.

J’hésitais entre 2 personnes pour le job, chacune des deux candidatures ayant des avantages et des inconvénients.

À un moment, ne sachant plus comment choisir, j’ai “demandé à mes guides” de me montrer qui je devais prendre. Qu’est-ce que ça veut dire ? Bah ça veut dire que dans ma tête, je me suis adressée à des entités que j’imaginais vivre près de moi sur un autre plan. J’ai alors tout de suite vu, sur l’écran noir de mon cerveau, au milieu de mes guides, Apolline, avec une couronne dorée sur la tête et de la lumière qui descendait sur elle. Genre musique divine, alleluia et compagnie. Véridique.

J’étais presque en train de me dire que j’allais choisir l’autre personne. Quand j’ai vu ça, je me suis dit : “ah, tiens, c’est marrant, ça ! C’est tellement clair, comme information !”

Alors j’ai dit banco.

Je n’avais aucune assurance que c’était le bon choix, mais comme il fallait en faire un… et que celui-là était très excitant finalement, vu la façon cocasse dont il s’est présenté !

J’ai contacté Apolline pour lui dire qu’elle avait la mission.

La première chose qu’elle m’a dite, c’était : “toi et moi, on a pas le même objectif final et on pourra jamais l’avoir. Toi, ton objectif, c’est ce que tu m’as partagé : ta vision. Moi, mon objectif, c’est que toi tu atteignes ton objectif.”

Là j’ai compris à quel point nous sommes différentes. En fait, tout est vrai : on a le même objectif, et on a pas le même. Tout dépend de quel point de vue on se place. Et comme on regarde pas les choses du même endroit…

Bon, j’ai attendu un peu de mieux la connaître pour lui dire comment je l’avais choisie.

Elle a bien rigolé, vu qu’elle vient du monde de l’entreprise, le vrai—celui où on parle de plan social, où on fait des bilans de compétences, où tu peux croiser Roselyne, du service gestion-comptabilité, à la machine à café et où les employés parlent pas au patron mais les patrons parlent mal à leurs employés.

Et depuis 2 ans ½, je constate à quel point ce choix était le bon.

Alors non, tu ne m’entendras pas dire que c’est la preuve que les guides existent. Non. Pour moi, ma vision était une indication de mon système, de mon intuition, qui a pris la forme que j’étais capable d’écouter à ce moment-là. 

Le choix était bon et, si je regarde son profil Méta®, il n’a rien de commun avec le mien :

• je suis Été et Apolline est Automne ;

• je suis Eau et Apolline est Feu ;

• je suis Ligne et Apolline est Cercle.

Au quotidien, ça donne quoi ? Ça donne que je me délecte de travailler avec une personne aussi différente de moi.

Toutes les deux, nous avons des valeurs humaines fondamentales en commun. Nous avons des objectifs en commun et nous sommes raccord sur les résultats que nous voulons atteindre ensemble.

Là où nous sommes très différentes, c’est dans nos facilités, nos compétences naturelles, nos talents, nos aptitudes. Dans nos élans spontanés, nos attirances, nos sujets favoris. Dans notre façons de nous y prendre pour arriver quelque part, notre façon de réfléchir et d’exprimer ce que nous pensons. Dans notre façon de nous positionner par rapport aux autres, dans notre façon de hiérarchiser les informations.

Ce qui ne nous empêche nullement de nous bidonner ensemble devant des épisodes de Kaamelott ou de Message à caractère informatif.

Toutes ces différences sont d’une richesse infinie et absolument délicieuse. J’aime autant le plaisir qui vient du sentiment de “similitude” qui existe entre moi et certaines membres de ma Team, que celui qui vient du sentiment de “complémentarité” qui existe avec les autres. Ils sont très différents mais jouissifs de façon équivalente.

Alors maintenant, tu te demandes peut-être ce que fait Apolline chez Flora Douville ?

Apolline est responsable du Département du Trésor et des Ressources 🤩

Elle travaille sur tout ce qui ne se voit pas mais qui fait que l’entreprise fonctionne : la comptabilité, la gestion, l’administratif de fond. C’est elle qui est en contact avec nos prestataires, qui négocie quand c’est nécessaire.

Elle nous donne aussi son avis et sa perception sur les choix marketing et commerciaux que nous faisons : venant d’un milieu corporate, elle voit les choses sous un autre angle et c’est super précieux.

C’est aussi elle qui insuffle l’esprit Cogip à tous les repas d’équipe.

Je t’ai déjà parlé de la façon dont la Nature est complètement folle. Vu que je fais partie de la Nature, comme toi, je suis, moi aussi, complètement folle. Je l’assume de plus en plus : je ne peux pas prétendre transmettre les codes secrets de la Nature et être dans le déni de cette folie, essayer de la planquer ou de faire genre.

Je ne peux pas et de toutes façons, j’en ai pas envie.

Et pour que la folie soit au service de la vie, il faut la structurer. C’est là qu’Apolline intervient. Dans ma Team, elle met de la structure là où il faut. Concrètement, Apolline :

• se bat depuis des mois pour que nous puissions enfin être reconnus comme organisme de formation ;

• suit à la loupe les entrées et les sorties financières de l’entreprise ;

• alerte la Team quand nous entrons dans une phase tendue financièrement ;

• alerte la Team quand nous avons battu un record de chiffre d’affaires ;

• analyse les résultats de l’entreprise et propose des stratégies ;

• est notre unique intermédiaire avec la maison qui rend fou—à savoir les organismes sociaux ;

me conseille sur des points stratégiques de direction de mon entreprise ;

• va chercher les infos légales et juridiques quand y en a besoin.

Apolline se définit souvent comme le couteau suisse de l’équipe. Moi je dirais que c’est ma botte secrète. Je kiffe cette personne et surtout, je kiffe le fait qu’elle soit dans ma Team.

Maintenant, à toi :

Dis-moi dans les commentaires : comment recrutes-tu les gens qui entreront dans ton environnement proche ?

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment