Flora Douville • L'anti conseil en image | Comment je suis passée de “irrécupérable du sport” à en faire 4 fois par semaine minimum ?!
26727
post-template-default,single,single-post,postid-26727,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Comment je suis passée de “irrécupérable du sport” à en faire 4 fois par semaine minimum ?!

Si tu veux créer la vie que tu veux, il va te falloir être très déloyale à l’ancienne version de toi.

Je vais t’illustrer ça d’un exemple très concret de ma vie perso, tu verras que le lien entre mon exemple et ta vie sera facile à faire.

Dans la vision de ma vie de rêve, y a moi en super forme. Y a pas que ça, évidemment, mais y a ça. Moi en super forme, avec un corps tonique et un ressenti de légèreté.

Comme tu le sais, je suis pas du genre à dessiner une vision ou à faire un joli collage puis à m’asseoir en attendant que l’univers obéisse à mes demandes, LOL.

Ma vision, je la mets à jour régulièrement, même pour des ajustements mineurs—en gros une fois tous les mois ou tous les 2 mois. Et je la passe dans le concret ensuite. En parallèle à ma vision, je réfléchis à qui je veux être dans différents domaines de ma vie. Ce qui émerge ce cette réflexion, ça s’appelle “la meilleure version de moi-même”.

Ma vision + la meilleure version de moi-même sont affichées juste à gauche sur mon bureau, sous mon nez à l’instant où je tape ceci.

Avoir ça dans mon champ de vision en permanence quand je travaille, ça me permet de me focaliser. Pour chacune de mes décisions et de mes actions, je me demande : “est-ce que ça me rapproche de ma vision et de la meilleure version de moi ?”.

La réponse n’est pas toujours binaire, parfois il y a des trucs qui vont me rapprocher mais un peu plus lentement que d’autres. C’est moi qui arbitre au final.

Tout ça, c’est des outils de projection dans le futur qui me permettent de prendre de meilleures décisions MAINTENANT.

Je reviens à moi-en-super-forme. Pour être en super forme dans le futur, faire du sport est indispensable. Je n’atteindrai pas le niveau physique que je veux sans rien glander.

Et là on arrive à ma relation au sport qui a été catastrophique pendant… une trentaine d’années.

Moi et le sport en 10 étapes :

1. Quand j’étais petite, je bougeais beaucoup, j’étais active naturellement et j’adorais la danse et la natation. Je me foutais de savoir si je faisais du sport ou pas, je faisais des trucs que j’aimais et ils me le rendaient bien.

2. À l’école puis au collège, j’ai commencé à apprendre à mon insu à mettre une étiquette “SPORT” sur certaines activités : le foot, le basket, le volley (tous les sports collectifs), le tennis, le badminton, éventuellement la gym mais c’est un sport de fille donc ça compte qu’à moitié, et la natation mais c’est quand même un loisir donc c’est une planque, de choisir piscine, etc.

3. Au lycée j’ai bien achevé ma formation de collage d’étiquettes, en m’incluant dedans : n’aimant aucune des activités considérées comme “du vrai sport”, je me suis étiquetée “non sportive”, “pas sportive”, “pas du tout sportive” puis “irrécupérable du sport”.

4. J’ai continué à faire de la danse de façon irrégulière (une année de cours, puis rien, puis une année, etc.) et à apprécier la natation. J’ai continué à me tenir éloignée du concept de “sport”, également.

5. Il y a 4 ans environ, je me suis inscrite dans une salle de sport que j’aime beaucoup et j’ai commencé à faire du pilates et du BodyBalance (un mix de tai chi, pilates et yoga), de façon irrégulière mais continue : parfois pas pendant un mois, mais parfois 3 fois dans la semaine.

6. Il y a 6 mois j’ai décidé de prendre un coach personnel pour avancer plus vite et pour me fixer un cadre plus régulier.

7. Par le jeu des rencontres, j’ai trouvé un coach (mon chouchou) qui se forme avec une méthode fascinante : en gros, ils découvrent la Méta® par un autre biais et ils parlent de préférences physiques naturelles. J’ai donc découvert que j’étais très “terrienne” (oui, ils utilisent les éléments pour décrire leurs profils, huhuhu).

8. J’ai compris que vu mes préférences de mouvement et vu ce qui était privilégié à l’école, c’était pas étonnant que j’aie fait un rejet du sport ! En gros, aucun sport ou presque n’était adapté à mes préférences naturelles, c’était un effort énorme pour moi de m’y coller.

9. Le sport n’ayant absolument aucune place dans ma famille, je n’ai pas eu de contre-modèle pour m’ouvrir à d’autres choses.

10. C’est seulement il y a 2 mois que j’ai vraiment renoué avec le sport, que ma relation avec le sport s’est transformée et que je me suis mise à la régularité : je fais du sport au moins 4 fois par semaine aujourd’hui.

Si j’étais restée loyale avec l’ancienne version de moi, j’aurais continué à afficher ma vision avec “un corps au top” dedans, j’aurais rien fait, et j’aurais eu, à 60 ans, les fesses qui pendent et qui suintent de regrets—oui, BEURK.

Mais c’est pas ce que j’ai choisi. Comme tu peux le voir dans mon petit résumé, il y a 4 ans, j’ai décidé de prendre les choses en main. Et c’est il y a 2 mois que tout a vraiment changé.

Est-ce que ça s’est fait du jour au lendemain ? Non.

Est-ce que tout ce que j’ai fait depuis 4 ans a été inutile ? Oh que non !

Dans l’histoire, j’ai avancé en faisant des petits pas. Parfois j’ai essayé d’aller plus fort ou plus vite, mais je me suis heurtée à des blocs : des résistances, des incompréhensions, de l’ignorance du fonctionnement humain (physique, musculaire, psychologique, etc.).

Pendant 4 ans j’ai appris et surtout, même si je n’y pensais pas en ces termes-là, j’ai commencé à être déloyale à celle que j’étais avant. J’ai fait des choses que j’aurais jamais faites avant :

• m’inscrire à une salle de sport
• m’acheter des vêtements de sport, putain !
• prendre du temps pour faire du sport
• etc.

J’ai eu des résultats : j’ai acquis une meilleure posture, une capacité à tenir dans des poses, à bien me placer pour à la fois ne pas me blesser ET travailler efficacement, etc. Je me suis renforcée du dedans.

Là, avec ma nouvelle pratique beaucoup plus fréquente, intensive et régulière, avec en plus les conseils sur-mesure de mon coach qui comprend mon profil et mes préférences naturelles, je vois mon corps qui change et qui se renforce comme jamais, doucement mais sûrement.

Et là je suis déloyale à tout ce qui s’est passé avant, je retourne à l’étape 1 de mon histoire, celle où je bouge, où je me fais plaisir et où je dégage les étiquettes pour ne m’occuper que de moi, mon plaisir et mes objectifs :

• Je consacre 4 à 6h au sport dans la semaine—plus que quand c’était obligatoire au collège !!!

• Je me constitue une garde-robe sportive extrêmement jouissive constituée de leggings et brassières dans mes couleurs, dans des matières qui sont le compromis parfait entre mon Mouvement Méta® et mes besoins spécifiques pour ma pratique.

• Je me suis fait une super playlist, qui me donne une énergie de dingue quand je commence mon échauffement !

• Je m’achète un peu de matériel (par exemple des élastiques) qui sont beaux, qui me donnent du plaisir à l’utilisation.

• Petit à petit (je m’en occupe pas) je vois que ma relation au sport change : je n’ai plus d’étiquette, je ne me considère plus comme “pas sportive”, je ne me considère pas non plus comme “sportive”, je me considère comme “je suis Flora, et je fais du sport, là, parce que j’ai hyper envie”.

Voilà, tu vois, sur le sujet, je partais de loin ! Ma relation avec le sport s’est carrément dégradée au fil des années, mais je suis en train de la reconstruire dans la joie et la légèreté, parce que la qualité de cette relation va avoir un impact dans la réalisation de mes rêves. Et au passage, c’est du kif au quotidien.

Maintenant, à toi :

Comment tu peux prendre cet exemple et t’en servir pour toi ?

Dis-moi dans les commentaires :

• Quelle est la relation à laquelle, aujourd’hui, tu as envie de donner ton attention plus particulièrement ?

• Quel est l’endroit où tu as besoin d’être encore plus déloyale à la version précédente de toi-même, pour faire une différence et avancer vers tes rêves ?

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


2 Comments

  • Avatar

    Myriam

    19.05.2020 at 09:52 Répondre

    oh oui c’est tellement moi! Sauf que j’en suis pas encore à la dernière phase! J’aimerai bien connaître ces coachs pour découvrir les activités qui me correspondent!

  • Avatar

    Patricia BERNARD

    23.05.2020 at 20:46 Répondre

    Je me retrouve dans ton message, concernant le sport. J’aimerais me mettre au footing, mais n’y arrive pas. L’envie est là mais pas le declick, c’est comme ci elle était trop consciente. Or vivre en pleine conscience est prôné de plus en plus.

Post a Comment