Flora Douville • L'anti conseil en image | Comment faire de toute situation une opportunité de croissance ?
26376
post-template-default,single,single-post,postid-26376,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

Comment faire de toute situation une opportunité de croissance ?

Aujourd’hui j’ai envie de te parler de comment faire de toute situation une opportunité de croissance.

Alors, comment faire de toute situation une opportunité de croissance ?

Bah il suffit de le décider. Next!

LOL.

Bon, sauf qu’en fait, je déconne pas. Ha ! Mais je vais pas te laisser avec ça, je vais te donner du détail sur ce que j’entends et comment je fais, au quotidien.

Y a des situations qui sont cool et qui ne te posent pas de problème, dans ta vie. Tu peux passer d’une situation à une autre facilement, avec légèreté.

En vrai, même les situations super sont pleines de choses à t’apprendre si tu le veux, ça demande de mettre en place une dynamique d’apprentissage pour y accéder mais c’est pas le sujet du jour.

Et puis, y a des situations plus tendues, désagréables, contrariantes, chiantes ou qu’on a vraiment envie d’éviter—voire tout ça en même temps.

Ces situations, y a plein de manières de les traverser, mais globalement, toutes tournent autour de 2 attitudes :

1. l’attitude de rajout émotionneloui, on pourrait aussi parler de ragoût

2. l’attitude de simplicité

Le rajout émotionnel, c’est quoi ? C’est quand tu vis une situation qui te convient pas, et que tu rajoutes de l’émotionnel dessus : tu alourdis et tu ralentis tout en faisant ça.

Tu peux vraiment t’imaginer en train de vider un sac de vieilleries, de sable ou de crottin sur une petite machine, un moteur ou un objet en action : recouvert et encombré, il va soit ralentir soit carrément s’arrêter.

Bah c’est ce que tu fais sur TON moteur à toi à chaque fois que tu rajoutes une couche d’émotionnel sur une situation.

Quand tu fais ça :

• tu ralentis la situation

• tu alourdis les relations en jeu

• tu freines ta capacité à avancer

• tu t’empêches de voir les opportunités à saisir

Rajouter de l’émotionnel, c’est absolument pas une obligation. Tu peux faire sans. Ça s’apprend, ça s’entraîne et c’est TA responsabilité à 100% de le faire.

C’est quoi, donc, l’alternative ? C’est la simplicité. C’est une attitude qui se muscle.

Pour schématiser, voici les étapes de ce que tu peux t’entraîner à mettre en place :

1. il se passe quelque chose qui me touche ou bien je vis une situation qui ne me convient pas ;

2. je m’ouvre à ce que ça touche—spoiler alert : quand on accepte de se laisser toucher, cette étape est RAPIDE—et je ne suis pas obligée de tout comprendre de mes émotions ou de ce qui me touche, pour rester ouverte et me laisser traverser ;

3. je regarde la réalité en face / je constate la réalité, qui a moins de chance d’être déformée puisque que j’ai laissé passer le nuage émotionnel qui pouvait potentiellement tout brouiller ;

4. je fais un choix (ou plusieurs) qui s’appuie sur la meilleure version de moi-même ou sur mes objectifs—mais pas sur mes émotions, puisque j’ai laissé celles-ci partir ;

5. j’agis en fonction de mon choix et j’avance dans une direction qui me convient.

À chaque fois que tu restes un peu longtemps dans de la frustration, de la tristesse, de la colère, etc. et que tu sens que ça ne décolle pas, c’est simplement que tu as choisi de rester là-dedans.

Oui, c’est un choix !

Et plus tôt tu le reconnaîtras, plus tôt tu en prendras la responsabilité, plus vite tu pourras retrouver du pouvoir sur toi et sur ta vie.

Je vais te donner un exemple assez gros tiré de ma vie, pour que tu voies à quoi ça ressemble concrètement.

1. Il y a un an 1/2, j’ai compris que j’avais fait un investissement de merde. J’avais renouvelé mon mastermind avec un coach 6 mois plus tôt, et je prenais conscience assez brusquement, un peu comme on sort la tête de l’eau après avoir été en apnée pendant plusieurs longues minutes, que j’aurais pas dû. Aïe. À $23,000 l’entrée du mastermind, ça m’a fait chier de voir ça.

2. Honte, coup de chaud, je suis devenue rouge, mes oreilles ont bien dû fumer, j’ai ressenti l’urgence et la panique : « Mon dieu mais comment j’ai pu être aussi conne ! J’ai foutu par la fenêtre des dizaines de milliers d’euros !! Mais je ne vais plus jamais oser me regarder en face, ni mon équipe !! Je suis pas crédible ! Mais quelle tache, putain, c’est pas possiiiiiible !!!! » J’ai tout laissé venir, j’ai tout ressenti. C’était là, j’ai laissé sortir.

3. Puis j’ai fait le constat : c’est fait et c’est trop tard. Je ne peux pas arrêter en cours de route ni avoir remboursement (clause du contrat). Je suis encore pour 6 mois dans ce mastermind.

4. J’ai alors fait 2 choix :

1. j’ai décidé d’en retirer des apprentissages plutôt que de me maudire, en prenant le temps de regarder tout ce que j’avais retiré à la fois du mastermind, mais aussi ce que j’apprenais de la situation, ce que ça m’apprenait sur moi ;

2. j’ai décidé de continuer à retirer ce que je pouvais de cet investissement, de ne pas “jeter le bébé avec l’eau du bain” en envoyant tout péter, alors que concrètement, il y avait encore des choses qui pouvaient me faire grandir dans ce mastermind.

5. C’est ce que j’ai fait. J’ai profité de certaines rencontres du mastermind et d’échanges avec d’autres membres. Je n’ai pas alimenté de drame à l’intérieur de moi et du coup, j’avais beaucoup de clarté et de silence à l’intérieur pour mieux sentir et entendre ce que je voulais vraiment.

Des mauvais investissements et des mauvais choix, j’en ai fait PLEIN.

Des situations inconfortables, j’en ai rencontré DES TAS dans mon expérience d’entrepreneuse.

Ce qui a tout changé, c’est quand un jour, face à une situation extrêmement douloureuse, j’ai fait le choix clair d’aller vers une résolution de la situation avec pragmatisme, au lieu de me morfondre et de chercher à me faire plaindre.

Attention, ça ne veut pas dire qu’il faut sauter à la résolution, quand ça ne va pas. Il ne faut surtout pas zapper l’étape 2. 

Par contre, tu peux choisir de vivre les situations chiantes avec beaucoup de simplicité.

Tu peux choisir dès maintenant de muscler ton endurance émotionnelle et :

• de traverser les situations pénibles avec beaucoup plus de légèreté, de simplicité et de rapidité ;

• de te donner la possibilité de saisir toutes les opportunités de croissance disponibles ! Ces opportunités que tu ne peux pas voir tant que tu es encroûté·e dans des émotions que tu ne veux pas lâcher.

Quand tu choisis de rajouter de l’émotionnel sur une situation qui ne te convient pas, tu dilapides ton énergie, tu es ok de mettre de l’énergie là où ça va surtout bien te maintenir au même endroit.

Tu es ok avec le fait de ne pas avancer, ne pas grandir.

Tu fais tout, consciemment ou pas, pour rendre ton évolution lourde, douloureuse et surtout très lente.

Mais sérieusement, t’as que ça à faire ? T’as pas envie d’avancer plus vite, plus simplement et plus joyeusement ?

Ta perception d’une situation est bien plus importante que la situation elle-même.

Si tu muscles ta capacité à lâcher l’émotionnel rapidement, il ne restera plus que, entre toi et la situation, un espace clair et propre, dans lequel il est bien plus facile de repérer les opportunités et de prendre des décisions ajustées.

Le tout, plus simplement et plus rapidement.

C’est comme tout : plus tu vas t’entraîner, plus ça sera facile. 

Tu sais ce qu’il te reste à faire !

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


1 Comment

Post a Comment