Flora Douville • L'anti conseil en image | Comment faire de ta vie un kif en continu ?
25624
post-template-default,single,single-post,postid-25624,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Citation Flora Douville

Comment faire de ta vie un kif en continu ?

J’écris ce message en écoutant un des livres audio d’Harry Potter, avec ma fille.

C’est pour le travail.

Et en fait, je ne déconne pas : j’écoute Harry Potter parce que j’adore ça, et parce que cet univers m’inspire lourdement dans ce que je suis en train de créer dans mon entreprise.

Voici une musique d’un des films que j’adore, qui passe au moment où 2 frères amis de Harry Potter découvrent et assument leur super talent pour créer et vendre des farce-et-attrape, en foutant le bordel dans la salle des examens tenue par une meuf aux intentions plus que mauvaises sur des balais volants et à l’aide d’explosifs et de feux d’artifices savamment orchestrés. Ce passage est absolument jouissif.

Exactement comme je pourrais lire un livre de gestion ou de marketing (ce que je fais de temps en temps par ailleurs), j’écoute Harry Potter pour faire émerger de nouvelles idées.

Au début, j’étais fan de cette saga sans en faire quoi que ce soit. J’avais lu tous les livres, vu tous les films, on m’avait même offert la baguette magique de Luna Lovegood pour honorer ma capacité à voir des choses que les autres ne voient pas. J’avais commencé à partager tout ça avec mes filles que j’ai pas eu à prier pour entrer dans ce monde magique.

Bon, j’émets une réserve sur la façon dont les 4 maisons de Poudlard ont été traitées, mais je garde ce sujet pour une autre fois.

Et puis j’ai commencé à voir des liens entre cet univers et ce que j’ai envie de créer dans la réalité. J’ai commencé à voir comment ce monde imaginaire avait un impact sur moi et sur mon niveau d’énergie, et comment il pourrait influencer joyeusement la suite de mes aventures professionnelles.

Alors j’ai décidé d’y aller franchement : j’ai décidé de donner forme à mon monde avec autant de fantaisie que je le souhaite, et de donner à la Méta® une école digne de Poudlard—ou Hogwarts pour les puristes.
 .

La Méta® rend visible les codes secrets de la nature, et la nature est magique. Avec la Méta®, tu développes ton accès à ta propre magie.

.
Quoi de plus naturel, à partir de là, que de vouloir créer une école de magie ? !

Je te préviens tout de suite, cette école ne va pas pousser comme un champignon—pouf ! Non, je suis déjà en train de poser des bases pour qu’elle existe mais ça va se faire dans le temps. Poudlard ne s’est pas construite en un jour.

Cette perspective est extrêmement réjouissante. Pourquoi ? Parce que j’ai l’impression que ma vie devient de plus en plus un grand jeu. Ou un film. Ou un univers. Bref, quelque chose de super chouette avec laquelle je fais ce qui me plaît !

Quand j’avais 17 ans, je ne savais pas ce que je voulais faire. Ce que je savais au fond de moi, c’est que je voulais créer des univers. Ou, pour être plus précise, donner forme à MON univers, qui était tellement vaste qu’il serait composé de multiples mondes, tous différents, mais tous FloraDouvillesques.

Je ne voyais pas bien à quoi pourrait ressembler un métier comme ça… créer des clips de musique ? Faire des films ? Créer des costumes ? Des fringues ? Créer des objets ?

Aujourd’hui, j’ai devant moi le plan de ce que je veux faire, de ce que je vais faire. Ce plan inclut ce qui compte le plus pour moi, ce qui est le plus jouissif :

• donner une place à la Méta® pour rendre visible les codes secrets de la nature

• créer un lieu : mon école de magie, où l’on apprend à devenir sorcière, sorcier (on identifie ses pouvoirs, on rebranche son feu sacré, on prend la responsabilité de sa vie)

• devenir Dumbledore et réunir mon équipe idéale de sorcières et de sorciers (parce que moi, je veux enseigner de moins en moins)

• donner forme à mon univers concrètement : inventer un lieu, créer des espaces, des objets et des ambiances pour que non seulement l’apprentissage soit unique dans son excellence (mon équipe est faite des meilleurs) mais que l’expérience soit sensiblement unique

Il y a quelques années, je n’aurais jamais imaginé que mon activité pro puisse être aussi kiffante ! J’avais encore pas mal d’idées sur comment les choses doivent être, ou devraient être.

Et si je regarde bien, c’était un peu comme ça dans le reste de ma vie, aussi. J’avais des idées sur :

(à lire très vite et sans respirer)

• ce à quoi doit ressembler un couple

• comment ça doit se passer entre moi et mon mari (notre relation, qui décide quoi, comment on se parle, comment ça se passe sexuellement, etc.) pour qu’on puisse parler de couple heureux et épanoui

• comment une bonne mère (cool, gentille, présente) doit être avec ses enfants

• combien de temps une mère doit passer avec ses enfants pour qu’on puisse parler de “mère réussie”

• à quoi doit ressembler une famille pour être fonctionnelle

• le genre de choses qu’on peut penser (genre, c’est OK de penser comme ça) et le genre de chose qu’on ne peut pas penser quand on est une personne qui va bien et qui réussit sa vie

• comment utiliser son temps dignement

• ce qu’il est bon et équilibré de faire dans sa journée, dans sa semaine, vs. ce qui n’est pas équilibré et qu’il va falloir changer sinon c’est la honte

• etc.

Moi, j’étais plutôt dans le camp de ceux qui font quand même comme ils veulent mais se jugent de le faire (donc se freinent énormément et bloquent leur énergie) que dans le camp de ceux qui font les choses comme ils penses qu’elles doivent être faites et sont frustrés (donc se freinent énormément et bloquent leur énergie). Tu l’auras compris, y a pas de camp mieux qu’un autre, c’est juste une inclination personnelle.

Et puis au fil du temps j’ai commencé à regarder ces pensées que j’avais sur ma réalité, et plutôt que de juger mes préférences naturelles, j’ai commencé à les accepter et à leur faire de la place.

C’est ce qui m’a conduit là où j’en suis aujourd’hui, à vivre une vie qui ne ressemble qu’à moi. Et c’est ce que je veux t’aider à créer, pour toi-même.

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment