Flora Douville • L'anti conseil en image | C’est une réalité, même si peu de gens l’acceptent.
4705
post-template-default,single,single-post,postid-4705,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

C’est une réalité, même si peu de gens l’acceptent.

J’ai démarré la formation professionnelle à la Méta® la semaine dernière, avec beaucoup de joie et d’excitation (un peu de fatigue, aussi, j’ai beaucoup travaillé pour la hisser à la hauteur de mes exigences !) et une des lignes directrices de cet outil qui me fascine toujours autant, est celle-ci :

 

Ce qui est dehors, est dedans.

 

Tu as peut-être déjà rencontré cette phrase, ou quelque chose qui s’en rapproche ?

Ce qu’elle veut dire ici, cette phrase, c’est que ce que l’on voit dehors parle de ce qu’il y a dedans. Ce que l’on voit de toi parle de ce que tu es dedans. Et il ne s’agit pas de perceptions subjectives, d’impressions changeantes selon les situations, les personnes… Il s’agit d’une réalité.

Tes traits, ta façon de bouger et de te déplacer, ta physionomie, ta densité corporelle, l’épaisseur de ta peau, les couleurs qui émanent de ton visage… Ces éléments sont comme les signes d’un langage sacré : le langage de la nature, le langage des 4 éléments.

Toi et ton corps parlez un langage secret, sacré, que tu la saches ou non.
Pas moins que ça.

Alors évidemment…

Ton ego te pousse à refuser cette réalité : il te maintient dans l’idée que ce que tu es, extérieurement, n’est qu’une image que tu veux bien montrer de toi, quelque chose que tu peux façonner ou maîtriser à ta guise.
Un langage sacré… pff ! Et puis quoi encore ?!

L’être, lui, t’invite à dire oui à cette réalité
: pour entrer dans un espace d’acceptation (et d’amour) de toi-même et de toutes les qualités que tu as apportées avec toi sur terre (oui, je parle bien de cette grosse valise, là !).
Oui, un langage sacré. Tu es sacrée, ton corps est sacré, tout comme ce brin d’herbe, le ciel, ou encore le pot d’échappement de ta voiture.

A partir de là, un champ immense s’ouvre devant toi : accepter cette réalité, c’est la possibilité d’aller à la découverte de ce que ton corps raconte, des secrets qu’il détient sur toi et tes dons, sur ce que tu es venue faire ici…

Le fond et la forme sont indissociables : ce qui est en toi est écrit sur toi.

Je sais pas toi, mais moi, si je ne savais pas encore ce que mon corps révèle, j’aurais envie de bouffer mon écran d’impatience !

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscris-toi


Enregistrer

2 Comments

  • Avatar

    pinettes

    01.11.2019 at 18:11 Répondre

    Tes posts Flora commencent par des « apétizers » tellement goutus, je commence à saliver et à partir de là, j’ai envie de commander tous les plats jusqu’au désert ! c’est tout à fait ça ! et ça marche à chaque coup « je bouffe mon écran d’impatience » !!!

    • Flora Douville

      Flora Douville

      05.11.2019 at 20:53 Répondre

      Haha merci Sylvie !

Post a Reply to pinettes Cancel Reply