Flora Douville • L'anti conseil en image | C’est quoi, le perchage ? C’est ça.
26270
post-template-default,single,single-post,postid-26270,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

C’est quoi, le perchage ? C’est ça.

Y a encore quelques années, j’étais bien perchée.

Ça veut dire quoi “perché” ? Ça veut dire que je fuyais la réalité :

• en adhérant à des concepts spirituels fumeux ;

• en entretenant des idées sur la réalité ;

• en adhérant à des façons de voir le monde ou de l’interpréter à côté de la plaque ;

• en niant mon pouvoir de choix sur la réalité ;

• en restant dans ma tête au lieu d’écouter mon corps ;

• en coupant ma puissance à la racine quand elle se manifestait ;

• etc.

Aujourd’hui, je vais beaucoup mieux ! Haha. Ça fait presque 5 ans que je travaille en continu sur une redescente de mon perchoir vers le sol, la terre, la réalité.

Ça fait 5 ans que je prends le temps de m’observer en train de faire, de penser, d’agir, de réagir, de sentir, de regarder…

J’ai d’abord appris à prendre du recul pour mettre de la conscience sur ce qui se passe en moi parce que je sentais de l’intensité dont je ne savais pas quoi faire. Elle me gênait ! J’ai compris en avançant que c’est en me laissant traverser par l’intensité que j’allais grandir et atteindre mes objectifs pro et perso, pas en cherchant à la fuir comme je faisais jusqu’alors.

Cette prise de recul systématique m’a permis de poser mon attention sur ce qui se passait en moi et de voir que plus j’écoute ce qui se passe en moi, mieux j’écoute. Et mieux j’écoute, meilleures sont mes décisions derrière.

Ce travail, je l’ai fait avec mon coach Nicolas. Un travail de longue haleine pour mettre toujours plus de lumière sur les mécanismes qui me freinent dans mon évolution.

Et parmi ces mécanismes, y avait beaucoup de perchage.

Comment ça se traduit concrètement ? Ha ! J’ai plein d’exemples :

1. croire que poser des intentions va suffire pour changer d’alimentation ;

2. croire que dire des affirmations tous les jours va suffire pour avoir un article dans Psychologies Magazine ;

3. penser que le Feng Shui va résoudre tous mes problèmes de fric ;

4. passer des heures à étudier les cycles de la lune pour savoir quoi faire dans ma vie à quel moment ;

5. croire à ce que je lis sur la loi d’attraction et visualiser tous les jours ce que je veux sans regarder si mes actions vont dans ce sens et sont adaptées ;

6. me forcer à avoir de la gratitude pour 3, 7 ou 10 choses chaque jour ;

7. adhérer à des méthodes de déblocage de l’énergie fumeuses ;

8. m’extasier devant des gens, des sites ou des méthodes qui jettent des paillettes à la gueule ;

9. etc.

Attention, j’ai pas de problème avec l’énergie : c’est un de mes matériaux de travail privilégiés. Ce que je fais avec la Méta®, y a plein de gens qui trouvent que c’est bizarre, ésotérique ou tout ce qu’on veut.

L’énergie c’est une réalité, c’est la base de tout, donc je ne peux pas ne pas travailler avec.

Quand je parle de perchage, je ne suis pas en train de dire que le travail avec l’énergie c’est n’importe quoi. Non. Je dis qu’on peut complètement partir en vrille et se déconnecter de la réalité en cherchant la vérité—et si ça arrive, c’est que non seulement on cherche pas au bon endroit, mais qu’en plus on s’acharne !

C’est ce que j’ai fait, donc je sais de quoi je parle !

Pendant des années j’ai fait le choix de ne pas regarder la réalité en face sur un certain nombre de sujets :

1. nous avons un enfant, j’ai pas assez d’argent et je ne suis pas au clair sur comment en gagner, mais oui, prenons cette location à plus de 2000€ / mois !

2. j’ai le sentiment que ce que me dit cette meuf, sur comment transformer ma réalité, c’est trop facile, mais je préfère acheter ce concept facile et son programme plutôt que de me confronter à l’intensité de mon impuissance donc banco !

3. je n’ai pas besoin d’un programme spirituel mais on me dit que ça va transformer ma vie sur tous les plans et on me flatte sur mes capacités de perception donc BAM j’achète un programme qui va bien entretenir mes mécanismes et mes résistances !

4. y a un truc qui me fait chier dans mon couple et plutôt que d’aller le regarder en face, je me raconte des histoires sur ce que ça veut dire sur moi et je fabrique un drame en carton !

5. etc.

Le contraire de perché, c’est d’avoir les pieds sur terre. D’être dans la réalité. D’écouter à la fois ce qui vient du bas (les instincts, les envies, les désirs, la jouissance simple et puissante d’être soi, etc.) et ce qui vient du haut (les inspirations, les intuitions, la vérité qui tombe et que d’un coup on “sait”, les informations qui orientent, etc.).

Moi je me suis coupée du bas très longtemps. C’est ce qu’on fait la plupart du temps, en occident, c’est hyper fréquent.

Maintenant que je suis à la fois branchée sur le bas ET le haut, je rigole bien de toutes les merdes auxquelles j’ai adhéré pendant longtemps, tous les concepts fumeux auxquels j’ai donné du crédit, tous les trucs pourris par lesquels je me suis laissée impressionner.

C’est la méthode que j’avais choisie pour fuir ma puissance.

Y en a qui fuient leur puissance non pas dans l’irrationnel et l’ésotérique comme moi, mais dans le rationnel et le cartésien, en se planquant systématiquement derrière les chiffres du Monde diplomatique, les publications bien raisonnables des institutions ou encore la pensée dominante—sans voir que tout ça n’est pas plus rationnel que d’avoir un ami imaginaire, mais c’est pas le sujet du jour.

Aujourd’hui je rigole bien, aussi, de tous les truc perchés actuels qui circulent un peu partout dans le développement personnel, dans certaines branches du coaching business et de la spiritualité. Enfin quand je dis que je rigole, ce serait plus juste de dire que je suis consternée de voir tellement de conneries circuler, de voir tellement d’efforts et d’énergie dépensés à vouloir convaincre les autres—et surtout soi-même—que ce qu’on fait est exceptionnel alors qu’on fait de la merde.

J’en ai fait une petite vidéo qui était au départ réservée au groupe Facebook de mon coach, mais devant le succès de cette parodie, je l’ai extraite pour la rendre accessible à tout le monde.

Attention, si t’es encore un peu perché·e ça risque de piquer ! Regarde-la et dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires :

Regardez-moi je suis spirituelle

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment