Flora Douville • L'anti conseil en image | Ce que N’EST PAS l’optimisation
26797
post-template-default,single,single-post,postid-26797,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Ce que N’EST PAS l’optimisation

Aujourd’hui j’ai envie de te parler d’optimisation.

L’optimisation, c’est comme “système”, c’est un peu un gros mot, c’est ok quand on parle d’optimisation de l’espace ou de rangement, mais si on commence à parler d’optimisation de sa vie ou de ses relations… là ça commence à faire peur ou à faire grincer des dents.

Bah oui, ça remettrait trop de choses en cause…

Alors qu’en vrai, c’est fascinant, l’optimisation de sa vie : prendre des décisions (petites et grandes) et organiser un environnement autour de soi qui est optimal pour soi, pour avoir la vie de ses rêves, pour kiffer sa vie au quotidien.

T’as pas envie d’arriver à ça, toi ? T’as pas envie d’arriver à un niveau de responsabilisation où tu kiffes tout ce qui se passe pour toi, parce que tu sens ta puissance dans chaque décision que tu poses ?

T’as pas envie d’arriver à un niveau de personnalisation de ta vie, qui fait que chaque moment vient nourrir une partie de toi, que chaque chose à laquelle tu goûtes vient alimenter ton système et ton niveau d’énergie, au lieu de t’en prendre ?

Ah bah oui, ça va demander d’assumer entièrement ce que tu veux, parce que dire “oui” à tes désirs ça va te demander de dire “non” à ceux des autres pour toi.

Il y a peu de temps, mon amie Laure Jouteau m’a fait remarquer que c’était un de mes sujets, l’optimisation, sauf que la façon dont je m’en saisis n’est pas celle à laquelle on pense habituellement.

L’optimisation, la plupart du temps, a quelque chose de froid et de robotique. Quand on parle d’optimisation, c’est souvent pour optimiser son temps, optimiser son espace, optimiser son travail, etc. C’est pour plus de performance—très bien—mais ça part quasiment tout le temps d’une personne qui a trouvé un système qui marche hyper bien pour elle et qui se dit “hey, mais je pense que j’ai trouvé LA vérité, ce truc va marcher pour tout le monde”.

Exactement comme quand une personne se dit “hey, mais cette femme est très attirante et met du rouge à lèvre, je vais donc mettre du rouge à lèvres et je serai attirante”.

FAUX. Et tu le sais.

Le gros problème dans cette histoire d’optimisation, c’est qu’on se retrouve avec des stratégies d’optimisation (des façons de faire) qui ne sont que UNE FORME d’optimisation. Comme le rouge à lèvres. Et si cette forme marche pour certains, elle peut être complètement à côté de la plaque pour d’autres. Comme le rouge à lèvres.

En gros, on cherche une clé pour vivre mieux mais on regarde au mauvais endroit.

Un exemple ? La garde-robe capsule. C’est quoi ? Je vais résumer assez simplement parce que je me suis pas beaucoup penchée sur la question, mais en gros il s’agit de se créer une garde-robe minimaliste, avec peu de vêtements et d’accessoires qui tous se combinent ensemble et marchent en toutes occasions. Jusque là, je vois rien à dire à part que c’est top. Sauf que pour que ça soit possible, on va te dire quelles pièces il faut que tu aies dans ta garde-robe capsule : un pull en cachemire gris, une chemise blanche, un jean basique…

En gros, pour que ça soit possible, avec cette philosophie, il faut que tu rentres un maximum dans les codes vestimentaires et que tu les utilises. Il faut que tu deviennes un clone de tous les autres gens qui s’habillent “bien et sobrement”. On se fout que tout ça t’aille bien, que tu sois à l’aise dedans pour de vrai ou pas. Si c’est de la qualité et que c’est bien coupé, on considère que c’est bon et que tu fais ta chochotte à pas aimer porter chemise + pantalon cintré.

Ça, c’est PAS de l’optimisation. Pas du tout.

Un deuxième exemple ? Optimiser ton temps avec le miracle morning appliqué à la lettre : d’abord le sport, puis la médiation, puis l’écriture, puis la lecture, puis… tout ça très tôt le matin, avant de démarrer ta journée. Je mets ça dans cet ordre mais je me souviens plus de ce qui est recommandé, en vrai. D’ailleurs, il est probable qu’il soit conseillé de faire les choses dans l’ordre qui nous convient.

Ici, il faut faire certaines choses qui sont posées comme étant “indispensables” pour une vie saine ou profonde ou qui a du sens, ou je sais pas quoi.

Ça, c’est PAS de l’optimisation non plus. Pas du tout.

Pourquoi c’est pas de l’optimisation ? Parce que l’optimisation doit partir de toi. Tu peux pas te créer une vie absolument sur-mesure si elle part de l’extérieur. Tu peux pas te créer une garde-robe sur-mesure en achetant des fringues validées par on-ne-sait-qui pour on-ne-sait-quelle raison. Tu peux pas te créer une routine ajustée à TOI en suivant les préceptes établis par un gugus à l’autre bout du monde—qui, soit dit en passant, lutte avec une maladie grave, par ailleurs, ce qui pose question sur son niveau d’énergie et la justesse du programme quotidien qu’il s’est créé.

Alors certes, tout ça permet de se lancer et de commencer à tester des choses : là-dessus, c’est très bien. Aborder les choses par là, ça a le mérite de te permettre de te poser des questions pour avancer :

• qu’est-ce que je veux que je n’ai pas aujourd’hui ?

• à quoi je veux que ma vie ressemble ?

• qu’est-ce que je veux sentir en regardant / en portant ma garde-robe ?

• qu’est-ce que je veux avoir accompli d’ici 5 ans ?

• etc.

Mais les recettes toutes faites ne pourront JAMAIS marcher, parce que tu es unique et que ces recettes ne sont que des stratégies, des façons de faire. Il est possible que certaines marchent pour toi, mais il est probable que les résultats soient faibles voire très faibles et que tu t’essoufles à toutes les essayer, les unes après les autres.

Alors que la recette qui va fonctionner pour toi, y a que toi qui peux la découvrir, elle ne peut venir que de l’intérieur.

Il va te falloir du courage pour aller la chercher, parce que justement tu vas te confronter à l’extérieur qui va sans cesse te dire que ce que tu fais ne marchera pas, que c’est bizarre ou inacceptable. Tu vas aussi et très souvent te confronter à tes propres résistances à toi : à mesure que tu vas te rapprocher de toi, tu vas sentir que tu n’oses pas décider telle ou telle chose, que tu n’oses pas faire tel truc à tel moment parce que ça te semble pas bon, pas approprié, pas la bonne façon d’utiliser ton temps, etc.

La réalité c’est qu’on s’en fout et qu’y a pas de règle.

Moi, dans les ingrédients qui font que je suis très productive, il y a notamment :

• je passe parfois une après-midi entière devant des dessins animés ou films qui m’inspirent, sans rien faire d’autre

• je fais ma séance de sport quand je le sens, parfois c’est à 15h, parfois à 22h, mais jamais au début de la journée

• je ne médite pas, ça me gonfle

• j’écoute énormément de musique : en cuisinant, en travaillant, en rangeant, en marchant, en conduisant…

• je me suis aménagé un espace de travail extrêmement beau et ergonomique

• je passe du temps à rêvasser

• etc.

Quand quelque chose fonctionne extrêmement bien pour quelqu’un, chercher à faire pareil est complètement con, sauf si on sent qu’on est très très proche de cette personne dans le sens où on sent qu’on fonctionne pareil et que ça pourrait marcher pour soi. Mais la plupart du temps, ça foire.

Quand quelque chose fonctionne extrêmement bien pour quelqu’un, la meilleure façon de s’en servir, c’est de regarder au delà de la forme : en quoi cette stratégie ou cette façon de faire est adaptée à cette personne, à son fonctionnement ? Qu’est-ce qui fait que ça marche pour lui ? Qu’y a-t-il dans sa personnalité, dans sa nature, dans ses préférences naturelles, qui fait que cette manière de faire est particulièrement ajustée ?

C’est ça, la clé.

Une stratégie (une forme) ne pourra fonctionner pour toi que si tu as la nature (le fond) correspondante.

Chercher à optimiser ta vie et ton énergie à partir de stratégies extérieures, c’est faire un gros détour—du coup on est d’accord pour dire que c’est carrément contre-productif ?

Tout ce qui n’est pas optimisé à partir de toi, ça va créer des frottements : dans tes fringues, dans ton quotidien, dans ton énergie. Des frottements qui te ralentissent.

Pour optimiser ta vie, tu ne peux pas faire l’économie d’aller au plus près de TOI, de te rapprocher de qui tu es, toujours plus près, pour te coudre une vie sur mesure, qui tient compte de toutes les aspérités de ta singularité.

Sinon, tu ne fais que poursuivre un vieux schéma que tout le monde connaît très bien : faire toujours plus et toujours mieux aux yeux d’une espèce de juge tout-puissant qui n’existe que parce que tu lui donnes du crédit, et mourir intérieurement un petit peu plus chaque jour.

Si t’es d’accord pour dire que c’est de la merde, que tu choisis autre chose pour toi que tu veux être aidé·e de très près pour avancer dans la confection sur mesure de ta vie, surveille ta boîte mail : dans les prochains jours, je t’en dirai plus sur une opportunité en or de travailler avec Doris et moi.

En attendant :

Dis-moi dans les commentaires : quelle est la partie de ta vie qui te semble la plus mal ajustée à toi, aujourd’hui ?

Bonne journée 🙂

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


No Comments

Post a Comment