Flora Douville • L'anti conseil en image | Ce n’est inquiétant… que si tu le décides.
2243
post-template-default,single,single-post,postid-2243,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Ce n’est inquiétant… que si tu le décides.

Les démons intérieurs n’existent pas. Les forces qui te hantent, s’il y en a, sont simplement en attente de tes instructions. Elles sont à ta disposition. Qu’as-tu à faire de cette fabuleuse main d’œuvre ?

Oui, à l’intérieur de toi il y a probablement des créatures qui te font peur. Des êtres étranges, puissants, que tu n’as pas tellement envie de croiser… Alors, tu les évites soigneusement. Tu les mets de côté, en pensant qu’ils finiront bien par partir. Parce qu’ils vont bien finir par partir, n’est-ce pas ? Eh bien non. Ils ne partiront pas.

Alors, peut-être vas-tu ensuite essayer de comprendre pourquoi ils sont là. Qui les a attirés ici ? Comment sont-ils entrés chez toi ? Tu retournes tes questions dans tous les sens. Et puis tu trouves une réponse. Plusieurs réponses, peut-être.

Mais ils sont toujours là.

Parce que ce que tu dois comprendre, c’est que ces créatures fantastiques qui vivent à l’intérieur de toi, ces êtres bizarres et effrayants parfois, font partie de toi, et que c’est en leur permettant de prendre leur place, et de jouer leur rôle, que tu sentiras ta puissance.

Quand j’avais 15 ans, j’ai fait un rêve éveillé dans lequel mes mains devenaient des araignées… et m’emmenaient rencontrer des êtres étranges, maigres, noirs ou bariolés, loufoques. C’était fascinant. Cela aurait pu être inquiétant. Mais c’est grâce à ce rêve que j’ai réalisé que mes mains étaient capables de créer, et également que toutes les visions sombres que j’avais, intérieurement, n’étaient sombres que si je le décidais. Parce que je pouvais aussi décider qu’elles étaient drôles, douces, riches et inspirantes, nourrissantes et fertiles. Et ça, ça change tout.

J’ai réalisé qu’aller à la rencontre des personnages mi-humains, mi-animaux que je sentais en moi, n’avait rien d’inquiétant, au contraire : c’était la voie pour toucher à ma créativité. Une créativité riche et inépuisable. Ces êtres auraient pu errer, intérieurement, mais j’ai choisi de leur donner une place, un rôle à jouer. Aujourd’hui, je chéris le bestiaire fabuleux qui m’habite.

Alors, ne te poses plus de question. Va voir ces êtres intérieurs, observe-les, apprivoise-les, aime-les, et donne-leur une place dans ta vie, dans ton évolution. Merci pour eux. Parce que la fin de l’exclusion, dans le monde du dehors, ça commence exactement ici : dedans.

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


 

No Comments

Post a Comment