Flora Douville | L’autorité suprême
24512
post-template-default,single,single-post,postid-24512,single-format-standard,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive

L’autorité suprême

Il y a quelques semaines j’ai du prendre une décision — peu importe laquelle.

Le truc c’est que cette décision me faisait revenir sur un fonctionnement que j’avais adopté, une façon de faire les choses que j’avais mise en place et qui me paraissait bien, jusqu’alors.

Quand j’ai senti la bonne nouvelle décision à prendre, j’ai senti que ça grinçait à l’intérieur. Ça me faisait toucher un truc pas confortable : il fallait remettre en question ce truc que j’avais mis en place, qui me semblait bien installé, fait pour durer.

Y a des peurs qui sont remontées, de la honte et de la culpabilité. De m’être trompée, avant, d’avoir pris de mauvaises décisions plus tôt, d’être nulle, de pas savoir m’y prendre, de peut-être faire une erreur maintenant, etc.

Et puis y avait une peur… d’une sorte d’autorité suprême. Voici le dialogue intérieur du moment :

C’est pas ce qu’on avait décidé… On s’était fixées sur ce fonctionnement et puis là je change tout… Oh la la, merde, je suis pas fiable… Comment je peux changer de direction maintenant ? Je peux ? J’ai le droit ?

Je sentais qu’énergétiquement, je me courbais, je me pliais la tête en avant. Comme quand on a peur et qu’on attend la sentence (de la Reine de Coeur) qui va probablement ordonner qu’on nous tranche la tête.

Sauf que la Reine de Coeur c’est moi en fait. J’ai réalisé à ce moment-là que l’autorité qui me faisait peur, c’était la mienne. Y a personne au dessus de moi pour me dire « C’est BIEN ! » ou « C’est MAL ! ». Y a juste MOI. D’abord y a pas de bien ou de mal en tant que tel. Ensuite, c’est moi qui décide de la direction que je prends. Ça veut dire que si je veux en changer, c’est moi qui décide aussi !

J’ai créé une belle image d’autorité à l’intérieur, rassurante et qui fige tout pour que rien ne bouge — ce serait trop dangereux…

Et ça je l’ai créé y a pas si longtemps que ça !

 

L’ego, c’est pas forcément des vieilles armures d’y a 20 ans, ça peut aussi être une idée à laquelle on s’accroche depuis 2 mois…

 

Nos « problèmes » sont souvent (toujours ?) des jeux de rôles intérieurs. En l’occurrence, là j’ai joué à avoir peur de moi-même.

Ce qui n’est pas un problème en soi, tout dépend de ce qu’on veut. Il se trouve que moi je veux avancer et arrêter les jeux qui me font perdre mon énergie. Et toi ?

 

Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires :

• Quel est le jeu auquel tu joues en ce moment et qui te fait perdre de l’énergie ?
• Ou bien, quel est le jeu auquel tu as joué, que tu as arrêté et qu’as-tu gagné à stopper ?

Allez, hop !

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


3 Comments

  • Avatar

    Aline Magnin

    17.04.2018 at 11:05 Répondre

    Voilà qui me parle bien ! J’ai commencé un blog en vouvoyant, pendant 4 ans, et maintenant, j’ai changé la page d’accueil et je tutoie : super contente, et puis, vlan ! Ca fait pas cohérent. Et comment je continue maintenant ? Et bien j’assume : dire tu pour parler à l’âme du rêveur, comme autrefois dans l’antiquité. Mince, je ne suis pas une antiquité : anti-quittée : intéressant. L’anti-quittée, c’est l’adhésion. Dans l’Antiquité, ils adhéraient aux rêves, ils écoutaient.
    Tutoyer pour faire adhérer, c’est bien pour ça que j’ai changé. C’est quelque chose en moi de fort, qui me guide qui me l’a conseillé, et j’ai adhéré, et le rêve m’a dit « Renaissance », alors j’y vais !
    Merci pour l’article, qui tombe, comme très souvent, en plein dans le mille !

  • Avatar

    Virginie

    17.04.2018 at 11:59 Répondre

    réponse aux questions:

    • le jeu auquel je joues en ce moment et qui me fait perdre de l’énergie (et du temps et me fait tourner en bourrique pour ne pas dire me déprime) : essayer tous les jours de me reconnecter à mon coeur (enfermé par le mental) ainsi qu’à mon corps physique (être kinesthésique et ne rien sentir de ledite « boussole interieure », y a du mal de fait) , tout ça dna sle but de me mettre au moins sur le chemin d’un bien être/bonheur/accomplissement/respect de soi _mais je n’y arrive pas fort_

    ( le jeu auquel j’ai joué, arrêté et gagné à stopper je ne sais pas trop: j’essaie d’arrêter de chercher mais c’est un peu contre nature: chasser le naturel par la porte il revient par la fenêtre)

  • Avatar

    Arlette Guillemois

    17.04.2018 at 20:59 Répondre

    En ce moment je joue avec mon autorité mon indépendance et aussi mon impuissance par rapport au mille subterfuges du buiseness immobilier . Comment naviguer au milieu au milieu de gens hyper bien coachés qui pourraient vendre n’importe quoi ? Comment flairer le moindre détail d’un contrat ? Bref ,mon égo !!!

Post a Reply to Aline Magnin Cancel Reply