Flora Douville • L'anti conseil en image | Attention, ce message est d’une violence rare !
4430
post-template-default,single,single-post,postid-4430,single-format-standard,theme-hazel,hazel-core-1.0.3,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive

Attention, ce message est d’une violence rare !

Le présent n’est pas toujours confortable, ni facile. Parfois, on peut dire que ça craint, que c’est nul, que c’est même super chiant –ouh la la ! Mais le présent a toujours quelque chose de précieux à offrir. Il porte bien son nom ! C’est votre travail d’accepter le présent. De l’accueillir, et de prendre ce qu’il a à vous donner : ses leçons pour grandir.

Depuis quelques temps je cherche à transformer la couleur de plusieurs paires de chaussures, pour être parfaitement à l’aise dedans. Pour que mes chaussures me ressemblent. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que… c’est compliqué. Je n’ai pas encore rencontré mes chaussures de rêve dans le commerce, alors je continue mes expériences… et j’apprends à faire les choses sans précipitation.

Par contre, accepter le présent ne veut pas dire se résigner. Cela ne veut pas dire laisser tomber vos rêves, abandonner vos projets, ou pire, vous demander « à quoi bon ? ».

Les choses sont ce qu’elles sont, et on ne peut rien changer au présent, donc inutile de lutter contre, et de le refuser.

MAIS le futur, lui, n’est pas encore écrit. Il vous attend. Il a besoin de vos talents de scénariste, parce que pour le moment, il est un peu dans le flou !

 

Alors acceptez le présent, et construisez le futur.

 

Accueillez la leçon d’aujourd’hui, et écrivez celle de demain.

Reconnaissez ce qui existe maintenant, pour proposer autre chose ensuite.

 

Dites oui au présent, puis filez comploter pour le futur.

 

Aujourd’hui, j’accepte que les vêtements qui sont fabriqués et vendus dans le monde manquent d’humanité, parce que c’est une réalité. Mais je ne compte pas rester sans rien faire ! Ah ça non.

 

Parce que le futur s’appuie
sur le présent, pas sur le déni.

 

Et pour vous, il ressemble à quoi, le futur pour lequel vous vous levez ?
Allez, on fait tout péter ?!

Ça vous a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine 
inscrivez-vous


Enregistrer

No Comments

Post a Comment