Flora Douville | Amuse-toi ok, mais garde-le pour toi
25180
post-template-default,single,single-post,postid-25180,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-3.8,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Amuse-toi ok, mais garde-le pour toi

Cet article que tu reçois tous les mardis, tu n’es pas la seule à le recevoir. Y a plein d’autres femmes qui le reçoivent. Y a même des hommes qui sont inscrits à ma newsletter—OH MY GOD!

Je plaisante, parce que je kiffe les hommes autant que les femmes, et j’adore passer du temps pro et perso avec des hommes. Mec, si tu lis ça, sache que tu es le bienvenu dans mon empire et dans mon coeur.

Aujourd’hui j’ai envie de te parler des réponses que je reçois parfois à mes articles.

Je reçois plein de mails de personnes qui me remercient de mes messages, qui me disent pourquoi et comment ça les touche. C’est très intime, souvent, et je suis soufflée de voir à quel point on m’ouvre la porte de cette manière, à quel point on me fait confiance pour me partager des parties de soi.

Et puis je reçois des mails ou des messages de personnes qui n’approuvent pas ce que je fais, ce que je dis, et qui me le partagent.

C’était le cas y a quelques jours, et c’est ce qui m’a donné l’impulsion d’écrire cet article.

Ce qui revient dans ce qu’on me reproche en général, c’est que :

  • mes services sont trop chers

  • je suis des formations ou des coachs bling-bling

  • je suis toujours partie aux US en mode voyageuse de luxe

  • je dis des gros mots, je suis vulgaire

  • je suis sectaire ou rigide avec la Méta (ma méthode d’anti-conseil en image)

  • je suis violente et dure envers les autres professionnels du conseil en image ou de la formation professionnelle

Alors pour commencer, il y a quelques années, quand je recevais des messages qui remettaient en cause un tant soit peu mon travail ou ma personne, je le relisais frénétiquement 23 fois pour bien m’auto-mutiler et n’enregistrer que le retour négatif sur mes actions, qui au passage n’en dit pas plus sur moi que sur la personne qui me l’envoie.

Je précise ça parce que c’est pas inné, de savoir recevoir des mails de critique, même constructive, et de remise en question.

Moi j’en reçois régulièrement, et c’est ok maintenant. C’est ok parce que j’ai décidé que mon travail et ma croissance en tant que personne et professionnelle était plus importante que le point de vue de quelques personnes qui n’accrochent pas avec moi.

Je ne parle pas de remises en question ou de feedback que peuvent me faire mes clientes et que je prends en compte pour m’améliorer : avec le temps, j’ai appris à distinguer ce qui est à regarder dont je dois me saisir pour grandir, de ce qui parle simplement d’un manque d’alignement entre moi et ce que je fais, et la personne qui le reçoit.

Mais à toutes ces remarques, j’ai des réponses. Mon but n’est pas de me justifier sur ce que je fais, donc je vais pas m’expliquer en détail sur tout ce que je fais ou pas.

Ce que j’ai envie de dire, en revanche, c’est que je suis parfaitement à l’aise avec tout ça.

Parce que tu vois, je suis pas venue sur Terre pour faire plaisir à ché-pas-qui.

Je suis pas venue sur Terre pour rester polie.
Je suis pas venue sur Terre pour être acceptée et aimée par tout le monde.
Je suis pas venue sur Terre pour agir selon les règles de bien-pensance et de bienséance de quelques inconnus, si bien intentionnés soient-ils.

Je suis venue sur Terre pour expérimenter ce que c’est d’être humaine, et prendre un max de plaisir au passage.

Alors je dis FUCK, je veux vivre au bord de la mer en Floride dans un coin magnifique, je bosse à la maison en buvant du thé délicieux et en écoutant de la musique, je peux me faire un sauna à 3h de l’après-midi si je veux parce que j’ai un sauna à infra-rouges dans mon salon, je travaille avec des gens qui sont des pointures dans leur domaine parce que je veux uniquement le meilleur, je vais à des séminaires dans des hôtels de luxe où je côtoie des gens qui gagnent beaucoup d’argent, je passe du temps allongée sur l’herbe avec le soleil qui me réchauffe le dos, je m’achète des bijoux de créateur et je me nourris de brownies à tomber par terre à 5€ la part.

Et j’aime ça.

J’aime ça parce que c’est tout ce que j’ai choisi. Tout ça, je le fais consciemment et par ENVIE.

Ça fait des années que je clarifie ce que je veux vraiment, ce que je veux vivre et expérimenter concrètement dans ma vie, et je le fais au fur et à mesure.

Pour en arriver là, ça m’a demandé de dégager BEAUCOUP de conditionnements pourris, par exemple :

  1. Mais comment tu peux écouter de la musique et prendre du plaisir à travailler ET LE DIRE, alors que tout le monde galère au boulot ? Amuse-toi ok, mais garde-le pour toi.

  2. Mais comment tu peux te permettre de mettre ton voyage en frais professionnels, vu que tu vas passer du bon temps avec des gens que tu aimes, pendant ce séjour ?

  3. Mais comment tu peux te permettre d’augmenter tes tarifs, alors que par rapport aux autres, tu es déjà plus chère ?

  4. Mais comment tu peux te permettre de dire ce que tu penses ? Tout le monde s’en fout, de ton avis.

  5. Mais comment tu oses prendre du temps pour toi, alors que tu n’as pas encore rempli ta mission de vie ? Allez, au boulot !

  6. Mais comment tu peux parler de voyages et de plaisir alors que certaines personnes ont du mal à boucler leur fin de mois ? Nan mais franchement, c’est abusé !!!

  7. Nan mais comment tu oses prendre du plaisir dans ta vie, là, t’as pas honte ? T’es là pour en chier, pas pour rigoler !

  8. Mais comment tu oses imaginer vivre aux US ? Quel rêve de grosse bourge’, genre le rêve américain, quoi !? La honte !

  9. Mais comment tu te permets de montrer ta gueule et de parler de toi, tu te prends pour qui, là ?

  10. Mais comment tu oses rêver si grand ? Il y a les grands, dans ce monde, et il y a les autres, les petites gens, qui font des petites choses. Toi, jusqu’à preuve du contraire, tu fais partie des petites gens et tu n’arriveras pas à la cheville des grands. Donc tu rêves petit et tu restes là.

[liste non exhaustive]

Aujourd’hui, je suis arrivée à un bon niveau de clarté sur ce que je kiffe et sur ce que je veux. Et je me fous de savoir si ça dérange quelqu’un.

Pour les personnes qui n’ont pas envie de m’entendre dire des gros mots, bah désolée, c’est comme ça et ça changera pas. Parce que des fois, c’est en disant PUTAIN que j’arrive à exprimer l’intensité qui me traverse sur le moment. Des fois pas. Mais je ne m’empêcherai pas de le dire si c’est ce qui vient.

Et une chose très importante : je ne demande à personne de faire comme moi. Parce que je me fous de ce que tu fais autant que de ce que tu penses de moi.

Pour les personnes qui sont dérangées par mes envies luxueuses, extravagantes voire obscènes, bah désolée, c’est comme ça et ça changera pas. Parce que plus je m’autorise mes envies, plus je suis mes vrais désirs, plus je suis puissante, et c’est ce que je suis venue vivre.

Je suis pas venue me mettre dans une petite boîte et rester en silence. Si ça t’inspire et que ça te donne envie de découvrir tes propres désirs à toi, génial !! Le monde sera plus fun avec des gens vivants qui vibrent, pas des gens bien-pensant qui font ce qu’il convient de faire selon une morale ou une éthique déconnectée de notre réalité organique.

Et à nouveau : je ne demande à personne de faire comme moi. Donc si ton kiffe c’est d’habiter un chalet dans la montagne et de faire ton fromage, ou bien d’habiter un appartement ultra-design en plein centre de Londres et de le rénover de malade pour en faire un lieu unique et de sortir tous les soirs, ou encore d’avoir une petite maison avec jardin dans une banlieue tranquille et d’élever tes enfants, bah c’est cool.

À la fin, de toutes façons, c’est toi qui vis, c’est toi qui expérimentes, c’est toi qui goûtes et qui ressens. Donc t’es libre, et t’es responsable de ça.

Moi j’ai envie de goûter au plaisir max, donc je me mets plus de limitation. Je regarde ce que je veux faire dans mes plus grands rêves, et j’y vais.

C’est pas toujours facile, hein. Parce qu’en avançant je découvre de nouvelles limitations. Par exemple, je suis introvertie et je ne vais pas vers les autres spontanément. Je suis réservée et donne même l’impression d’être distante à certains. Mais il m’arrive des fois, après quelques heures ou quelques jours d’avoir rencontré une personne, d’avoir envie de lui écrire une déclaration d’amour, de le prendre dans mes bras et de hurler “PUTAIN MAIS JE KIFFE DE TE CONNAÎTRE !!!!”.

Alors je me heurte à

  • mais c’est un mec, il va croire que tu le “veux” alors que non

  • mais c’est trop, ça, t’es sûre que c’est sain, ton élan d’affection, là ?

  • nan mais attends, c’est trop tôt, on ne peut pas aimer quelqu’un autant en aussi peu de temps

  • mais là, la meuf elle va juste te prendre pour une grande malade et c’est fini, tu peux faire une croix sur votre amitié

Des limitations de mon ego. Alors je les regarde, parfois ça me ralentit un peu, mais au lieu de m’arrêter comme avant, je reprends mon élan et j’y vais, avec davantage de conscience sur ce qui se joue à l’intérieur de moi.

Oui, c’est hors norme d’être moi à 100%. C’est en dehors de la norme. C’est en dehors de ce qui se fait, de ce qui se dit, de ce que se vit de façon communément acceptée. C’est normal, puisqu’il n’y a qu’une Flora Douville.

Et il n’y a qu’une seule version sur Terre de toi. Ce que tu veux, ce que tu peux créer, c’est unique. Y a de quoi s’amuser ! Et qu’est-ce qui compte au final : de vivre une vie que la bien-pensance approuve, ou une vie excitante et de plaisir profond et renouvelé, qui ne ressemble à rien d’autre que tu connais ?

C’est comme ça que je fais péter mes barrières et que je me crée une vie de jouissance. Parce que oui, c’est possible, et si tu veux, je continue à te montrer comment je fais, comme ça on y va ensemble :)

 

Maintenant, à toi.

Dis-moi dans les commentaires : c’est quoi les limitations que tu acceptes, ce que tu fais encore par respect de ce que tu crois être “la bonne chose à faire” ?

Go !

Ces articles peuvent t’intéresser

Ça t’a plu ? Pour recevoir mes articles chaque semaine,
inscris-toi :


11 Commentaires

  • Marie Adelaide

    06.11.2018 at 10:27 Répondre

    Alors !!! Justement, en même temps que toi ( la théorie du 100ème singe ?!!!), je me disais mais c’est bien sûr !!!
    Quand tu kiffes, arrêtes de vouloir le dire à tes proches ou à tes confidents !!! Dis le au monde plutot !!!!! A tes rencontres, dans ton travail !!! Dans la rue. Mais arête de croire que ca interesse tout ton petit monde de savoir que la tout de suite tu kiffes.
    KIffes c’est tout. Et tu avances ainsi, tu reste dans ton énergie vitale donc, et tu kiffes encore plus !!!
    Tu fais plus que ça au final !!! CQFD !!!
    Et c’est exactement ce que tu viens de faire toi aussi, tu ne t’en caches plus mais tu le racontes plus.
    Tu le vis et cela deviens ta marque de fabrique relationnelle et professionelle.
    Ton style !!! bref !!!

    Quand à mes limitations du moment, elles sont souvent dirigées par ou vers, l’argent !!!
    Exemple : je réalise à l’instant que jevais faire des spectacles-sketch-conférences kiffantes dans les entreprsies, les ecoles, les universites et d’autres ‘rangs bien rangés’.
    Et paf, d’un coup oui mais gratos ou payant ? tu le fais pour ton propre plaisir ou pk te coach ? Tu en parles comme ca tranquille à tes interlocuteurs ou tu leur vend une prestation ?
    De là, je me rapelle combien je m’enmerde à vendre. Que je sais faire dans l’action. Que je verrais sur place…
    Et donc reparsdans les questions !!!!

    Heureusement, la vie fera que je vais finir par me le ver de ca canpé, au moins pour aller faire pipi !!!

    Mais voila ce qui me limite encore aujourd’hui ?!!! Comment faire pour concilier plaisir et argent.

    Sachant que j’ai passé ma vie à séparer les 2 donc !!! je le comprend a l’intant bien sur !!!!
    Et que la societé aussi puisque on est payé pour faire un boulot de merde et on est bénévole et altruiste lorsqu’on fait le bien.

    Faire rire ? Détendre les atmosphères pourries ? Kiffer et inviter au jeu du kiffomettre ?
    Ca vaut combien ? C’est un métier ? Un art de vivre ?
    Faut bouffer !! Faut kiffer !!!

    Bon, ba on va laisser ce suptil mélange se décanter de lui même hein ?!!!

    Alchimie stp, veux tu bien faire ton oeuvre sur ce coup là et me faire apparaitre la solution dès l’instant ou j’aurais éteins ce putain d’ordinateur :)))))))

  • Aline

    06.11.2018 at 10:31 Répondre

    Coucou Flora,

    J’ai lu avec attention ta dernière newsletter et pour une fois je ne suis pas d’accord avec toi. Je comprends en gros ce que tu veux dire mais je trouve que ça peut vite devenir un message genre : « bousille tout autour de toi et profites en un max, ça va te donner un sentiment de puissance ». Tu vois, je penses que ton message pourrait parfaitement convenir à des gens style Donald Trump, les patrons de Monsanto-Bayer, le président de la FNSEA… et tous ces nombreux gens qui s’en foutent de l’environnement, de tout détruire autour d’eux, de piétiner la vie des autres…tant que eux ils « kiffent ».

    Pour moi, la chose essentielle que tu as oubliée c’est que, certes c’est cool de découvrir et devenir qui on est, profiter de la vie sans rougir, mais tant que c’est dans le sens de la VIE, et pas dans le sens de la destruction et de la mort au sens large.

    Si tu ne dis pas ça, pour moi ton message est dangereux et est une porte ouverte sur la méchanceté, la violence, le non respect du vivant et ça conforte dans leur vulgarité toutes ces personnes qui participent à déglinguer notre planète et à abaisser le niveau de l’humanité.

    Il me semblait qu’un de tes objectifs était de contribuer, à ta manière et selon tes atouts, à changer le monde EN MIEUX. Car être heureux, vibrant comme tu dis, et avoir l’influence qu’il faut pour être entendu, ça contribue à faire évoluer l’humanité dans le bon sens. Mais pour moi, ton message, s’il est entendu par les mauvaises oreilles et de la mauvaise façon, est néfaste, si tu n’y rajoutes pas un pare-feu : celui du respect de la vie et de ce qui l’héberge.

    Bisous

    • oops

      07.11.2018 at 04:35 Répondre

      [J’espère que ce commentaire n’appaitra pas en double, petite coupure lors de la première publication]
      Comme Aline, je me permets ce commentaire car je ressens de plus en plus d’irritation en entendant beaucoup de coachs au discours-type : « honore-toi, va vers ce qui te porte et oublie tout le reste, profite de toutes les opportunités pour faire plus et mieux, etc ». Ce pourrait être totalement positif, sauf que c’est oublier que tous les êtres vivants sont liés sur notre planète.
      Si je voyage en avion, je participe au réchauffement climatique et je prive un peu plus mes enfants de la possibilité de se déplacer à l’avenir, puisque la production de pétrole décroit. C’est une limitation physique, pas psychologique.
      Si j’achète un Tshirt à 5€, je participe à la pollution à l’autre bout de la terre, à l’exploitation voir à la mort d’êtres humains qui n’auront jamais le luxe d’imaginer que le développement personnelle peut exister, à cause de mon égoïsme. C’est une conséquence réelle, pas une vue de l’esprit.
      Si je m’habille de laine, je participe à l’exploitation voir au massacre d’animaux qui n’ont rien demandé. C’est un frein réel, pas de mon égo.
      J’avoue que j’aimerais accéder à cette sorte d’insouciance, qui est sans aucun doute un vrai booster et passeport pour le bonheur. Mais il y a mes enfants, les autres, la planète… Ce n’est pas effet de mode parce qu’on entend beaucoup parler de ces thèmes actuellement ; ça fait partie de ma personnalité depuis toute petite (au grand damne de mes proches !) : je vois toute la chaine des causes et des conséquences passées et à venir au lieu de ressentir le kif du présent.
      Je serais ravie de connaitre ta vision de l’avenir d’un point de vue éthique et écologique (et ta version de la parentalité, by the way ;P !). Est-ce que « faire ta part de colibri » en permettant l’épanouissement de milliers de personnes te permet de zapper les conséquences désastreuses sur des milliers d’autres par ton mode de vie ? Car ton exigence pourrait aussi être comblée dans la direction de la sobriété heureuse, non ? C’est un vrai questionnement chez moi, mais aussi chez beaucoup d’autres personnes qui ont fait un petit tour par le développement perso et qui en reviennent, très déçue par l’individualisme qui en ressort. Merci pour ton travail, et au plaisir d’avoir ton retour (gros mots inside ! :D)

  • Christine

    06.11.2018 at 11:43 Répondre

    Je n’envoie pas de commentaire habituellement… mais depuis qq temps la seule chose que je ne trouve pas en accord avec le reste c’est les gros mots…. j’en dit parfois j’avoue mais quand mon petit bonhomme de 3 ans les répète ça ne me plait pas du tout donc j’aimerais ne plus en dire et j’aurais l’impression d’avoir atteint un niveau supérieur j’avoue… et j’espère que les exercices de Jérémie vont m’aider à atteindre mes objectifs pour le reste je trouve ça génial et j’essaie moi aussi de rêver plus grand je te souhaite beaucoup de bonheur avec ta petite famille

  • Cécile Caron

    06.11.2018 at 12:22 Répondre

    MERCI Flora pour ce texte, qui me ravit. Je m’amuse à nouveau beaucoup dans la vie, elle est en train de devenir pile comme je veux (avec plein de développement possibles qui m’excitent à fond car j’aime que ma vie évolue, et s »ajuste en permanence à là où j’en suis et ce que j’ai envie de vivre). Mais en effet, je n’ose plus le dire trop fort. Je l’ai fait souvent avant, mais ça a déclenché des trucs pas cools, incompréhensibles pour moi, que j’ai pas su gérer. Du coup, je ferme ma gueule et y a un truc qui coince. C’est vrai quoi, c’est quand même génial de pouvoir partager sa joie, rigoler, faire des conneries, repartir, créer des choses, tout arrêter ou changer de cap quand c’est plus ce qui nous convient. VIVRE quoi ! … Et le dire, et le partager, parce que ça déborde de partout toute cette vie et cette excitation, et que t’as envie de communier avec la terre entière ! Sauf que y a quelqu’un qui se met à te faire les gros yeux ou à te dire que tu prends trop de place ou que tu fais trop de bruit ou que ce que tu fais n’a pas de sens, …. Toi, t’es juste scotchée, tu comprends rien : hein quoi, que se passe-t-il ? Qu’est-ce qu’il me veut celui-là ? N’empêche, ma réaction systématique dans ce genre de situation, au lieu de continuer sur ma lancée et de dire « merde » à celui qui n’apprécie pas ma manière d’être, …. c’est de me recroqueviller, marcher sur la pointe des pieds ou raser les murs pour que ça se voit pas trop, tout ce plaisir que je prends à vivre. Certes, ca change pas fondamentalement la vie que je mène, ni le développement des trucs qui me font vibrer… mais ca en enlève une bonne part d’intensité, quand même ! Alors encore une fois MERCI Flora ! Bordel, tu mets pile le doigt sur ce que j’ai intérêt à changer vite fait en moi pour oser vivre VRAIMENT intensément, c’est à dire sans croire que j’ai à m’en cacher. Plus facile à écrire qu’à faire, ça remue un truc un peu visqueux à l’intérieur…

  • Christine

    06.11.2018 at 12:31 Répondre

    Suite à mon commentaire précédent j’ai continué à réfléchir et je pense remplacer les gros mots qui sortent par réflexe par des expressions funs en s’inspirant du capitaine haddock je pense que les enfants me donneront leurs idées de bon coeur et qu’on va faire une liste cool… et je n’ai pas de sauna mais un matelas de massage hhp avec infrarouges si vous avez l’occasion de tester un jour c’est top et on peut l’emporter très facilement… et dans mon cas (puisque je suis automne) il me permet de faire plaisir à mes amis amies c’est cool bonne journée

  • Nathalie Bordiec

    06.11.2018 at 12:40 Répondre

    Bonjour Flora.

    Comme chaque personne qui fait des choix tu delaisses d’autres options : c’est cela qui expose a la critique. Faire un choix necessite un positionnement qui ne souffre pas d’autres options… tu attires inevitablement a toi tous ceux que tu peux aider dans cette dynamique de choix : les autres ne le comprenne pas toujours.
    En ce qui me concerne je decouvre et j’aime vraiment ton travail : dans mon cabinet je recois au quotidien des gens qui sont mal dans leur peau et prefererez mes basketts : je les accompgne ainsi vers la route de leurs propres basketts et ainsi eux ausdi sont heureux…
    Sur ta route chere flora tu trouves inevitablement ceux qui sont faits pour ton energie, ceux qui n’aiment pas ton energie et ceux qui voudraient ton energie. On a fait le tour des options… bon surf

  • Carine

    06.11.2018 at 16:33 Répondre

    Je sais pas quoi dire, moi jtaime bien :) Tu me fais marrer et je savais pas que t’allais dans des hôtels de luxe ! Avec le peignoir bien épais et tout et tout :) ? Un sauna dans le salon ? C’est pas banal, tiens j’aimerais bien que tu tournes la webcam au prochain séminaire de Reconnexion que je le vois, je ne vois que l’ancienne cheminée !!! J’espère que tu trouveras un beau bikini  » été » en Floride et que tu seras heureuse à fabriquer des tissus ou je ne sais quoi. A bientôt, je m’en vais de ce pas démouler mes fromages à côté du chalet ( non je déconne mais c’est presque ça !!!). Buona sera !

  • Sophie

    06.11.2018 at 21:50 Répondre

    Ca fait du bien de lire des messages décomplexés, ça me donne envie de faire pareil : laisser tomber mon masque social encombrant et me lâcher vraiment dans la vie!

  • Morwena Malo

    07.11.2018 at 09:32 Répondre

    Bonjour Flora,
    C’est bien la première fois que je fais un commentaire!
    Mes seules limitations: le fait que la Terre ne m’appartient pas, que je l’emprunte à ceux et celles qui vont nous suivre…. Je veille donc à laisser une empreinte carbone aussi réduite que possible (nous n’avons qu’une planète pour survivre, tous), et aussi à garder un « joli langage », par respect pour mes oreilles et mes yeux et ceux des autres…
    Comme vous l’écrivez, mon avis, vous vous en moquez (oui, oui, c’est écrit dans votre texte!!!!!), alors je ne ferai pas plus long…
    Bonne continuation.
    Morwena.

  • Dominique

    07.11.2018 at 22:21 Répondre

    Bonsoir Flora,
    PUTAIN CA FAUIT DU BIEN de lire tes NL!
    Moi je me mets encore des barrières « sociales » et je n’ose pas toujours l’ouvrir même quand mon patron me pourri parce qu’il a mal dormi ou je ne sais quoi.
    Depuis toute petite on m’a inculqué de ne pas prendre trop d eplace de ne pas trop me mettre en avant, de rentrer dans le moule. J’étais top « exhubérant », trop « bruyante », trop « vive », trop directe quand je parlais « INSOLENTE! » :-(
    Bref, j’étais toujours trop moi-même et pas assez « comme il faut ». Peu à peu j’ai appris à m’ignorer et à faire « ce qui est bien » et surtout à la fermer quand je voulais quelque chose ou que j’adorais un truc.
    Pas d’ambition démesurée, comme toi « non mais pour qui tu te prends? Tu rêves! Tu penses vraiment que tu as les capacités pour y parvenir?! » « Laisse tomber c’est pas pour toi/nous/notre monde »….
    Ah oui, l’argent aussi « Dis Maman, pourquoi mes copines elles ont des jolis vêtements et moi ceux de mes grandes soeurs? » « Leurs parents doivent pas être totalement honnêtes, ou vivre au-dessus de leurs moyens! »….Ah oui, c’était violent!
    Bref! J’ai envie de passer à autre chose dans ma vie, de créer mon job qui me permette de profiter de mon temps, de mes fils, de mon chien, de décider sur un coup de tête au beau milieu d el’après-midi d’aller faire un footing ou une balade-photo. J’ai envie de « perdre mon temps » à faire de la vanerie , du jardinage, de la musique et me payer des semaines de thalasso dans un 4 étoiles et de militer pour Sea Shepherd.
    J’ai envie de me foutre du regard des autres et de continuer à sourire à tout le monde dans la rue , je ne veux plus rester coincée et timide devant une personne qui m’impressionne parce qu’elle a un rayonnement de dingue, une Flora Douville à une séance de déc=dicace par exemple ;-) Je veux une vie XXL et je vais me la construire!
    Merci Flora

Laisser un commentaire